Aller au contenu principal

Réussir Grandes Cultures : le média des céréaliers

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur

Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les premiers centimètres, la charrue déchaumeuse fait des émules, y compris chez des adeptes du non-labour.

Elles allient haut débit de chantier et économie de carburant, lutte contre les mauvaises herbes et perturbation minimale des horizons du sol. Elles, ce sont les charrues déchaumeuses, qui ont connu un regain d’intérêt il y a une dizaine d’années et suscitent toujours plus d’intérêt. Dix ans, c’est le recul dont dispose Hugues Demarest, installé à Annois, dans l’Aisne, pour juger de l’efficacité de sa charrue Kverneland huit corps. « Le premier avantage, c’est de pouvoir travailler sur une grande largeur », explique l’exploitant. Sa charrue permet un passage de 3 mètres, qu’il réalisait au départ avec un tracteur de 150 chevaux. Pour Hugues Demarest, l’intérêt agronomique de la charrue déchaumeuse est certain. « Je travaille sur 15 centimètres environ. Cela enfouit, mais peu profondément, avec une matière organique bien répartie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Infestation de vulpin dans un semis très précoce
Semis très précoces en blé  : peser tous les risques
Pour faire face à des impasses agronomiques, le semis très précoce peut séduire. S’il constitue une stratégie d’évitement…
Rodolphe Lormelet, agriculteur à Versainville. "Les jachères mises en place pour favoriser la biodiversité sont bien perçues des chasseurs, des riverains..." © L'agriculteur normand
Environnement/PAC : des jachères SIE pour une biodiversité utile en agriculture
Des jachères dites « mellifères » ont été conçues pour alimenter les insectes pollinisateurs avec des avantages en termes de…
Avec des blés semés tard et des variétés tolérantes aux maladies, le premier traitement fongicide est souvent retardé au stade "dernière feuille étalée". © L. Vimond
Fongicides céréales : Protéger ses blés des maladies pour moins de 20 euros
Les semis tardifs et le recours à des variétés de blé tolérantes aux maladies autorisent une protection fongicide efficace à…
L'ambroisie se développe fortement dans le Sud-Ouest en plus d'être déjà bien installé dans la vallée du Rhône. © G. Omnès
Désherbage : empêcher datura et ambroisie d'empoisonner le maïs
Dans certaines régions, il faut compter dorénavant sur les infestations de datura et d’ambroisie en cultures d’été. Le maïs…
Du fait d'une approche purement quantitative et non qualitative, le système des SIE pousse les agriculteurs à respecter la réglementation a minima. © C. Gloria
Haies, couverts, jachères... : les principales infrastructures reconnues comme surfaces d'intérêt écologique en grandes cultures
La France a opté pour un large choix d’éléments autorisés au titre des surfaces d’intérêt écologique. Ce « catalogue »  inclut…
Après vingt ans de non-labour, François-Xavier Déchamps a opté pour une charrue déchaumeuse pour faire face aux graminées résistantes et à la fin annoncée du glyphosate. © G. Omnès
Charrue déchaumeuse : le bon compromis agronomique grâce au labour à faible profondeur
Efficiente dans la gestion des adventices grâce au retournement du sol, mais tout en conservant la matière organique dans les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures