Aller au contenu principal

Moisson 2020 : en blé tendre bio , la collecte marque (aussi) le pas

Les rendements en blé bio subissent l’effet des excès climatiques. Vu le niveau de la récolte, les meuniers sont invités à se couvrir au plus vite.

Le rendement moyen du blé tendre bio se situe autour de 25 q/ha en 2020.
Le rendement moyen du blé tendre bio se situe autour de 25 q/ha en 2020.
© G. Omnès

La collecte de blé bio subit le même revers que la récolte de blé conventionnel : la baisse de rendement est estimée à -27 % par rapport à 2019, en raison des difficultés d’implantation à l’automne et de la sécheresse printanière. L’écart à la moyenne quinquennale est plus faible mais réel.

Privilégier l’alimentation humaine

Pour 2020, le rendement moyen national du blé tendre bio devrait se situer autour de 25 q/ha. « Elle marque surtout le pas dans le Sud-Ouest où les rendements sont compris entre 15 et 25 q/ha », estime Marianne Sanlaville, responsable Structuration des filières bio à la Coopération agricole. Ailleurs, la baisse est moins marquée. Partout, la qualité est au rendez-vous, présageant d'une utilisation meunière pour la majorité de la récolte. Seul hic, un probable manque de disponibilités pour satisfaire une consommation en forte hausse.

Un risque pris au sérieux par les professionnels, qui craignent que la récolte ne permette pas de satisfaire une demande en forte croissance. Jérôme Caillé, président de la commission bio à la Coopération Agricole, tire ainsi la sonnette d’alarme. Il appelle les utilisateurs à se rapprocher rapidement de leur OS partenaire et invite les fabricants d’aliments du bétail à « utiliser d’autres céréales que le blé tendre pour l’alimentation animale » pour satisfaire la demande en alimentation humaine. La consommation de blé tendre bio par la meunerie évolue fortement depuis 5 ans.

Accompagner la croissance de la demande

À rythme constant (+15 %), les meuniers consommeraient plus de 200 000 tonnes de céréales bio sur la campagne 2020-2021, contre 166 530 t en 2018-2019. Sur la même période, les fabricants d’aliments du bétail ont mis en œuvre 63 000 t de blé tendre bio (+33 %). Or, la récolte nationale 2020 ne dépasserait pas 190 000 t en bio et 60 000 t en C2 (production issue de la deuxième année de conversion), soit 250 000 t au total. Si le nombre d’exploitations en conversion est en forte hausse, les surfaces de blé tendre bio stagnent pour l’instant : le blé n’est pas une tête de rotation et il faudra attendre les prochaines campagnes pour les voir augmenter nettement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures