Aller au contenu principal

Agroforesterie : « J’ai planté des peupliers dans ma parcelle pour accélérer mon projet »

Exploitant une trentaine d’hectares à Cailleville (Seine-Maritime), Pierre Lelong a mené à bien un projet d’agroforesterie sur une parcelle de 6,4 hectares. Ses motivations sont diverses.

« J’ai planté des arbres en agroforesterie il y a une dizaine d’années sur une parcelle de 6,4 hectares. Plusieurs sujets de motivation m’ont amené vers ce projet. J’ai une vraie passion de l’arbre avant tout. La plantation d’arbres en agroforesterie est en outre une réponse au changement climatique, à la recherche de captation de carbone, un mieux pour le bien-être animal et la biodiversité.

J’ai choisi comme essences du noyer, du pommier, du poirier, du merisier… Trois années après, j’ai décidé de planter du peuplier entre les arbres déjà installés pour accélérer mon projet et pouvoir en profiter avec une coupe programmée vingt ans après la plantation pour cette essence. Pour les autres arbres, il faut 40 à 60 ans de développement. Le projet est fait pour produire du bois d’œuvre et aussi du bois raméal fragmenté (BRF) avec le houppier des arbres. Je ne vois pas d’effets sur les cultures (blé, lin, colza, féverole…) pour le moment, ni dans un sens ni dans l’autre.

Il y a dix ans, j’avais touché des subventions en partie seulement sur les frais de plantation, de l’ordre de 2000 euros. Aujourd’hui, on peut inclure le coût de protection des arbres dans les projets pour la demande de subventions. Le projet m’a coûté au total 11 500 euros pour 430 arbres sur cinq rangées espacées de 28 mètres et en bordure de parcelle. La protection contre les chevreuils a été coûteuse (3 500 euros) puisqu’il a fallu notamment protéger la parcelle avec une clôture électrique. »

Pierre Lelong et Marie-Laure Cuisset. 130 hectares en cultures, élevage de moutons à Maillebois (Eure-et-Loir) et 30 hectares à Cailleville (Seine-Maritime).

Les plus lus

Semis direct de maïs précoce après un premier semis qui n a pas levé en raison de mauvaises conditions climatiques et des dégâts d'animaux nuisibles, corbeaux et ...
Semis de printemps : quelles solutions pour remplacer les orges de printemps non semées ?

Après les semis d’automne perturbés par les fortes pluies, la sortie d’hiver et les premiers semis de printemps sont, eux…

L'arrêté abeilles impose de réaliser les traitements de type fongicides sur le colza le soir.
Fongicides sur colza : quelles sont les conditions d'utilisation prévues par l’arrêté abeilles ?

Depuis 2023, l'arrêté abeilles impose le respect d'horaires pour utiliser certains produits phytosanitaires en période de…

Thomas Pointereau, agriculteur à Epieds-en-Beauce (45)  "Contre les volatiles tels que les pigeons, je fais une demande dérogatoire de tirs auprès de la préfecture ou de ...
Dégâts d’oiseau : « Je dépose des tas de grains de pois et de maïs en bordure des champs pour faire diversion »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce (Loiret), Thomas Pointereau parvient à contenir les attaques d'oiseaux sur maïs. C'est plus…
Le décalage de semis de maïs ou de tournesol augmente le risque d'attaques importantes de pigeons et corvidés.
Dégâts d’oiseaux : des produits efficaces à venir en traitement de semences
De nouvelles spécialités corvifuges sont en cours de test pour le traitement de semences de maïs et de tournesol, avec parfois…
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France
Fertilisation : Le phosphore fait défaut dans les sols cultivés en France

La situation des sols continue de se dégrader en France sur leur teneur en phosphore. Conséquences : des pertes de…

Marc Moser, agriculteur à Kurtzenhouse (67)"En 2024, j’envisage d’appliquer un anti-dicotylédones à 5-6 feuilles du maïs et/ou une application dirigée de Banvel à ...
Désherbage maïs : « Nous faisons face à l’explosion de datura dans nos parcelles »

Le datura est signalé en Alsace depuis quelques années. Agriculteur à Kurtzenhouse (Bas-Rhin), Marc Moser doit dorénavant…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures