Aller au contenu principal

Chambres d’agriculture et changement climatique : des diagnostics pour accompagner les exploitations agricoles

Chambres d’agriculture de France (ex-APCA) a présenté, le 6 septembre à Paris, un plan d’accompagnement des agriculteurs pour s’adapter au changement climatique : sensibilisation, diagnostics et solutions sont au menu.

« Nous souhaitons mettre en œuvre un plan massif, mais individualisé, pour accompagner les exploitations dans leur transition », assure Sébastien Windsor, président des Chambres d'agriculture.
« Nous souhaitons mettre en œuvre un plan massif, mais individualisé, pour accompagner les exploitations dans leur transition », assure Sébastien Windsor, président des Chambres d'agriculture.
© V. Charpenet

Un diagnostic pour évaluer la vulnérabilité de son exploitation face au changement climatique. C’est ce que vont proposer les chambres d’agriculture aux exploitations agricoles dans les années à venir. « Nous souhaitons mettre en œuvre un plan massif, mais individualisé, pour accompagner les exploitations dans leur transition », indique Sébastien Windsor, président de Chambres d’agriculture de France lors de la conférence de presse de rentrée de l’institution le 6 septembre à Paris. Ce projet intervient dans un contexte de « sécheresse d’une intensité historique », a-t-il été rappelé en préambule de la conférence.

Le diagnostic sera précédé d’une sensibilisation des agriculteurs sur les projections climatiques et ses conséquences pour l’agriculture à horizon 2030-2050. Pour ce faire, le réseau des chambres s’appuiera sur le travail mené en la matière depuis plusieurs années. Notamment les diagnostics territoriaux réalisés dans le cadre du Varenne de l’eau et qui ont permis d’identifier les points de vulnérabilité et les opportunités pour les différentes productions.

Phase de test auprès de 1 000 exploitations

Les chambres souhaitent donc maintenant se pencher sur les exploitations agricoles en évaluant leur niveau de vulnérabilité face au changement climatique et les accompagner pour les rendre plus résilientes. Une phase de test est prévue en 2023 avec la réalisation de diagnostics auprès de 1 000 exploitations. En 2024, l’objectif est de monter en puissance avec 5 000 à 10 000 exploitations diagnostiquées. « D’ici 2030, nous avons l’ambition d’accompagner 100 000 exploitations », lance Sébastien Windsor.

Les chambres ne comptent pas s’arrêter au diagnostic. « Le troisième volet du plan consiste à apporter un panel de solutions adaptées aux différents territoires », précise-t-il.

La question du financement de ces diagnostics et des solutions à mettre en œuvre reste en suspens. Les chambres précisent tout de même qu’elles accompagneront les agriculteurs pour mobiliser les aides existantes. « Actuellement, ce sont surtout les aides aux investissements matériels qui sont proposées, indique Sébastien Windsor. Les agriculteurs ont aussi besoin d’aides financières sur des aspects plus immatériels comme de la formation ».

L’atténuation, l’autre volet du changement climatique pour l’agriculture

Au-delà ce volet d’adaptation, les chambres d’agriculture réaffirment leur engagement dans l’atténuation du réchauffement climatique. « L’agriculture est pourvoyeuse de solutions », martèle Olivier Dauger, président de la chambre d’agriculture des Hauts-de-France et membre du bureau national, en charge des questions de climat. Et de rappeler les atouts du secteur en matière de stockage du carbone ou de production d’énergies renouvelables. Il souligne aussi l’importance « de trouver un équilibre entre ce qui est bon de mettre en œuvre pour la société et le coût pour l’agriculteur. »

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Manifestation d'agriculteurs à Paris
Néonicotinoïdes : des agriculteurs vont manifester le 8 février à Paris
La confédération générale des planteurs de betteraves, la FNSEA Grand Bassin Parisien et des fédérations de JA, appellent les…
Alexandre Pelé, président de la CGB Centre-Val de Loire, rappelle que 2 000 producteurs cultivent la betterave dans sa région et dans le Bassin parisien.
Néonicotinoïdes : « Beaucoup de producteurs nous disent qu’ils ne vont pas semer de betteraves »
Après l’interdiction brutale des néonicotinoïdes pour l’enrobage des semences de betteraves, la filière accuse le coup. Réaction…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures