Aller au contenu principal

Tomate : Le projet Reveil à l’heure des économies d’intrants

En recherchant des variétés de tomate et de salade économes en fertilisants, le projet Reveil s’inscrit dans la réduction des impacts environnementaux et dans la gestion durable des ressources minérales.

Le projet Reveil vise à identifier des différences d’efficience des fertilisants d’origine génétique entre les variétés de tomate.   © RFL
Le projet Reveil vise à identifier des différences d’efficience des fertilisants d’origine génétique entre les variétés de tomate.
© RFL

Le projet Reveil a pour but de recherche des variétés économes en intrants de phosphore (P) et de potassium (K) pour la tomate, sol et hors-sol, et la laitue. Celui-ci a deux objectifs. Le premier est de quantifier les réductions possibles d’apport de P et de K sur ces cultures, très représentées dans le Sud-est de la France, et ce, pour les principales variétés présentes sur le marché. Ce premier enjeu réside donc dans la mise à disposition auprès des agriculteurs d’outils de rationalisation des apports de P et de K aux cultures maraîchères. Le second objectif est d’identifier la variabilité génétique de l’efficience de P et de K vis-à-vis de critères physiologiques utilisés comme indicateurs.

Distinguer des variétés à conduite bas intrants

Les nouvelles variétés sont évaluées dans des réseaux d’essais où les conditions de disponibilité en P et en K sont supra-optimales, ce qui ne permet pas de quantifier des différences d’efficience d’origine génétique. Or il a été montré, en particulier sur le riz et le blé, que des différences d’efficience d’origine génétique existent, avec des rapports allant souvent de 1 à 2 entre les variétés les moins efficientes et celles les plus efficientes. En conséquence, un second enjeu réside dans la mise en place de dispositifs permettant d’évaluer l’efficience de l’absorption et de l’utilisation du P et du K chez les variétés de légumes mises à disposition sur le marché. Des travaux dans ce sens permettraient de distinguer des variétés destinées à des conduites à bas niveaux d’intrants, pour l’agriculture conventionnelle aussi bien que pour l’agriculture biologique. Le projet Reveil s’inscrit dans la réduction des impacts environnementaux négatifs résultant d’une suraccumulation des minéraux dans les sols et dans la gestion durable des ressources mondiales non renouvelables en phosphore issu de phosphates rocheux. Il est proposé dans ce projet de mettre en place un Groupe opérationnel constitué de maraîchers, de conseillers techniques de CETAs, d’ingénieurs de station de recherche et d’expérimentation (Aprel, CTIFL, Grab), et de chercheurs (Inrae).

 

A lire aussi : Légumes : la génétique, un levier pour réduire les intrants

 

Les plus lus

Les chaufferettes Wiesel commercialisées par Filpack permettent un gain de température à l'allumage supérieur à celui des bougies.
Chaufferettes contre le gel en verger : un intérêt sur les petites parcelles très gélives

Le risque de gel fait son retour sur cette deuxième quinzaine d'avril. Plusieurs entreprises proposent des convecteurs à…

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

verger abricot Drôme - Emmanuel Sapet
En Ardèche, de fortes pertes dans les vergers d'abricotiers sont à déplorer

Des chutes physiologiques importantes de fleurs sont à déplorer dans des vergers d'abricotiers d'Ardèche, de la Drôme et de l'…

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

Loi Agec et emballage plastique des fruits et légumes : le Conseil d’Etat rejette le recours, Plastalliance va porter plainte devant l’UE

Suite à l’audience du 4 avril, le Conseil d’Etat a rejeté, par ordonnance du 12 avril 2024, la requête de Plastalliance aux…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes