Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Coronavirus : qui sont les gagnants et les perdants sur le marché des grandes cultures ?

Qu'ils soient immédiats ou à plus long terme, les effets du Covid-19 sur les marchés des grandes cultures sont de grande ampleur. Les impacts sur le prix du pétrole et sur la demande alimentaire vont durablement influencer le marché des céréales et des oléagineux.

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. © G. Omnès
Orge de printemps en Eure-et-Loir. Les marchés des grandes cultures sont emportés dans la tourmente Covid-19, avec des effets positifs, comme pour le blé dur, ou très négatif, comme l'orge de brasserie ou les oléagineux.
© G. Omnès

Impact sur le prix du pétrole, interrogations sur les effets, à court et moyen terme, sur la consommation mondiale, répercussions macroéconomiques incertaines… La pandémie de Covid-19 secoue les marchés de toutes les matières premières agricoles. Derrière les conséquences directes et — en partie — mesurables se profilent des phénomènes de plus long terme encore très difficiles à appréhender.

Pour les productions connectées au marché des biocarburants (maïs, colza, betterave principalement), la sanction est immédiate. La coupe franche dans la demande en pétrole, sous l’effet d’un monde qui tourne au ralenti, a fait plonger les cours du baril sous les 30 dollars. Cette braderie ouvre une séquence inédite et heurte de plein fouet la demande en biocarburants. Passé la sidération et la période aiguë de confinement, l’incertitude demeure concernant la vitesse de rétablissement de l’économie. Certains analystes estiment que les prix bas de l’or noir pourraient perdurer pendant de long mois. Autre culture dont les prix sont grandement menacés : l'orge de brasserie. Celle-ci devrait pâtir lourdement de l'arrêt de la restauration hors domicile et des festivités du printemps et de l'été.

L'addition pourrait être très amère pour le secteur de la brasserie, et particulièrement pour les petites structures des brasseurs indépendants.

Les conséquences sur l’alimentation humaine et animale sont très incertaines. Blé tendre et blé dur ont d’abord profité d’achats de précaution de la part des consommateurs, mais aussi des pays importateurs. Pour le blé tendre, la baisse probable de la consommation de viande et la concurrence du maïs sur le créneau de l’alimentation animale peuvent par la suite exercer une pression baissière. Dans ce paysage inquiétant, seul le blé dur pourrait afficher une santé insolente avec un bilan mondial qui s’annonce tendu.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Étienne d'Hautefeuille, 200 hectares de céréales dans la Somme. "On produit tous les jours — un ou deux brassages et des distillations — mais aucune bouteille n’est encore sortie de l’atelier. » © G. Crochez
« Je valorise mon orge à la ferme avec du whisky haut de gamme »
Dans le Santerre, un jeune agriculteur produit du single malt avec sa propre orge. Un travail d’alchimiste et de longue haleine.
Les paquets de marques de distributeurs ne contiennent pas du blé français. © C. Baudart
[Covid-19] Pourquoi la farine a manqué dans les rayons
Outre les questions logistiques et la ruée sur les sachets de farine pendant le confinement, les ruptures de stocks de farine…
 © V. Marmuse / CAIA
Météo : les cultures seront-elles confrontées à un été chaud ou très chaud ?
Les prévisions trimestrielles de Météo France tablent sur un été plus chaud que la normale. D’autres prévoient un été moins chaud…
Régression de talles, nombre d'épis pénalisé... les séquences météo depuis l'automne ont dégradé le potentiel de rendement des céréales. © E. Hersand / Vienne rurale
Potentiel de rendement affecté : les cultures marquées par le travail de sape de la météo
Hiver trop pluvieux, printemps trop sec et retour des pluies tardif présagent de rendements inférieurs à la moyenne pour la…
Stratégie « de la ferme à la table » : Bruxelles place la barre environnementale haut
Un quart de la surface européenne en bio, baisse de 50 % de l’usage des phytos et de 20 % de l’utilisation d’engrais… Dans la…
Le broyage des bords de chemin est à éviter durant le printemps et l'été pour préserver sa faune et sa flore. © Hommes et Territoires
Grandes cultures : faire de ses bords de chemin des refuges à auxiliaires sans les adventices
Un bon entretien de ses bords de chemin permet d’éviter les propagations d’adventices tout en favorisant la biodiversité utile…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures