Aller au contenu principal
Font Size

Coronavirus : qui sont les gagnants et les perdants sur le marché des grandes cultures ?

Qu'ils soient immédiats ou à plus long terme, les effets du Covid-19 sur les marchés des grandes cultures sont de grande ampleur. Les impacts sur le prix du pétrole et sur la demande alimentaire vont durablement influencer le marché des céréales et des oléagineux.

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. © G. Omnès
Orge de printemps en Eure-et-Loir. Les marchés des grandes cultures sont emportés dans la tourmente Covid-19, avec des effets positifs, comme pour le blé dur, ou très négatif, comme l'orge de brasserie ou les oléagineux.
© G. Omnès

Impact sur le prix du pétrole, interrogations sur les effets, à court et moyen terme, sur la consommation mondiale, répercussions macroéconomiques incertaines… La pandémie de Covid-19 secoue les marchés de toutes les matières premières agricoles. Derrière les conséquences directes et — en partie — mesurables se profilent des phénomènes de plus long terme encore très difficiles à appréhender.

Pour les productions connectées au marché des biocarburants (maïs, colza, betterave principalement), la sanction est immédiate. La coupe franche dans la demande en pétrole, sous l’effet d’un monde qui tourne au ralenti, a fait plonger les cours du baril sous les 30 dollars. Cette braderie ouvre une séquence inédite et heurte de plein fouet la demande en biocarburants. Passé la sidération et la période aiguë de confinement, l’incertitude demeure concernant la vitesse de rétablissement de l’économie. Certains analystes estiment que les prix bas de l’or noir pourraient perdurer pendant de long mois. Autre culture dont les prix sont grandement menacés : l'orge de brasserie. Celle-ci devrait pâtir lourdement de l'arrêt de la restauration hors domicile et des festivités du printemps et de l'été.

L'addition pourrait être très amère pour le secteur de la brasserie, et particulièrement pour les petites structures des brasseurs indépendants.

Les conséquences sur l’alimentation humaine et animale sont très incertaines. Blé tendre et blé dur ont d’abord profité d’achats de précaution de la part des consommateurs, mais aussi des pays importateurs. Pour le blé tendre, la baisse probable de la consommation de viande et la concurrence du maïs sur le créneau de l’alimentation animale peuvent par la suite exercer une pression baissière. Dans ce paysage inquiétant, seul le blé dur pourrait afficher une santé insolente avec un bilan mondial qui s’annonce tendu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
Pour la CGB, la propagation du virus de la jaunisse ampute la production française de sucre de 600 000 à 800 000 tonnes. © CGB
Crise de la betterave: les élus régionaux montent au créneau
L’impact de l’épidémie de jaunisse sur betterave s’amplifie devant l’absence de solution technique autorisée. Les Régions…
Moisson de blé en Eure-et-Loir
Moisson 2020 : des rendements dans le rouge pour une année noire en grandes cultures
Très mauvaise donne cette année pour les grandes cultures en France, avec une baisse généralisée des productions. Les céréales d’…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Jaunisse sur betterave
Crise/betteraves : le gouvernement ouvre la porte à l'usage dérogatoire des néonicotinoïdes
Le ministère de l'Agriculture annonce qu'il fera une proposition législative pour permettre d'utiliser des traitements de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures