Aller au contenu principal

Bio contre HVE : une nouvelle guerre des tranchées pour le monde agricole

Les attaques se multiplient contre la certification haute valeur environnementale. Les critiques visent notamment la possibilité d'accéder au niveau supérieur des éco-régimes avec la HVE, la plaçant sur un pied d'égalité avec l'agriculture biologique.

Certains partisans de l'agriculture biologique contestent les vertus environnementales de la certification haute valeur environnementale, créant une nouvelle fracture dans le monde agricole.
Certains partisans de l'agriculture biologique contestent les vertus environnementales de la certification haute valeur environnementale, créant une nouvelle fracture dans le monde agricole.
© C. Gloria

La certification HVE célèbre ses dix ans. C’est en effet sa fête. Pas une semaine sans une attaque contestant ses vertus vertes. Sa légitimité à donner accès au niveau supérieur des éco-régimes de la future PAC est particulièrement visée. Le collectif Pour une autre PAC, qui regroupe 45 organisations, vient de demander sa « suppression des pratiques donnant droit à une subvention environnementale ».

Ce tir nourri dessine un nouveau front : celui de l’agriculture biologique contre la HVE. Pour les partisans de la bio, elle seule garantit la transition agroécologique avec son cortège d’effets bénéfiques (climat, biodiversité, qualité des sols…). Et pour sauver le soldat AB, il faudrait abattre le troufion HVE.

Les accusations d’écoblanchiment rendent amers nombre d’agriculteurs certifiés en grandes cultures. Peu y sont parvenus sans améliorer leurs pratiques – et pour l’heure sans réel retour économique. Les efforts sont variables selon la situation de départ et la région (zone de plaine, bocage, appartenance à un groupe Dephy…). Les retours de terrain attestent qu’obtenir la note de 10 pour le pilier biodiversité, plus encore pour celui des phytos, est rarement une formalité. En clair : si toutes les exploitations passaient en HVE, le gain sur les pratiques serait indéniable, bien que moindre qu’une conversion « tout bio ».

Avancer progressivement vers des pratiques plus vertueuses est-il nécessairement synonyme de statu quo et d’immobilisme ? Derrière les convictions des uns et des autres, respectables, on entrevoit une guerre de position pour préserver des parts de marché, qu’il s’agisse des aides de la PAC ou du caddie du consommateur. Alors que beaucoup jugent ambitieux l’objectif de 25 % de la sole européenne en bio en 2030 fixé par la stratégie De la ferme à l’assiette, n’y a-t-il pas de place pour la HVE ? La lutte entre les modèles agricoles n’a jamais laissé la place aux nuances.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Yann Matura, 120 hectares à Buchy."Depuis trois ans, j’utilise des purins d'ortie tout formulés (Form GC) de J3G avec une application au 1er nœud et une seconde à 2 nœuds. Avec un coût de 10 euros à l'hectare, ces produits tonifient les cultures."
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures