Aller au contenu principal

Coronavirus : qui sont les gagnants et les perdants sur le marché des grandes cultures ?

Qu'ils soient immédiats ou à plus long terme, les effets du Covid-19 sur les marchés des grandes cultures sont de grande ampleur. Les impacts sur le prix du pétrole et sur la demande alimentaire vont durablement influencer le marché des céréales et des oléagineux.

Report de la récolte 2019 sur la campagne suivante, fléchage vers la consommation animale… Les perspectives sont inquiétantes pour l’orge brassicole. © G. Omnès
Orge de printemps en Eure-et-Loir. Les marchés des grandes cultures sont emportés dans la tourmente Covid-19, avec des effets positifs, comme pour le blé dur, ou très négatif, comme l'orge de brasserie ou les oléagineux.
© G. Omnès

Impact sur le prix du pétrole, interrogations sur les effets, à court et moyen terme, sur la consommation mondiale, répercussions macroéconomiques incertaines… La pandémie de Covid-19 secoue les marchés de toutes les matières premières agricoles. Derrière les conséquences directes et — en partie — mesurables se profilent des phénomènes de plus long terme encore très difficiles à appréhender.

Pour les productions connectées au marché des biocarburants (maïs, colza, betterave principalement), la sanction est immédiate. La coupe franche dans la demande en pétrole, sous l’effet d’un monde qui tourne au ralenti, a fait plonger les cours du baril sous les 30 dollars. Cette braderie ouvre une séquence inédite et heurte de plein fouet la demande en biocarburants. Passé la sidération et la période aiguë de confinement, l’incertitude demeure concernant la vitesse de rétablissement de l’économie. Certains analystes estiment que les prix bas de l’or noir pourraient perdurer pendant de long mois. Autre culture dont les prix sont grandement menacés : l'orge de brasserie. Celle-ci devrait pâtir lourdement de l'arrêt de la restauration hors domicile et des festivités du printemps et de l'été.

L'addition pourrait être très amère pour le secteur de la brasserie, et particulièrement pour les petites structures des brasseurs indépendants.

Les conséquences sur l’alimentation humaine et animale sont très incertaines. Blé tendre et blé dur ont d’abord profité d’achats de précaution de la part des consommateurs, mais aussi des pays importateurs. Pour le blé tendre, la baisse probable de la consommation de viande et la concurrence du maïs sur le créneau de l’alimentation animale peuvent par la suite exercer une pression baissière. Dans ce paysage inquiétant, seul le blé dur pourrait afficher une santé insolente avec un bilan mondial qui s’annonce tendu.

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures