Aller au contenu principal
Font Size

Consommation
Des prix en hausse qui reflètent la réalité de l’offre française

Dans son enquête, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir souligne une hausse globale des prix des fruits et légumes depuis le confinement.

UFC-Que Choisir s’étonne de la hausse de prix des tomates grappe, alors que les volumes augmentent modérément, au contraire de la tomate cerise, pourtant dans la même configuration. © Philippe Gautier-FLD (photo ...
UFC-Que Choisir s’étonne de la hausse de prix des tomates grappe, alors que les volumes augmentent modérément, au contraire de la tomate cerise, pourtant dans la même configuration.
© Philippe Gautier-FLD (photo d'archives)

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir s’est penchée sur l’évolution des prix des fruits et légumes depuis le début de la crise du coronavirus. Et elle dresse le constat : « Les fruits et légumes frais vendus en vrac ont fortement augmenté sur la période de confinement. Entre la semaine du 2 au 7 mars et celle du 6 au 11 avril (4e semaine de confinement), la hausse globale du rayon est de 9 %, avec une différence nette entre les produits conventionnels à +6 % et les produits bio à +12 % ».

Des hausses de prix disparates

UFC-Que Choisir note que la hausse de prix n’est pas généralisée à tous les fruits et légumes et surtout, que certaines augmentations sont difficilement compréhensibles à ses yeux. Ainsi, l’association souligne que c’est le cas pour la pomme golden (bio et conventionnelle), la banane bio ou encore le citron, « alors que les volumes sont également en hausse ». Inversement, elle reconnaît que les augmentations enregistrées pour la poire Conférence ou les pamplemousses s’expliquent par une offre moindre.

En légumes, l’association note des offres en recul pouvant expliquer certaines flambées de prix, 23 % pour le navet, 25 % pour la tomate grappe bio importée. Enfin, elle s’étonne, pour les laitues et les tomates grappe, que des volumes en hausse modérée sont pourtant associés à des augmentations de prix.

Évidemment, la filière a pris position face à cette enquête. Pour Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France, « les prix ne sont pas plus élevés qu’en temps normal. Ils sont à leur juste niveau, pour faire face aux charges qui, elles, n’ont pas cessé d’augmenter. Qu’en est-il des marges aux différents maillons de la filière ? C’est une autre question ». Il appelle d’ailleurs les producteurs à poursuivre l’opération de relevés de prix et d’origine que le syndicat avait récemment lancée, tout ne suivant les obligations sanitaires du moment. « C’est pour nous la seule façon d’éviter les dérapages et, surtout, de dénoncer les abus dont certains voudraient faire porter la responsabilité aux producteurs », explique-t-il.

Jacques Rouchaussé (Légumes de France) s’interroge lui sur les marges aux différents maillons de la filière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes