Aller au contenu principal

Eau et changement climatique : Dijon Céréales envisage de se diversifier en arboriculture

Acteur majeur de la Bourgogne Franche-Comté en céréales, le groupe coopératif va tester une diversification dans les noisetiers associés au site de méthanisation Sécalia. Au sein de l’Alliance BFC auquel il appartient, arboriculture et herbes aromatiques font partie des pistes étudiées pour se diversifier face au changement climatique.

En marge du fonctionnement futur du site de méthanisation Sécalia, porté par Dijon Céréales, dans le nord Côte-d’Or, une première parcelle pilote grandeur nature (20 ha de noisetiers) doit être mise en place à l’automne 2024.
© Dijon Céréales

Lors de sa conférence de presse annuelle le 15 janvier, le groupe coopératif Dijon Céréales, acteur majeur sur les céréales, a évoqué son intention de se diversifier en arboriculture, ainsi que dans les herbes aromatiques. Il s’agirait même d’un projet régional puisque dans le cadre de l’Alliance BFC, qui regroupe les trois grosses coopératives de Bourgogne Franche-Comté : Bourgogne du Sud, Dijon Céréales et Terre Comtoise.

 

Faire face au changement climatique et à la problématique de la gestion en eau

« La diversification dans les arbres fruitiers (pommes-poires-abricots, fruits à coque) comme celle dans les herbes aromatiques fait partie des pistes étudiées sur deux plateformes expérimentales par la R&D Alliance BFC pour diversifier les exploitations agricoles de la région face au changement climatique. Cela s’envisage aussi en lien avec la problématique de la gestion de la ressource en eau », nous explique Dijon Céréales, sollicité par FLD après la conférence de presse.

 

Un test en noisetiers irrigué par les eaux issues de la déshydratation du digestat

En marge du fonctionnement futur du site de méthanisation Sécalia, porté par Dijon Céréales, dans le nord Côte-d’Or, une première parcelle pilote grandeur nature (20 ha) doit être mise en place à l’automne 2024. Elle doit permettre la mise en production de noisetiers qui bénéficieront de l’irrigation par les eaux de ruissellements du site, mais aussi de celles issues de la déshydratation du digestat

« D’autres projets sont en cours pour la constitution de vergers de pommiers, en partenariat notamment avec une entreprise bourguignonne de pressage de jus », précise encore Dijon Céréales.

 

S’inscrire dans les projets alimentaires territoriaux de la région

Alliance BFC s’inscrit également, avec ces nouveaux axes de production, dans les projets alimentaires territoriaux des grandes agglomérations de la région (Dijon, Besançon, Chalon, Beaune), dans l’approvisionnement de la restauration des lycées mais aussi dans une stratégie en circuit court régional dans la GMS. 

L’ensemble de tous ces projets pourrait concerner, à l’échelle régionale, une surface agricole avoisinant les 2 000 hectares. 

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

En 2024, Savéol prévoit une hausse de ses volumes en tomates et en fraises

Après une année 2023 marquée la baisse des volumes, mais une légère progression de son chiffre d’affaires, la coopérative…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes