Aller au contenu principal

Fruits & Légumes : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière fruits & légumes, de la production à la distribution

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

Paca : le verger provençal progresse en bio

Le verger de pomme et de poire bio progresse en région Provence-Alpes-Côte-d’Azur grâce notamment à une forte dynamique de conversion de vergers.

En huit ans, les surfaces du verger de pommes bio de la région PACA ont été multipliées par 2,6 pour atteindre 1600 hectares en 2018. © C.Zambujo
En huit ans, les surfaces du verger de pommes bio de la région PACA ont été multipliées par 2,6 pour atteindre 1600 hectares en 2018.
© C.Zambujo

La région Provence-Alpes-Côte-d’Azur représentait 23 % des surfaces françaises dédiées à la production de pommes bio, soit 1 600 hectares sur un verger national de 7 000 ha en 2018. « En huit ans, les surfaces nationales ont été multipliées par trois, et celles de la région Paca par 2,6 », indique Anne-Laure Dossin, chargée de missions à Bio de Provence lors de journées consacrées aux fruits à pépins bio et organisées par la Chambre régionale d’agriculture. Ainsi, Paca est aujourd’hui le premier bassin de production de pommes bio, suivi par l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. Ces trois régions sont aussi marquées par une forte dynamique de conversion, puisqu’en 2018, les surfaces en conversion dépassaient celles certifiées. Mais après une forte vague observée sur les années 2016-2017, les conversions semblent se tasser. Le nombre d’exploitations produisant de la pomme bio a aussi doublé sur la période. Régionalement, elles représentaient 232 entreprises en 2018. Golden et Gala dominent largement le marché du bio. Juliet® arrive ensuite, mais aussi Pink Lady®, Granny, puis Chanteclerc et Akane tandis que Story® s’installe doucement.

La plus-value se maintient

Pour Isabelle Jusserand, animatrice des Comités bio et RSE d’Interfel, plusieurs indicateurs laissent à penser que le marché des fruits à pépins bio devrait poursuivre sa progression. « On observe une progression relative des volumes de pommes bio français sur le marché entre 2012 et 2017, avec également une progression des volumes provenant d’autres régions, ce qui confirme que le marché est encore sous approvisionné en pomme. » La consommation augmente elle aussi, et quant à la valorisation du produit au stade d’expédition, « la tendance sur les quatre dernières campagnes souligne une hausse et le maintien de la plus-value de l’écart entre le bio et le conventionnel ».

Sur le marché de la poire, « la valorisation au stade d’expédition reste bonne par rapport à la poire conventionnelle. Mais la valorisation du conventionnel a tendance à progresser également contrairement à ce qui est observé sur la pomme ». Comme on peut l’observer régulièrement sur les fruits bio, l’offre – dont les débits ne sont pas aussi importants et instantanés qu’en conventionnel – se heurte encore à des difficultés d’écoulement. Les situations fluctuent selon les années mais, si le marché reste complexe, il n’en est pas moins actif. En 2015, les producteurs de la région mettaient en marché 17 000 tonnes de pommes et 6 000 t de poires bio. Ces chiffres sont passés à 45 000 t de pommes et à 16 000 t de poires en 2019. Les conversions récentes devraient rapidement encore multiplier ces volumes. Mais les impulsions données et souhaitées par les différents plans de filière, plan ‘Ambition Bio’, sans oublier la loi alimentation, sont aussi favorables au développement du marché du bio pour les prochaines années.

Le verger de poiriers bio triplé

La dynamique de conversion sur le poirier est régulière depuis plusieurs années. Le verger de PACA a ainsi triplé en surfaces entre 2011 et 2018 pour atteindre 700 ha des 1 427 ha du verger national de poiriers, soit la moitié. En poire aussi, la dynamique de conversions récentes est forte et les surfaces en conversion sont mêmes depuis 2016 supérieures à celles des surfaces certifiées. Les vergers bio sont essentiellement plantés en Williams verte et Guyot. En huit ans, le nombre d’exploitations a plus que doublé dans la région en passant de 70 exploitations, en 2011, à 167 exploitations en 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L'utilisation de paillages biodégradables se développe en maraîchage bio
L’offre des paillages biodégradables se diversifie. Leur usage se développe avec intérêt, notamment pour faire face aux…
La filière fruits et légumes s’adapte au changement climatique
L’agriculture est un des premiers secteurs touché par les impacts du changement climatique. S’y adapter constitue un enjeu…
Légumes : « L’agriculture de conservation des sols apporte des effets agronomiques très positifs »

Témoignage de Xavier Dubreucq, conseiller en maraîchage.

Pourquoi un sol naturel…

8 bonnes pratiques d’utilisation des films de paillage biodégradables
L'usage des paillages biodégradables se développe, notamment pour faire face aux contraintes de recyclage du plastique. Le…
Dans cette serre, la densité des fraisiers est augmentée grâce à la superposition des gouttières de culture
L’augmentation de la densité de plants de fraisier par superposition des gouttières rend la serre plus efficiente et augmente le…
Une douzaine de stimulateurs de défense des plantes (SDP) ont été évalués sous serre, vis-à-vis de la brûlure foliaire de la carotte. © Equipe QuaRVeg / UMR IRHS
Carotte : Des stimulateurs de défense des plantes testés contre la brûlure foliaire
Combiner le levier variétal et l’utilisation de Stimulateurs de défense des plantes (SDP) pourrait permettre d’optimiser la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes