Aller au contenu principal

Pêches-nectarines et abricots
La baisse des volumes en 2018 a peu impacté la consommation

En 2018, les Français n’ont pas boudé les pêches-nectarines malgré une hausse des prix au détail, a-t-il été dit lors des Rendez-vous de l’Arbo Auvergne Rhône-Alpes.

© Philippe Gautier - FLD

Le 11 décembre, ont eu lieu les Rendez-vous de l’Arbo Auvergne Rhône-Alpes au pavillon des congrès de Valence (Drôme) organisée par l’association Fruits Plus.

Environ 300 producteurs de fruits, des techniciens de chambre d’Agriculture ont répondu présents. Le thème : “arboriculture : parlons qualité”.

« L’enjeu est de générer de la valeur, des revenus pour les arboriculteurs. Il faut inclure dans nos démarches la qualité gustative des pêches nectarines, abricots et la qualité environnementale tout en maîtrisant nos charges. Nos concurrents sont toujours plus affûtés et organisés en pratiquant des bas coûts. Nous avons besoin d’une régulation renforcée en matière de concurrence », a déclaré Régis Aubenas, président de Fruits Plus, en préambule.

La production nationale en pêches-nectarines est en baisse de 18 % pour la campagne 2018 par rapport à 2017 avec un total de 181 500 t. « La filière, selon le rapporteur Raphaël Martinez directeur de l’AOP Pêches et Abricots de France, n’a pas pu constituer de stocks suffisants en pêches-nectarines en 2018 avec une petite marge de manœuvre. Les stocks n’ont jamais dépassé les 3 500 t. »

Ce déficit a eu un effet direct sur les importations en pêches espagnoles : « Nous avons ressenti une pression de la part des producteurs espagnols avec un apport de pêches plates espagnoles supplémentaires en juillet-août. Les prix en expédition en nectarines jaunes ont été en cohérence avec le déficit de l’offre », constate Raphaël Martinez.

Malgré cette baisse des volumes, la consommation nationale n’a pas beaucoup faibli (-10 % en volume). Et la hausse des prix au détail n’a pas eu de répercussion négative sur les consommateurs français toujours intéressés par les pêches-nectarines.

Dans ce contexte très concurrentiel, le bilan de campagne en abricots est en baisse de 20 % en France pour un volume de 112 000 t. Les causes de cette baisse : démarrage tardif de la récolte, absence d’abricots en mai, demi-récolte en Bergeron, présence plus forte de l’Espagne sur les marchés européens et progression de l’offre espagnole.

Le déficit a impacté les importations avec des pêches plates espagnoles supplémentaires cet été.

__________________________________________________

Perspectives du marché pêches-nectarines

Selon les professionnels, la production française garde son équilibre mais seulement sur un marché national à sa mesure grâce à quelques avantages concurrentiels tels que l’origine France, la qualité de l’offre et la régularité. Les nouveaux défis de la filière : conserver un marché équilibré grâce à un vrai partenariat avec la GMS nationale et la confiance des consommateurs attachés à la qualité gustative et répondre aux attentes sur la réduction des intrants. Il faudra aussi poursuivre sur la voie écoresponsable, trouver des liens et des complémentarités entre les démarches bio, global Gap, HVE, zéro résidu de pesticides, tout en gardant la performance technique.

Lire aussi dans FLD Hebdo du 20 décembre :

- Pêches-nectarines : le renouvellement du verger à poursuivre

- Abricots précoces : ralentissement des plantations
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

L’alimentation locale, réel changement ou fausse tendance ?
Alimentation locale, circuit court, mondialisation contre souveraineté alimentaire… Cette tendance s’est-elle réellement…
En médaillon, Guillaume Brisard compte installer à terme une trentaine de moutons Shropshire pour gérer l'enherbement de ses vergers. © A. Lasnier
Guillaume Brisard adopte l’éco-pâturage dans ses vergers
Guillaume Brisard, arboriculteur en Indre-et-Loire, a installé une douzaine de moutons dans ses vergers de pommiers et poiriers…
Les Mannoni, père et fils, produisent environ 2 500 tonnes de melons par an, sur le secteur de Tarascon et Arles. © E.Delarue
Serge Mannoni, producteur de melons dans les Bouches-du-Rhône : « melonnier, c’est un métier »
45 ans après son installation, Serge Mannoni a transmis son métier de melonnier à ses trois fils. Une passion partagée qui se…
Pommes et poires : trop tôt pour un bilan chiffré après les dégâts de gel
Le froid exceptionnel de début avril a impacté les productions de pommes et de poires. Selon l'Association nationale pommes…
Koki a signé plusieurs partenariat pour développer le verger de noisetiers en France et s'assurer des débouchés. © Koki
Noisette : un partenariat entre Unicoque et Ferrero
La forte demande du marché de la noisette industrie, consolidée par un partenariat avec Ferrero, dynamise la production de…
Demain La Terre veut amplifier sa visibilité auprès du grand public
L’association, riche de projets et de nouveaux adhérents, prévoit d’étoffer encore davantage sa gamme et met le paquet sur la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes