Aller au contenu principal

Betterave et cercosporiose : « Je suis passée d’un seul à trois traitements fongicides pour contenir la maladie »

Agricultrice à Guiseniers (Eure), Marie-Claire D’Halluin a revu sa protection fongicide sur betterave avec l’arrivée nouvelle de la cercosporiose.

Marie-Claire D'Halluin, agricultrice à Guiseniers (Eure)  "Je prends le temps de faire des prélèvements de feuilles de betterave et d’y mesurer la proportion touchée ...
Marie-Claire D'Halluin, agricultrice à Guiseniers (Eure) "Je prends le temps de faire des prélèvements de feuilles de betterave et d’y mesurer la proportion touchée par des maladies pour optimiser la date de déclenchement des traitements fongicides."
© Géraldine Aresteanu

« Il y a dix ans, il n’y avait pas du tout de cercosporiose dans notre secteur. Sur betteraves, la rouille et l’oïdium étaient les maladies principales contre lesquelles un seul traitement fongicide suffisait certaines années. La cercosporiose a commencé à apparaître il y a six ans et, en 2023, mes parcelles ont été très touchées avec une forte intensité d’attaque et beaucoup de feuillage détruit en août. Au lieu d’une production de 100 tonnes par hectare, le rendement est tombé à 90 tonnes par hectare sur les parcelles les plus attaquées.

En 2023, j’avais choisi plusieurs variétés de betteraves qui n’étaient pas toutes tolérantes à la cercosporiose. La variété Calledia KWS présente une certaine tolérance : je l’avais réservée aux arrachages tardifs. Ce type de variété, moins atteinte, permet de décaler le dernier traitement fongicide. La présence de cercosporiose m’a amenée à effectuer trois traitements fongicides pour un coût de 90 €/ha, le premier fin juillet avec le produit Spyrale, le deuxième en août avec le mélange Airone (cuivre) + Passerelle et le dernier avec Spyrale début septembre.

Je prends le temps de faire des prélèvements de feuilles de betterave et d’y mesurer la proportion touchée par des maladies pour optimiser la date de déclenchement des traitements fongicides avec les conseils de l’ITB. En 2024, j’ai porté mon choix de variétés sur FD Pulse, Calledia KWS et Caméléon, ces deux dernières étant tolérantes à la cercosporiose. »

EARL du Prieuré. 230 hectares dont 115 de blé tendre, 27 de betterave, 35 de lin textile, 32 de colza, 22 d’escourgeon.

Les plus lus

Parcelles avec des infrastructures agroécologiques dans le lointain
Suppression des 4 % de jachère : quel impact sur ma télédéclaration PAC 2024 ?

Dès cette campagne 2024, il n’est plus nécessaire de mettre en place de la jachère, cultures fixatrices d’azote ou …

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »
Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son…
Epandage d'engrais sur champ de blé
Engrais azotés : quelle stratégie d'achat adopter pour la prochaine campagne ?
La nouvelle campagne d’achats d’engrais azotés par les agriculteurs pour 2025 démarre à peine. C’est le moment de réfléchir à sa…
Parcelles agricoles au printemps, colza au premier plan, champ de blé et de colza au deuxième plan
PAC et DPB : les six points à retenir avant de faire un transfert

Le transfert des droits à paiement de base (DPB) est une démarche qu’il ne faut pas prendre à la légère puisqu’elle…

parcelles de blés au printemps
Blé tendre et orge d’hiver : quel impact du froid ces derniers jours ?
Le froid de ces derniers jours est arrivé sur des céréales à des stades sensibles localement. Le point sur le risque de dégâts…
Clément Savouré, agriculteur en Eure-et-Loir
Achat d’engrais : « Nous arbitrons entre l’ammonitrate et la solution liquide en fonction du prix de l’unité d’azote »

Clément Savouré, agriculteur à Le Gué-de-Longroi, en Eure-et-Loir, privilégie les achats d’engrais à la morte-saison pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures