Aller au contenu principal

Conseil stratégique phyto : pourquoi cela risque de coincer en 2023

Sébastien Windsor, le président de l’APCA, alerte sur la nécessité d’anticiper la réalisation du conseil stratégique imposé par la séparation vente-conseil, sous peine d’engorgement en 2023.

Sébastien Windsor, président de l'APCA. « Si nous ne commençons pas les conseils stratégiques en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car peu d'acteurs se pressent pour réaliser cette prestation. »
Sébastien Windsor, président de l'APCA. « Si nous ne commençons pas les conseils stratégiques en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car peu d'acteurs se pressent pour réaliser cette prestation. »
© G. Omnès

La loi de séparation vente-conseil sur les phytos impose de disposer, sur une période de cinq ans, de deux conseils stratégiques (plan d’action puis bilan) basés sur un diagnostic de l’exploitation, afin de mettre en œuvre des stratégies de réduction de l’usage des pesticides. Première échéance à respecter : fin décembre 2023. Il faudra avoir, à cette date, réalisé un premier conseil.

Le 19 janvier, à l’occasion d’une conférence de presse, Sébastien Windsor, président de l’Assemblée permanente des chambres d'agricultures, mettait en garde contre un risque d’encombrement. « Le conseil est obligatoire fin 2023, mais si nous ne commençons pas en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car il n’y a pas beaucoup d’acteurs qui se pressent pour réaliser cette prestation », a indiqué le responsable. Les chambres d’agriculture prévoyaient d’effectuer la moitié de ces diagnostics, mais le chiffre pourrait approcher de 100 %. En cas de retard dans les dossiers, la situation pourrait être ennuyeuse pour les agricuteurs devant renouveler leur Certiphyto en 2024 : il leur faudra en effet pour cela attester de la réalisation du premier conseil stratégique. Mais une question se pose pour les volontaires qui démarreraient le parcours « conseil stratégique » dès 2022 : auront-ils à renouveler la prestation un an plus tôt que les autres ?

Une prestation utile et la moins chère possible

Les organismes consulaires se mettent en ordre de marche pour accompagner les agriculteurs. Les formations des conseillers sont en cours, avec un équivalent de 90 temps pleins en 2022 dédiés à cette tâche. « Le but est de discuter en tête-à-tête avec l’agriculteur pour qu’il ait son propre programme d’action et sa propre transition, a expliqué Sébastien Windsor. Ce travail doit être utile et le moins cher possible, ce ne doit pas consister à simplement remplir une obligation légale. » Pour accélérer le mouvement, les chambres ont demandé aux organismes stockeurs d’informer leurs adhérents sur cet enjeu et de les pousser à prendre contact avec leur chambre d’agriculture.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Les coûts de production de la betterave sont en forte hausse (+16% en 2022 par rapport à 2020).
Betterave : feux au vert pour la production en 2023
Grâce aux gages de rémunération apportés par les fabricants de sucre, la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures