Aller au contenu principal

[Coronavirus Covid-19] Préserver l’asperge d'origine France sur les étals

Après deux semaines de crise conjoncturelle, puis deux bonnes semaines vers Pâques, l’asperge connaît à nouveau une légère baisse de la consommation. La vigilance s’impose aussi face au retour des produits d’importation.

Point positif : en moyenne sur ces cinq dernières années, l’asperge fait partie des quatre légumes ayant le plus gagné en nombre de consommateurs et en fréquence d’achat.
© Véronique Bargain-FLD

Pour l’asperge française, le début du confinement a coïncidé avec l’arrivée au pic de production pour le bassin du Sud-Ouest. « Cette année, la production dans le Sud-Ouest a été très précoce, puisqu’elle a démarré début février, explique Astrid Etèvenaux, animatrice de l’Association Asperges de France, qui regroupe sept opérateurs du Sud-Ouest, Val de Loire et Sud-Est, pour 30 % de la production française, soit 5 000 t à 6000 t sur un total de 20 000 t. Au début du confinement, alors que les volumes étaient en forte augmentation, les consommateurs se sont rués sur les produits de conservation. La demande et les prix pour l’asperge, produit plaisir et plus coûteux, ont alors chuté ».

Les coopératives ont demandé aux producteurs de limiter les volumes par différents moyens (broyage, débuttage des plantations, don). « La diligence des services de l’Etat a fait que l’état de crise conjoncturelle a pu être déclaré dès le 20 mars et que les producteurs ont pu bénéficier d’aides. Mais, selon les premières estimations, 15 à 20 % des volumes prévisionnels de l’année ont été perdus ». Face à l’urgence de relancer la demande, la restauration hors domicile et les marchés étant fermés, toute la filière s’est mobilisée et s’est tournée vers la GMS, pour qu’elle référence rapidement l’asperge et privilégie l’origine France.

« Les distributeurs ont bien réagi et mis en avant l’asperge française. Interfel et Asperges de France ont également communiqué pour soutenir le produit. Et ça a fonctionné. La semaine de Pâques et la semaine suivante se sont très bien passées, avec l’arrivée en production des autres bassins. Mais depuis mi-avril, la consommation baisse légèrement. On recommence aussi à voir plus d’importation, de la part des grossistes, qui ont relancé leur activité, mais aussi en grande distribution ».

Lire aussi : Légumes primeurs : un marché aux multiples inconnues

Pour les producteurs d’asperges, la vigilance s’impose pour préserver l’origine France sur les étals. Plus largement, les efforts continuent aussi pour développer la consommation. « Selon Kantar Worldpanel 80 % des quantités d’asperges achetées par les ménages français le sont par les plus de 50 ans, indique Astrid Etèvenaux. La filière a donc investi les réseaux sociaux, notamment Facebook, Instagram et Linkedin, pour rajeunir l’image de l’asperge et cibler les jeunes consommateurs ».

Point positif toutefois : en moyenne sur ces cinq dernières années, l’asperge fait partie des quatre légumes ayant le plus gagné en nombre de consommateurs et en fréquence d’achat, avec une proportion toujours plus importante d’asperge blanche mais aussi un bon dynamisme de l’asperge verte, prédominante dans le Sud-Est mais qui progresse aussi partout, notamment chez les jeunes.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Le tomato leaf curl New Delhi virus (ToLCNDV) est un organisme de quarantaine au niveau européen, ce qui implique l’obligation de déclaration. © OEPP
Melon : le nouveau virus ToLCNDV sera à surveiller en 2021
Le tomato leaf curl New Delhi virus (ToLCNDV) a été identifié dans quatre parcelles de courgette du sud de la France en septembre…
L’idée d’une aquaponie «commerciale» a émergé en France au travers du programme de recherche de l' Itavi et divers projets privés.  © ITAVI
Un essai prometteur sur la culture de tomate en aquaponie
L’aquaponie produit des poissons et des légumes. Un essai de l’Itavi a permis de produire des tomates sans apport d’engrais…
« 20% des légumes sont destinés aux restaurants qui pourront notamment valoriser les légumes non vendables en frais », expliquent Maxime Lefebvre (à gauche) et Christophe Godineau.   © Véronique Bargain - FLD
Maraîchers et restaurateurs créent une coopérative à Nantes
En région nantaise, les salariés d’un restaurant et des maraîchers ont créé une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif)…
plateforme frais er local
Lancement de la plateforme « Frais et local »

A l’occasion de ses vœux à la presse le 12 janvier, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a présenté la…

Le Synabio veut aller plus loin que la réglementation
Le Synabio a publié dix-neuf indicateurs de progrès pour que les entreprises aillent plus loin que la réglementation en termes de…
L’image de Bonduelle au plus haut sur les réseaux sociaux

Agence conseil en stratégies de contenus, Ultramedia édite un baromètre qui classe les plus grandes…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes