Aller au contenu principal

Conseil stratégique phyto : pourquoi cela risque de coincer en 2023

Sébastien Windsor, le président de l’APCA, alerte sur la nécessité d’anticiper la réalisation du conseil stratégique imposé par la séparation vente-conseil, sous peine d’engorgement en 2023.

Sébastien Windsor, président de l'APCA. « Si nous ne commençons pas les conseils stratégiques en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car peu d'acteurs se pressent pour réaliser cette prestation. »
Sébastien Windsor, président de l'APCA. « Si nous ne commençons pas les conseils stratégiques en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car peu d'acteurs se pressent pour réaliser cette prestation. »
© G. Omnès

La loi de séparation vente-conseil sur les phytos impose de disposer, sur une période de cinq ans, de deux conseils stratégiques (plan d’action puis bilan) basés sur un diagnostic de l’exploitation, afin de mettre en œuvre des stratégies de réduction de l’usage des pesticides. Première échéance à respecter : fin décembre 2023. Il faudra avoir, à cette date, réalisé un premier conseil.

Le 19 janvier, à l’occasion d’une conférence de presse, Sébastien Windsor, président de l’Assemblée permanente des chambres d'agricultures, mettait en garde contre un risque d’encombrement. « Le conseil est obligatoire fin 2023, mais si nous ne commençons pas en 2022, nous aurons un mégaembouteillage en 2023, car il n’y a pas beaucoup d’acteurs qui se pressent pour réaliser cette prestation », a indiqué le responsable. Les chambres d’agriculture prévoyaient d’effectuer la moitié de ces diagnostics, mais le chiffre pourrait approcher de 100 %. En cas de retard dans les dossiers, la situation pourrait être ennuyeuse pour les agricuteurs devant renouveler leur Certiphyto en 2024 : il leur faudra en effet pour cela attester de la réalisation du premier conseil stratégique. Mais une question se pose pour les volontaires qui démarreraient le parcours « conseil stratégique » dès 2022 : auront-ils à renouveler la prestation un an plus tôt que les autres ?

Une prestation utile et la moins chère possible

Les organismes consulaires se mettent en ordre de marche pour accompagner les agriculteurs. Les formations des conseillers sont en cours, avec un équivalent de 90 temps pleins en 2022 dédiés à cette tâche. « Le but est de discuter en tête-à-tête avec l’agriculteur pour qu’il ait son propre programme d’action et sa propre transition, a expliqué Sébastien Windsor. Ce travail doit être utile et le moins cher possible, ce ne doit pas consister à simplement remplir une obligation légale. » Pour accélérer le mouvement, les chambres ont demandé aux organismes stockeurs d’informer leurs adhérents sur cet enjeu et de les pousser à prendre contact avec leur chambre d’agriculture.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les blés en sols superficiels et les parcelles tardives sont les plus pénalisés par la sécheresse, tout comme les orges de printemps. Pour les autres cultures, le retour rapide des pluies est nécessaire pour ne pas dégrader les potentiels de rendement.
Sécheresse 2022 : quelles cultures sont les plus à risque ?
En sols très superficiels et dans le sud-est de la France, la sécheresse actuelle aura un impact sur le rendement des céréales à…
Fumier alimentant un méthaniseur. Le modèle français privilégie les effluents et les Cive en méthanisation  pour préserver la vocation alimentaire de l'agriculture, mais certains pointent des dérives, faute de contrôles.
Méthanisation agricole : la réalité du modèle français remise en question
La méthanisation agricole à la française affiche se veut vertueuse : elle n’est pas censée concurrencer l’alimentation, en s’…
Méthaniseur agricole. Le futur de la méthanisation agricole est menacé par l'évolution d'un contexte réglementaire et économique favorable aux grandes unités industrielles.
Hausse des coûts, baisse des tarifs : la méthanisation agricole prise en étau
Après une phase de fort développement, tiré par l’injection, la méthanisation agricole connaît un coup d’arrêt provoqué par l’…
La décision sur la réautorisation ou non du glyphosate en Europe est reportée à la seconde moitié de 2023.
Glyphosate : prolongation jusqu'à 2023 en vue pour l'usage de l'herbicide
Le dossier pour l’évaluation du glyphosate dans l’Union européenne s’épaissit à tel point que les autorités doivent reporter son…
Lorsque l'on commercialise soi-même sa récolte, le mental est le premier facteur de la performance, d'où l'importance de canaliser ses émotions.
Vendre sa récolte : déjouez les pièges de vos émotions
Au moment de décider de vendre, nos émotions exercent une influence considérable et rarement bénéfique. En avoir conscience…
Les échanges fréquents sont indispensables pour une bonne relation employeur-employé
Embauche en agriculture : 5 conseils pour recruter le bon salarié et le garder
Trouver un salarié est souvent un souci : l’agriculture peine à trouver des bras. Pour attirer les profils recherchés, le salaire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures