Aller au contenu principal

« Contre les limaces, je n’interviens que si le suivi de la parcelle et la météo l’imposent »

Agriculteur à Isse (Marne), Damien Vacellier participe à un réseau de surveillance des limaces.

Damien Vacellier, agriculteur à Isse (Marne)"Les années pluvieuses, il m’arrive de poser les pièges avant la moisson pour observer la présence de limaces et évaluer le risque pour la culture à venir."
Damien Vacellier, agriculteur à Isse (Marne)"Les années pluvieuses, il m’arrive de poser les pièges avant la moisson pour observer la présence de limaces et évaluer le risque pour la culture à venir."
© D. Vacellier

« Je surveille les populations de limaces pour les cultures de colza et de blé uniquement dans mes parcelles argileuses. Je fais partie d’un réseau de surveillance, piloté par De Sangosse. La méthode de suivi que la firme propose prend en compte de nombreux critères qui permettent d’évaluer le niveau de risque initial de la parcelle en fonction de son historique (travail du sol, précédents, type de sol…). Ensuite, les relevés hebdomadaires et l’évolution de la météo confirment si une intervention chimique est nécessaire.

Je pose quatre pièges par parcelle que je relève deux fois par semaine jusqu’à ce que la culture ait dépassé son stade sensible. Les années pluvieuses, il m’arrive de poser les pièges avant la moisson pour observer la présence de limaces et évaluer le risque pour la culture à venir. S’il fait sec, j’attends une éventuelle pluie avant de les installer ou je les mets en place juste après le semis. J’indique mes relevés hebdomadaires sur une fiche, en distinguant les limaces grises, noires, adultes et jeunes. Au-delà de cinq limaces piégées par mètre carré, quelle que soit la culture, l’outil me préconise d’intervenir.

Grâce à ce suivi précis et aux prévisions météo, je n’interviens que si nécessaire. Depuis 2005, je ne laboure plus et pour autant, je n’ai pas observé une infestation plus importante de limaces. Je crois que la météo reste le facteur qui détermine l’ampleur de l’infestation. »

102 ha dont 21 de blé, 20 d’escourgeon, 20 de colza, 12 de luzerne, 20 de betterave, 4,5 de maïs et 4,5 d’orge de printemps.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Les coûts de production de la betterave sont en forte hausse (+16% en 2022 par rapport à 2020).
Betterave : feux au vert pour la production en 2023
Grâce aux gages de rémunération apportés par les fabricants de sucre, la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures