Aller au contenu principal

Betterave porte-graine : « Des pertes de rendements de 40 à 50 % depuis l’arrêt des néonicotinoïdes »

Agriculteur à Nérac (Lot-et-Garonne), Yannick Pipino est confronté à la limitation de solutions insecticides sur betteraves porte-graine, avec comme résultat une augmentation des coûts de traitements et une chute des productions grainières.

Yannick Pipino, agriculteur à Nérac (Lot-et-Garonne)"Le coût des traitements insecticides sur betteraves porte-graine s'élève à 250 à 300 €/ha, contre 120 €/ha précédemment quand les néonicotinoïdes étaient disponibles."
Yannick Pipino, agriculteur à Nérac (Lot-et-Garonne)"Le coût des traitements insecticides sur betteraves porte-graine s'élève à 250 à 300 €/ha, contre 120 €/ha précédemment quand les néonicotinoïdes étaient disponibles."
© Y. Pipino

« L’interdiction des insecticides néonicotinoïdes (NNI) a eu de fortes répercussions, particulièrement en betteraves porte-graines. La dérogation pour la culture de betterave sucrière ne vaut pas pour la production de semences. En 2020 et 2021, nous avons connu les pires rendements depuis les années 60, avec une perte de 40 à 50 %. Quand les néonicotinoïdes étaient autorisées, nous pouvions les utiliser avec un coût des traitements s’élevant à 120 euros par hectare. Maintenant, sans les NNI, nous avons augmenté le nombre de traitements avec d’autres insecticides moins efficaces et le coût s’élève entre 250 et 300 euros par hectare. Les NNI permettaient de lutter efficacement contre les pucerons vecteurs de virus et contre le charançon Lixus, qui cause d’importants dégâts sous nos latitudes.

En conséquence, pour pouvoir produire suffisamment de semences, nous sommes obligés d’augmenter les surfaces de production en France et une partie se retrouve délocalisée dans d’autres pays. La betterave porte-graines était une référence en termes économiques dans notre secteur. Aujourd’hui, on se demande si ce n’est pas la culture qui va plomber l’exploitation.

Dans notre région, des productions ont complètement disparu, comme le radis ou le chou, à cause notamment de problèmes de ravageurs devenus ingérables, alors que le chou porte-graines était parmi les productions les plus rémunératrices.

Nous constatons une chute des surfaces de productions de semences potagères dans le Lot-et-Garonne. Elle est compensée par d’autres productions de semences comme le maïs, le tournesol ou le colza, mais pas avec le même rapport économique. Nous négocions avec les établissements semenciers pour prendre en compte ces augmentations de charges dans les rémunérations. Tous les établissements ne sont pas réceptifs à nos demandes. Le risque est que nombre d’agriculteurs se détournent de ces productions. »

125 hectares. 45 % de la sole en production de semences : tournesol, maïs, betterave, chicorée, oignon, colza, soja (bio). Reste : blé tendre, soja… Irrigation. 70 % du chiffre d’affaires en semences.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Les sangliers, dont les populations explosent, sont responsables de 85 % des dégâts de grand gibier occasionnés aux cultures.
Dégâts de gibier : le système d’indemnisation menacé d’explosion
Les dégâts de gibier coûtent de plus en plus cher aux fédérations départementales de chasseurs. Et détruisent des cultures qui n’…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Alexandre Dufour. "Je ne travaille pas pour toucher des indemnités des chasseurs ni pour cultiver des chardons".
Dégâts de gibier : « Nos cultures sont détruites à chaque fois »
Alexandre Dufour est agriculteur en système polyculture- élevage allaitant sur 280 hectares à Agey, en Côte-d’Or. Il déplore des…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures