Aller au contenu principal
Font Size

Salade : présentation des variétés résistantes au Bremia dans le Roussillon

La Sica Centrex vise à établir un classement des variétés résistantes au Bremia adaptées aux conditions pédoclimatiques du Roussillon et déterminer des critères qualitatifs pour le marché du frais ou à la 4e gamme.

Objectif : réaliser un classement des variétés résistantes au Bremia en culture de salades.
© Sica Centrex

Le 11 novembre dernier, la Sica Centrex a organisé une visite d’un essai de Salades d’automne sous abri chez un maraîcher à Toulouges (66). « Inscrit dans le cadre du programme d’expérimentation ‘Elire’ financé par FranceAgriMer, cet essai réalisé chez un producteur visait à présenter les collections d’automne sous abri de laitues, batavias et feuilles de chêne. Plus largement, ce programme d’expérimentation vise à établir un classement des variétés résistantes au Bremia adaptées aux conditions pédoclimatiques du Roussillon ainsi qu’aux différents créneaux de production », explique Aude Lusetti, responsable expérimentation maraîchage à la Sica Centrex.

Variétés destinées au marché du frais

Sur ce créneau automnal, l’expérimentation comporte 36 variétés de salades sous abri dont 12 laitues, 9 feuilles de chêne blonde et rouge et 15 batavias. « L’objectif vise à classer les nouveaux numéros tous résistants au Bremia jusqu’à la race 36 selon des critères bien précis de poids, homogénéité, grosseur de la pomme, rapidité de remplissage, sensibilité aux maladies, facilité de coupe… », poursuit la technicienne. Sur les 36 variétés testées par rapport à des variétés témoins communément cultivées en Roussillon, les résultats sont assez mitigés cette année. « Aucune variété n’est franchement sortie du lot sur ce créneau de production. Parmi les nouveautés, plusieurs variétés méritent néanmoins d’être revues mais pas forcément sur ce créneau de production telles que Cieno d’Enza zaden, résistante à la souche 36 mais aussi aux pucerons, la variété sous numéro 42161 de Rijk Zwaan… L’autre élément à prendre en considération réside dans l’objectif de commercialisation. Les critères qualitatifs sont différents pour des variétés destinées au marché du frais ou à la 4e gamme », conclut Aude Lusetti. Dans cet objectif, la Sica Centrex prévoit de publier un calendrier variétal 2020, disponible sur le site de La Centrex dès le mois de juillet.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
promus box
Promus veut aider tous les producteurs à vendre en circuits courts
La start-up souhaite démocratiser l’approvisionnement local en accompagnant les producteurs dans leur diversification en circuit…
Mâche, blette, épinard, roquette s'accommodent de la moindre luminosité des serres photovoltaïques avec une baisse du rendement de 25% à 40%.
Serres photovoltaïques : « La perte de rendement est acceptée par certains producteurs qui ont des abris surdimensionnés»
Témoignage de Thierry Corneille, conseiller au Ceta de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône).
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes