Aller au contenu principal

Betteraves : comment adapter le désherbage au temps sec ?

Pour l’heure, la croissance des betteraves n’est pas menacée par la séquence de sec, mais celle-ci impose de faire preuve de technicité au désherbage face à la moindre efficacité des produits racinaires.

Le temps sec ne pénalise pour l'instant que les plantes menacées de fourchage, mais il impose de privilégier le désherbage à base de produits de contact ou le désherbage mécanique.
© V. Marmuse

L’état d’alerte qui monte pour certaines cultures confrontées au temps sec n’est pas encore d’actualité pour la betterave. « Pour l’heure, les inquiétudes pour la croissance des betteraves se limitent au secteur Beauce/Gâtinais, explique Fabienne Maupas, directrice du Département technique et scientifique de l’ITB. Dans les sols argileux de cette région, la préparation du sol a parfois été moyenne. Avec la formation de fentes de retrait, il y a un risque que la racine tape sur le fond ainsi formé en donnant lieu à du fourchage. Je suis encore raisonnablement optimiste pour les autres secteurs. »

En revanche, la stratégie de désherbage doit tenir compte de ce contexte. « Nous ne sommes pas en conditions limitantes pour la croissance, car à ce stade la betterave a besoin de chaleur et d’ensoleillement, confirme Maxime Allard, responsable régional ITB Champagne-Yonne. La grosse problématique est celle du désherbage, avec des produits racinaires qui ont du mal à faire effet. »

Dans une note du 26 avril, l’ITB préconise « d’augmenter les produits de contact contenant du phenmédiphane de 0,2 l/ha, par exemple du Fasnet SC 1l/ha ou Betanal Tandem 0,8 l/ha ». Puis, « dès le T2, compléter avec des produits efficaces dans ces conditions (Safari de 15 à 20 g/ha Safari Duo Active de 105 à 140 g/ha et/ou Centium 36CS à 0,035 l/ha, sur la flore adaptée) ».

Pour Maxime Allard, il faut dans tous les cas « adapter sa stratégie aux conditions actuelles et intervenir avant la couverture du sol. On peut par exemple utiliser le désherbage mécanique pour limiter le salissement sur l’inter-rang ». La vigilance est particulièrement de mise dans certaines zones de Champagne où le peuplement est hétérogène, suite à des levées difficiles. Les trous qui se forment laissent en effet la place aux mauvaises herbes.

Même constat pour Alexandre Métais, responsable régional Normandie/Val-d’Oise : « Nous sommes confrontés à des difficultés pour maîtriser les adventices, avec des adaptations du désherbage depuis 15 jours », constate le spécialiste. Dans ce secteur, le recours à Safari et à Centium, ainsi que le désherbage mécanique font partie de la panoplie de solutions. L’intervention mécanique est notamment à privilégier au-delà du stade 2 feuilles des adventices.

Si la croissance n’est pas encore pénalisée, le retour des pluies est souhaitable « avant la fin du mois » selon Fabienne Maupas. « À partir de la couverture, s’il n’y a toujours pas d’eau, la situation deviendrait problématique », confirme Alexandre Métais.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

PAC 2023 : Les derniers arbitrages du PSN toujours en discussion
Les assolements qui se décident actuellement seront déterminants pour le respect des obligations liées à la conditionnalité et…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Un apport d'eau à début floraison est incontournable pour améliorer le rendement du tournesol.
Tournesol : bien piloter l’irrigation pour gagner des quintaux
Bien que relativement tolérant à la sécheresse, le tournesol valorise l’irrigation. Un bon pilotage de deux ou trois tours d’eau…
Après plusieurs vols sur sa ferme, Jérôme Commaret a installé une barrière pour barrer l'accès aux véhicules de l'entrée la plus isolée.
Vols à la ferme : « Après plusieurs vols, nous avons installé de l’éclairage et des caméras »
Jérôme Commaret, agriculteur à Domsure dans l’Ain, a subi plusieurs vols de gasoil. Il a déplacé sa cuve, installé des éclairages…
La vidange des nappes a démarré avec deux à trois mois d’avance en moyenne. Selon le BRGM, elles ont reçu 70 % d’eau de moins que la normale à l’exception du Sud-Ouest.
Sécheresse agricole 2022 : un niveau très bas des nappes phréatiques à cause d’un fort déficit dès le printemps
Début juin, les nappes phréatiques affichaient un niveau bas à critique sur la majorité du territoire, rendant vulnérables les…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures