Aller au contenu principal

« L’asperge doit être associée au printemps plutôt qu'à Pâques »

L'AOPn Asperges de France a présenté le 26 mars la campagne 2024 asperge. Des volumes stables sont attendus. L'association communique pour que la consommation de l'asperge dure pendant toute la saison de production.

Une récolte d'environ 6200 tonnes d'asperge est attendue chez les organisations de producteurs adhérentes d'Asperges de France.
Une récolte d'environ 6200 tonnes d'asperge est attendue chez les organisations de producteurs adhérentes d'Asperges de France.
© A. Lasnier

C’est à quelques encablures de la Loire, mardi 26 mars, que l’AOPn Asperges de France a organisé une journée presse pour présenter la campagne 2024 asperge. Le prévisionnel de récolte au niveau de l’AOPn, qui représente environ 30 % de la production nationale, est d’environ 6 200 tonnes, soit un niveau assez stable par rapport à l’an dernier. Pour développer la consommation, l’AOPn souhaite atténuer l’image d’un légume que l’on mangerait uniquement pendant les fêtes de Pâques. « L’asperge française est présente sur les étals de mars à juin, elle doit plutôt être associée au printemps », souligne Astrid Etevenaux, directrice d’Asperges de France.

Guillaume Thomas, producteur à Saint-Mathurin-sur-Loire (Maine-et-Loire), a fait découvrir son exploitation, qui compte 30 hectares de légumes dont 16 ha d’asperge. La plupart de la production est en plein champ, mais une petite partie se fait sous minitunnels, et, pour des volumes plus anecdotiques, sous grands abris. Le producteur cherche ainsi à échelonner la production, ce qui est aussi l’objectif de la coopérative Fleuron d’Anjou, qui commercialise la totalité des asperges produites sur l’exploitation. « Quand on a commencé à développer l’asperge en 2015, l’idée était d’étaler la production à l’échelle de la coopérative, comme elle est étalée entre les différents bassins de production français », explique Baptiste Richard, responsable technique et développement chez Fleuron d’Anjou. Afin de valoriser la production locale, un projet d’IGP Asperges du Val de Loire est en cours. Le dossier a été déposé il y a quelques mois auprès de l’Inao.

Les plus lus

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

Fraises hors sol cultivées en France
Fraise française : un bon début pour la commercialisation... à poursuivre

En retard par rapport à l’an dernier, la saison de la fraise française a bien commencé d’autant que la fraise espagnole est…

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

production de chou-fleur en Bretagne
Sica Saint-Pol de Léon : un chiffre d'affaires en hausse malgré les intempéries et la baisse des volumes

L’année 2023 a été très compliquée au niveau climatique, entraînant une baisse des volumes, mais avec un chiffre d’affaires de…

Le syndicat de défense de la pomme de terre primeur du Roussillon réfléchit aussi à pouvoir vendre la Béa du Roussillon non lavée.
Pomme de terre primeur : pourquoi la Béa du Roussillon veut modifier son cahier des charges ?

Parmi les pommes de terre primeur, la Béa du Roussillon AOP veut modifier son cahier des charges pour pouvoir profiter du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes