Aller au contenu principal

Inondations dans les Hauts-de-France : les endives impactées ?

L’APEF, l’association des producteurs d’endives de France, fait le point pour FLD suite aux inondations. Bilan des arrachages, endiveries inondées, manque de légumes… Comment s’annonce la campagne d’endives françaises ?

 

Les endives ont encore les pieds dans l’eau, bien que le soleil semble vouloir à nouveau briller sur les Hauts-de-France, qui ont subi des inondations diluviennes ce début novembre.  Joint par FLD au téléphone le 21 novembre, Pierre Varlet, directeur de l’Association des producteurs d’endives de France, confirme que deux tiers des endives étaient encore en terre le week-end dernier dans les Hauts-de-France (90 % de la production française). « Les racines sont encore en terre car elles n’étaient pas encore matures. Selon la précocité des variétés et des bassins, seules 20 % à 50 % des racines ont été arrachées », explique Pierre Varlet.

Lire aussi : Inondations : les betteraves tardent à sortir de terre 

La situation semble être la même en Bretagne, deuxième bassin de production, selon les échanges lors du Congrès de Légumes de France les 16 et 17 novembre.

 

Des endiveries inondées, des parcelles qui attendent l’arrachage

Les inondations concernent principalement Saint-Omer, où il n’y a pas de parcelles d’endives. « En revanche, il y a des endiveries, dont 3 ou 4 ont été inondées. Il n’y avait pas de production mais en termes de matériel -électricité, cuverie, etc., le redémarrage va prendre du temps et nécessiter des investissements », précise Pierre Varlet.

Ailleurs, les champs sont détrempés, mais pas inondés. Si la région bénéficie de 2 ou 3 jours sans pluie et que les sols s’assèchent, les producteurs pourront retourner en parcelles arracher les endives qui auront gagné en maturité. Ensuite seulement, les professionnels pourront s’avancer sur la qualité des chicons, notamment la qualité sanitaire.

 

Un marché des légumes vide

Côté marché, la demande pour l’endive est repartie, météo oblige. L’offre est assez faible en ce moment. « Le mois de novembre est toujours compliqué, car c’est la transition entre les racines de report et les racines nouvelles. Cette année, les stocks sont vides et le potentiel est plus faible », précise Pierre Varlet.

Il est donc temps que les nouvelles racines arrivent, car le marché pourrait être vide en termes de légumes type salade jusqu’en février, les Bretons et les Nantais ayant été impactés par la tempête Ciaran.  La mâche par exemple n’a pas pu être emblavée. « Il y aurait un trou jusqu’à février selon les échos du Congrès Légumes de France, donc un potentiel pour l’endive si on arrive à arracher les racines », confirme Pierre Varlet.

Des hauts et des bas en production pour une filière qui reste inquiète face aux problématiques d’énergie, de main d’œuvre et de retrait de molécules, mais qui veut rester optimiste.

Pour aller plus loin : Endive : trois défis en production et le challenge de la consommation

Les plus lus

Tomates bio espagnoles : pourquoi Ségolène Royal se trompe de combat

Des accusations de « faux bio » de la part de Ségolène Royal pour leurs tomates bio sur une chaîne de TV ont empiré…

Face à la sécheresse, comment l'agriculture des Pyrénées-Orientales envisage sa gestion de l'eau ?

Face au manque d’eau, à l’amenuisement des réserves et à la sécheresse prolongée, les Pyrénées-Orientales se concertent pour…

Virginie Boisseau et Mickaël Girard veulent développer et rationaliser leurs débouchés.
« Nous avons développé les légumes pour améliorer la rentabilité de l’exploitation »

Installés près d’Angers, Mickaël Girard et Virginie Boisseau ont fait le choix des légumes bio et de la vente directe pour…

Tavelure sur une feuille de pommier
Tavelure : quelle est cette piste de recherche innovante contre la maladie numéro 1 du pommier ?
Une piste de recherche actuellement à l’étude contre la tavelure, principale maladie du pommier, repose sur la combinaison d’une…
Lors de la signature du partenariat entre Sikig et Maïsadour le 16 janvier : Julien Pedelucq, président directeur général du groupe SIKIG, Michael Dolet Fayet ...
Plantations de kiwi dans les Landes : quels sont les objectifs de Maïsadour et Sikig ?

Le partenariat entre Maïssadour et Sikig a pour but de développer la culture du kiwi dans les Landes et de proposer une…

90 % des vergers de Blue Whale sont protégés par des filets de protection anti-grêle. En revanche la couverture anti-gel ne représente que 55 % des surfaces.
Rencontres Blue Whale : le changement climatique et la gestion de l'eau s'invitent aux débats

Avec les premières Rencontres Blue Whale, le groupement de producteurs s’est donné une feuille de route pour appréhender les…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes