Aller au contenu principal
Font Size

[Coronavirus Covid-19] En Dordogne, la filière fraise en danger

Comme dans tous les bassins de production, la récolte des fraises a commencé en Dordogne et la filière doit faire face à l’absence de main-d’œuvre étrangère et à une consommation en berne.

Un métier de cueilleur de fraise ne s’apprend pas en deux heures. Il faut de la pratique. © RFL
Un métier de cueilleur de fraise ne s’apprend pas en deux heures. Il faut de la pratique.
© RFL

Le 24 mars, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume, a appelé la population à rejoindre « la grande armée de l’agriculture française ». Dans son plan de soutien, il est notamment prévu, pour faciliter le recrutement de saisonniers, de pouvoir cumuler le chômage partiel et un salaire agricole. Ainsi des demandes ont afflué de toute la France auprès de la Chambre d’agriculture de la Dordogne et de l’Anefa 24. « La semaine dernière, on a établi un questionnaire pour recenser les besoins. Nous l’avons adressé à l’ensemble des employeurs figurant sur notre livret des saisonniers en Dordogne et Lot-et-Garonne », expliquait Claudine Feyfant, la présidente de l’Anefa 24 à Réussir Le Périgord du 27 mars. Mais « cela me paraît compliqué de faire venir des gens du nord de la France », mentionne la présidente. Les structures souhaitaient donc privilégier la main-d’œuvre locale dans le contexte de respect des règles sanitaires instaurées.

Capacité à cueillir des fruits avec délicatesse

Avec la fermeture des frontières, les travailleurs venant habituellement du Portugal, d’Espagne ou de Pologne sont bloqués dans leur pays d’origine. En plus de son absence, cette main-d’œuvre était habituée à la cueillette de la fraise, un fruit délicat dont la récolte ne s’improvise pas en toute hâte. « Nous avons besoin de personnes qui ont la capacité à cueillir des fruits avec délicatesse et rapidité. Un métier ne s’apprend pas en deux heures. Il faut de la pratique. Si le fruit est abîmé à la cueillette et si la barquette n’a pas été mise au frais correctement, le lendemain, la totalité est pourrie. Il nous faut une main-d’œuvre spécialisée », explique Patricia Rebillou, présidente de l’association des producteurs de fraises de Dordogne. D’autant plus que les producteurs doivent gérer d’autres travaux annexes avec l’arrivée des fraises de printemps (ouvrir et fermer les fraisiers, les couvrir et les découvrir, nettoyer, désherber…). Avant de cueillir les fraises, il s’agit aussi de préparer les emballages, les plateaux avec les barquettes et bien d’autres tâches. « On voit arriver l’horrible situation où il va falloir jeter les fraises ou couper l’eau pour ne plus alimenter les plants parce qu’on ne pourra pas ramasser nos récoltes », s’inquiétait Patricia Rebillou, très préoccupée.

 

A lire aussi :

La filière sur le pont pour sauver les productions

Les producteurs de légumes face au manque de travailleurs saisonniers étrangers

Des bras pour vos assiettes : l’appel réussi des filières et du gouvernement

Gros manque de main d’œuvre pour les récoltes allemandes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Gérard Malaure
[Coronavirus Covid-19] Gérard Malaure, DG du groupe Primever : « Nous avons pu livrer tous les jours toutes les régions de France malgré les retours à vide de nos camions »
Explosion de la demande de la GMS, rotation des camions compliquée, projets pour l’après Covid-19 : Gérard Malaure, directeur…
En médaillon, Sébastien Lacombe commercialise sa production sous la marque Gouttes du Soleil, qu'il a acquise en 2015. © A. Lasnier
Dans le Tarn-et-Garonne, une parcelle de cerisiers entièrement close par un système de filets et de bâches
Dans le Tarn-et-Garonne, Sébastien Lacombe expérimente un nouveau type d’installation pour protéger ses cerisiers contre…
L’offre des opérateurs français repose sur une tomate cerise HVE en barquette carton de 200 g sous flow-pack. Objectif : contrer l'offre marocaine.  © Rougeline
Une offre de tomates cerise HVE pour contrer l’importation
Intermarché communique sur les tomates cerise HVE en 200 g. L’offre, lancée aussi dans d’autres enseignes, est née d’une…
Les jardiniers produisent un volume de tomates de l'ordre de 400.000 tonnes, selon une estimation du CTIFL. © DR
Tomate : Les potagers pénalisent-ils les ventes ?
Le CTIFL a mené une étude afin de déterminer l’impact de tomates produites dans les potagers des particuliers sur les achats en…
Didier Marques , président de l'UNCGFL : « Les grossistes fruits et légumes ont démontré leur capacité d’adaptation lors de la crise Covid-19 »
Élu le 11 juin, le nouveau président de l'Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes (UNCGFL) livre, pour FLD, ses…
United fresh live promo
United Fresh 2020 : la crise sanitaire a fortement touché la filière américaine
United Fresh Produce Association, l’interprofession américaine fruits et légumes tient son Salon de façon dématérialisée cette…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes