Aller au contenu principal

Ardèche
De bonnes perspectives pour la châtaigne AOP de l’Ardèche

La filière châtaigne ardéchoise prévoit une récolte satisfaisante, autour de 4 000 t avec de bons calibres homogènes. Elle sort de trois campagnes déficitaires.

La campagne 2020 s’annonce nettement meilleure que celle de 2019.  © Pierre-Louis Berger - FLD
La campagne 2020 s’annonce nettement meilleure que celle de 2019.
© Pierre-Louis Berger - FLD

Lire aussi : Châtaigne : récoltes en hausse dans la plupart des pays européens

Environ 1 000 ramasseurs, 500 agriculteurs professionnels – dont 315 en AOP Châtaignes de l’Ardèche – ont démarré la campagne de récolte à la mi-septembre avec les châtaignes hybrides et début octobre pour la récolte des variétés traditionnelles en AOP. La campagne 2020 s’annonce nettement meilleure que celle de 2019 (2 200 t) qui avait enregistré une baisse de production de 20 %, soit environ 1 000 t, et des pertes de châtaigniers liées à la grêle, la neige et la sécheresse. Le Syndicat de défense de la châtaigne de l’Ardèche restait sur trois campagnes déficitaires impactées par la sécheresse et les mauvaises conditions climatiques. « Les producteurs sont optimistes. Ils posent les filets en toute confiance. Nous prévoyons une récolte de 4 000 t de châtaignes, dont 50 % pour le signe de qualité AOP. Notre potentiel est de 5 000 t. Nous avons de bonnes perspectives en volume avec de bons calibres homogènes », relève Sébastien Debellut, chargé de mission au Comité interprofessionnel de la châtaigne de l’Ardèche.

Bonnes perspectives aussi à l’export

En 2020, les conditions météo ont été favorables grâce à des pluies régulières, en juillet et août, qui ont permis aux châtaigniers de passer la saison. La chaleur et les pluies, dès le 20 septembre, ont donné une vigueur aux arbres qui manquaient d’eau et de meilleurs fruits. « Cet épisode a facilité la maturation de la châtaigne. Le cynips a été contenu sur toute la châtaigneraie ardéchoise. La mise en œuvre de la lutte biologique engagée depuis plusieurs années a porté ses fruits », ajoute Sébastien Debellut.

À l’export, la filière prévoit de bonnes perspectives en Allemagne, Belgique et Suisse. La commercialisation des volumes en gros et petits calibres ne posera pas de difficultés auprès de la grande distribution et des transformateurs, tels que Faugier, Sabaton, Imbert et Concept Fruits. Seule inquiétude : la vente sur les foires, les marchés et pour les fêtes de fin d’année. « Le Covid-19 nous incite à chercher de nouveaux marchés en cas de fermetures », poursuit le chargé de mission.

En prévision d’éventuelles fermetures de marchés pour les fêtes, les professionnels cherchent de nouveaux débouchés.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le marketing alimentaire peut-il être "responsable" ?
Comment impulser une démarche responsable dans le secteur agroalimentaire ? Le marketing alimentaire peut-il être responsable ?…
« L’intérêt pour nous de la serre est de protéger les cultures du Mistral », témoignait Julien Bernard aux invités de Légumes de France. © RFL
Des légumes sous serre photovoltaïque pour la vente directe
Légumes de France a organisé mi-octobre une visite de la serre photovoltaïque d’un de ses adhérents.
Du bio et des allégations “sans” aux labels Climat : les nouvelles priorités du consommateur
Le consommateur veut désormais plus que du bio. La crise de la Covid-19 et le changement climatique ont accéléré les nouvelles…
Comment valoriser l’agroécologie, attendue par un consommateur qui n'est pas prêt à payer plus ?
Sans pesticide de synthèse, HVE, Global Gap… Comment valoriser ces produits agroécologiques, plus chers à produire, auprès des…
Asperge : une campagne 2020 atypique qui a recruté de nouveaux consommateurs
Des volumes d'asperges commercialisés en baisse, mais une consommation en hausse, à conforter en 2021 par des…
Alain Alarcon Banagrumes
Banagrumes lance Orlana, une marque pour les fruits et légumes conventionnels « avec un plus »

Le grossiste rungissois Banagrumes vient de lancer une nouvelle marque Orlana. Celle-ci s’adresse aux fruits et légumes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes