Aller au contenu principal

Pourquoi Prince de Bretagne lance une gamme de petits fruits rouges ?

Face à une demande croissante en fruits rouges et sur un marché marqué par l’importation, Prince de Bretagne diversifie sa gamme avec de la framboise et de la myrtille.

En 2024, Prince de Bretagne commercialisera ses premiers volumes significatifs de framboises et de myrtilles. Environ 4 tonnes de framboises devraient être proposées de mi-mai à mi-septembre et 20 à 22 tonnes de myrtilles disponibles tout le mois d’août.

Lire aussi : Petits fruits rouges : Sicoly veut répondre à la demande en framboises et myrtilles

Une offre née de la demande d’un client

« Les fruits rouges sont des produits de segmentation qui séduisent les consommateurs, constate Patrick Guivarch, responsable de la diversification à la Sica Saint-Pol de Léon. La myrtille notamment est un produit plaisir, qui ne nécessite aucune préparation, ce que recherchent les jeunes. Le marché en fruits rouges est dominé par l’importation. L’idée de produire de la myrtille et de la framboise en Bretagne est née de la demande d’un client, France Food, à Rungis, qui travaillait déjà avec Prince de Bretagne en fraises et recherchait un sourcing breton en myrtilles et framboises. L’implication de ce client dans le développement d’une filière a fait que des producteurs Prince de Bretagne du Finistère et des Côtes d’Armor ont été intéressés par ce projet ».

Lire aussi : Bretagne : en endive, quelles sont les ambitions de Prince de Bretagne avec sa nouvelle endiverie ?

Plusieurs années de test pour identifier des variétés adaptées au climat breton

Des recherches ont été menées auprès de producteurs et techniciens d’autres bassins et des essais ont été réalisés à la station expérimentale du Caté pour mettre au point les techniques de production et identifier des variétés adaptées au climat breton et permettant un rendement horaire à la récolte suffisant. « En myrtilles et framboises, le rendement horaire à la cueillette a un impact très fort sur le coût de production, précise Patrick Guivarch. Face aux produits venant de pays où le coût de la main-d’œuvre est bas, il faut des variétés permettant un bon rendement horaire, notamment en myrtille qui demande un investissement de départ important ».

Aujourd’hui, six producteurs se sont lancés en myrtilles sur des surfaces de 3000 m² à 1 hectare. Les myrtilles, de deux variétés, sont cultivées en pot en plein champ, triées dans un atelier froid de la Sica Saint-Pol de Léon et expédiées en vrac chez France Food qui les commercialise en GMS, auprès de pâtissiers… Les rendements augmentant progressivement les quatre premières années, les volumes devraient atteindre 40-42 tonnes en 2025 et 50 tonnes en 2026.

De nouvelles plantations de myrtilles en 2024

De nouvelles plantations seront également réalisées en 2024, permettant à nouveau une augmentation des volumes à partir de 2027. Et des travaux sont menés sur d’autres variétés pour élargir la période de commercialisation.

Deux producteurs cultivent une variété de framboises sur 1500 m², en pot sous abris froids, avec un échelonnement des plantations, qui sont annuelles, pour étaler la commercialisation. Les framboises sont conditionnées à la récolte en barquette de 125 g et vendues localement à des négociants. « Les volumes étant encore limités, ce qui rendait le transport jusqu’à Rungis trop coûteux, le choix a été fait de les vendre localement pour l’instant, précise Patrick Guivarch. Plusieurs négociants en ont déjà été commercialisés en 2023 ».

Et pour l’avenir, les producteurs Prince de Bretagne se disent prêts à étudier toute autre diversification permettant de répondre à une demande de client.

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

La couleur préférée des abricots par les consommateurs est l’orange et l’orange pigmenté de rouge.
Gel, alternance, coulure : à quoi s’attendre pour la récolte française d’abricot en 2024 ?

A Medfel, les prévisions de récolte pour la France annonce une forte baisse après une forte récolte 2023. A quoi cette baisse…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes