Aller au contenu principal

Loire-Atlantique : Manger local en restauration collective

Le pôle d'équilibre territorial et rural (PETR) du Pays de Retz, la Chambre d’agriculture de Loire-Atlantique et le GAB 44 ont organisé un salon « Manger local en restauration collective ». Les rencontres ont été reportées au printemps mais un webinaire a été maintenu.  

Wébinaire Manger local en restauration collective : En Loire-Atlantique, 63 millions de repas par an sont servis en restauration collective. Et la volonté du département est de développer l’approvisionnement local.
© Véronique Bargain - FLD

En 2019, une enquête auprès de trois cantines scolaires du Pays de Retz a montré que les légumes représentent 29 % des achats en volume et 16 % en valeur et les fruits 18 % en volume et 14 % en valeur. Pommes et pommes de terre représentent 25 % des achats fruits et légumes (travaillés à plus de 50 % sous forme crue et entière). 8 % des achats étaient en bio en 2019, les premiers produits bio étant les fruits. Les achats se font surtout auprès de grossistes, à 95 % de la région.

Des contrats à l’année avec des producteurs locaux et un distributeur de fruits et légumes

Sur les petites communes, l’approvisionnement local se fait en gré à gré. « Nous avons un partenariat avec vingt producteurs, notamment en légumes, témoigne Damien Maria, chef de cantine à La Chevrolière. En 2020, 35 % des approvisionnements étaient bio, 50 % locaux. Le maraîcher dit chaque semaine quels légumes il a et nous adaptons nos recettes, avec par exemple l’hiver des soupes de panais et de courge très appréciées des enfants. » Océane de Restauration, qui livre 15 000 repas/jour, est aussi tournée vers les terroirs. « Par sécurité, nous associons des contrats à l’année avec des producteurs locaux et un distributeur de fruits et légumes qui assure une provenance régionale », précise Cédric Vienet, directeur d’Océane de Restauration.

Le « local » suggéré par les signes officiels de qualité ou... la HVE

Le terme « local » ne pouvant pas être retenu dans la loi issue des Egalim, une clé pour favoriser l’approvisionnement local est le recours aux signes officiels de qualité ou à la HVE. Une autre, pour les marchés publics, où le terme local est interdit, est d’orienter la rédaction de l’appel d’offres. Depuis dix ans, le GAB 44 accompagne les collectivités dans ce sens. « Au-delà de 40 000 €/an d’achats, une collectivité doit faire un appel d’offres, note David Lorgeoux, du GAB 44. Pour favoriser le local, elle doit bien sourcer les produits locaux et adapter ses lots. Elle peut aussi mettre dans le dossier technique des critères de réduction et reprise des emballages, développement durable, approvisionnement direct… et ne pas avoir le prix comme premier critère ». Manger Bio 44, plate-forme regroupant 50 producteurs pour l’approvisionnement de cantines, réalise ainsi 32 % de son chiffre d’affaires par les marchés publics, avec un partenariat avec Biocoop Restauration pour compléter les approvisionnements.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Maraîchage : les semis papier à l’essai
La technique des semis papier en maraîchage bio a été expérimentée en 2019 par la station d’expérimentation du Sileban, en…
Hauts-de-France : Premières certifications produit HVE Niveau 3 pour Natur’Coop
Quatre légumes de la coopérative nordiste disposent de la précieuse certification. D’autres devraient suivre dans les deux…
Agroécologie et bio : devant la multiplicité des labels, il y a un besoin urgent de communiquer… sans les emballages !
Le CTIFL a organisé le 1er février un webinaire sur l’agroécologie et les fruits et légumes, pour faire suite à celui du 17…
Les producteurs anticipent la disponibilité de la main-d’œuvre saisonnière
Les producteurs de fruits et légumes tentent d’anticiper et de sécuriser la disponibilité de la main-d’œuvre…
Crues en Lot-et-Garonne : d'importants dégâts encore difficilement évaluables pour les producteurs de fruits et légumes
La crue exceptionnelle de la Garonne en Lot-et-Garonne va compromettre de nombreuses cultures. Les pertes de récoltes de légumes…
La fraise Label Rouge veut oublier 2020 et mise sur une nouvelle variété pour dynamiser la campagne
Très impactée par la crise en 2020, la fraise Label Rouge espère 2021 sous de meilleurs auspices. Les voyants en production et en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes