Aller au contenu principal

Début de campagne
La saison estivale des fruits d’Alsace sera hétérogène

Le gel du début du printemps a impacté de manière très hétérogène les vergers de fruits à noyau et de petits fruits d’Alsace, rendant compliqué les estimations de campagne. Tour d’horizon en cerise, mirabelle, quetsche et prune, framboise, myrtille et groseille, avec les producteurs et les techniciens de la Chambre d’agriculture.

L'Ifla fait la promotion des cerises d'Alsace.
© Ifla

Et c’est parti pour la saison estivale 2020 des fruits d’Alsace.  « Nous partons sur une campagne de fruits estivaux assez hétérogènes selon les zones géographiques, analyse pour FLD le 17 juin Joël Reisz, président de l’APPFFNA* (association des producteurs de petits fruits et de fruits à noyau d’Alsace). Certains producteurs, comme ceux du secteur de Westhoffen ont été très touchés par les épisodes de gel des 30-31 mars et de mi-avril, tandis que d’autres pas du tout -le Nord et le Bas-Rhin ont été peu impactés- et ont des arbres très chargés. Les récoltes pourront donc être de 30 % du potentiel chez certains à 120 % chez d’autres. De plus, nous sommes sur une année très sèche donc s’il ne pleut pas, cela aura un impact négatif sur les arbres très chargés. »

Baisse de rendement pour les variétés précoces de petits fruits

Précoce cette année, avec 10 à 15 jours d’avance sur la normale, la campagne estivale a débuté il y a quinze jours avec la cerise, dont la saison devrait être courte cette année : la fin de récolte est attendu pour fin juin. Grâce aux températures élevées de ces dernières semaines, le taux de sucre est élevé. La framboise est également en milieu de campagne. La myrtille et la groseille devraient débuter sous peu, la mirabelle autour du 20 juillet et la quetsche autour du 20 août.

Les petits fruits (myrtille, groseille, framboise), dont les surfaces sont globalement stables d’année en année, ont aussi été touchés par le gel dans certains secteurs pour les variétés précoces, ce qui va engendrer une baisse de rendement, précise Marie-Laure Schnell, technicienne Petits fruits à la Chambre d’agriculture d’Alasce.

Vers une grosse campagne en quetsche, la surprise en mirabelle

Les surfaces en fruits à noyau sont stables d’une année sur l’autre et prennent en compte les vergers familiaux, qui représentent encore une part essentielle de la production régionale. « Les fruits de ces vergers privés partent à la consommation, mais aussi à la distillerie et en conserverie », précise Philippe Jacques, technicien Fruits à noyau à la Chambre d’agriculture d’Alsace. Les surfaces globales (vergers professionnels et familiaux) sont estimées à 175-180 ha pour la cerise de bouche, une trentaine d’hectares pour la cerise d’industrie (distillation uniquement, pour la fabrication de kirsch) et 600 ha pour les mirabelles (40 %), quetsches (40 %) et prunes bleues (20 %). « La production est très hétérogène cette année, analyse Philippe Jacques. En mirabelle, nous partions sur une année 2020 plutôt forte mais le gel vient compliquer les prévisions, au contraire de la Lorraine où l’on sait déjà que les vergers seront très chargés. En quetsche, 2020 devrait être une grosse campagne car le gel n’a pas impacté les arbres, et les rendements devraient tourner autour de 15 à 20 t/ha. Pour les prunes, les espèces précoces ont été touchées mais nous devrions être sur des rendements globaux de 16-17 t/ha. »

La consommation au rendez-vous

Bassin de production, l’Alsace est aussi un bassin de consommation, et « le marché fonctionne bien sur ce début de campagne de cerises ». De plus, Joël Reisz estime : « La consommation n’a pas été influencée par le Covid-19 et même je pense que la crise va pousser les consommateurs à se rabattre sur le local. Côté production, ça a été compliqué pour les primeurs, asperges et fraises, en raison du manque de main d’œuvre mais pour les fruits à noyau qui viennent de commencer, il n’y a pas de souci. »

 

*L’APPFFNA regroupe environ 30 producteurs adhérents en Alsace, soit 200 ha, et a pour objectif de dynamiser et promouvoir la production des fruits à noyaux et petits fruits en Alsace.

 

 

Les plus lus

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Face à la sécheresse, comment l'agriculture des Pyrénées-Orientales envisage sa gestion de l'eau ?

Face au manque d’eau, à l’amenuisement des réserves et à la sécheresse prolongée, les Pyrénées-Orientales se concertent pour…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes