Aller au contenu principal

Biostimulants : quelles sont les garanties apportées par la nouvelle réglementation ?

Dans leur définition, les biostimulants stimulent « les processus de nutrition des végétaux », dans le but « d’améliorer une ou plusieurs des caractéristiques des végétaux ou de leur rhizosphère ».
Dans leur définition, les biostimulants stimulent « les processus de nutrition des végétaux », dans le but « d’améliorer une ou plusieurs des caractéristiques des végétaux ou de leur rhizosphère ».
© V. Marmuse

Le nouveau règlement européen 2019/1009 qui encadre la commercialisation des fertilisants et des biostimulants dans l’Union européenne (UE) est entré en vigueur le 16 juillet. Jusqu’ici, les biostimulants devaient être homologués pays par pays via les autorisations de mise sur le marché (AMM). Cette dimension nationale pour homologuer les produits biostimulants reste une possibilité mais désormais les fabricants peuvent obtenir une homologation pour commercialiser leurs produits dans l’ensemble de l’UE.

La nouvelle réglementation clarifie la définition des biostimulants végétaux, désormais décrits comme plus proches des fertilisants que des produits phytosanitaires. Ils stimulent « les processus de nutrition des végétaux », dans le but « d’améliorer une ou plusieurs des caractéristiques des végétaux ou de leur rhizosphère » (efficacité d’utilisation des éléments nutritifs, tolérance aux stress abiotiques, caractéristiques qualitatives et disponibilité des éléments nutritifs).

Les matières fertilisantes et supports de culture (MFSC) sont à présent classés dans sept nouvelles catégories de produits selon leur fonction (voir tableau 1). Le règlement désigne également les différentes catégories de matières constitutives (CMC) des produits.

 

 
© Règlement européen 2019/1009

 

Différents niveaux de certifications

Il existe quatre niveaux de certifications, de A (autocertification) à D (équivalent d’une assurance qualité). « Les biostimulants seront surtout concernés par les niveaux B et C », précise Aude Bernardon-Mery, directrice recherche & développement et réglementaire chez Gaïago. Ces niveaux impliquent plusieurs exigences, dont l’intervention d’organismes notifiés, encore peu nombreux en Europe, qui réalisent des tests sur les produits ou des audits d’usine.

Les fabricants doivent aussi apporter des garanties : renseignements sur le processus de fabrication, rapport sur l’efficacité, éléments sur l’écotoxicité… Il faudra aussi fournir des documents plus généraux sur la composition du produit et l’étiquetage (type de culture concernée, dosage préconisé…). « On devrait avoir moins de produits homologués dans les dix prochaines années, mais avec sans doute des meilleures efficacités et une plus grande crédibilité », considère Cécile Le Gall, chez Terres Inovia.

Les plus lus

Pucerons sur une betterave
Néonicotinoïdes : pas de dérogations possibles selon la CJUE, les betteraviers s’insurgent
Un arrêté de la Cour de justice de l’Union européenne estime que les Etats membres ne peuvent pas réautoriser les néonicotinoïdes…
Christophe Noisette (Inf'OGM) et Hugo Clément devant une parcelle de colza.
Du colza génétiquement modifié retrouvé près de Rouen : pourquoi l’Anses préconise de mieux surveiller les OGM dans l’environnement ?
Suite à la détection de colza génétiquement modifié au bord d’une route normande par Inf’OGM et Hugo Clément, l’Anses recommande…
L'orge semé durant la première quinzaine d'octobre est particulièrement en avance cette année.
Météo agricole : quelles menaces pour les cultures en avance ?
« Vague de chaleur hivernale », « faux printemps », malgré le retour de températures de saison, quel est l'impact de la douceur…
Chaque culture peut être assurée avec une franchise qui lui est propre, et le déclenchement se fait à la culture en cas de sinistre.
Assurance récolte: comprendre la réforme qui s'applique en 2023
Le nouveau dispositif qui articule solidarité nationale et assurance récolte privée entre en vigueur. Objectif : convaincre un…
Les producteurs ne pourront pas utiliser des semences enrobées aux néonicotinoïdes pour les semis 2023.
Néonicotinoïdes : clap de fin pour les semences de betteraves
Le ministère de l’Agriculture confirme l’interdiction de l’usage des néonicotinoïdes en France pour enrober les semences de…
Dans le nouveau référentiel HVE, le durcissement du barème de points de l'item "bilan azoté" et la vulnérabilité aux impacts de la météo renforcent le risque de ne pas obtenir les points nécessaires pour le volet fertilisation.
HVE : qu’est-ce que change le nouveau référentiel ?
Le nouveau référentiel HVE est plus exigeant mais diversifie les possibilités d’obtenir les points nécessaires à la certification…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures