Aller au contenu principal

[Coronavirus Covid-19] Marchés alimentaires : les professionnels dénoncent une politique du « deux poids, deux mesures »

marchés de plein vent Rhône
Environ 3 000 marchés avaient réouvert au 14 avril contre 10 700 en temps normal.
© Primeurs de mes envies / Facebook

Le 11 avril, la CGAD (dont fait partie Saveurs Commerce) et la Fédération nationales des marchés de France ont envoyé un courrier au premier Ministre, Edouard Philippe, sur la situation actuelle des marchés de plein vent. Elles dénoncent certaines dérives dans les procédures de réouverture de ceux-ci.

« La situation évolue trop lentement »

« Force est de constater que malgré toutes les actions, malgré le travail effectué par nos professionnels sur le terrain auprès des préfets et des maires, la situation n’évolue que trop lentement et dans des conditions insurmontables pour nos entreprises », regrettent les fédérations professionnelles.

Elles relèvent « des positions très tranchées de la préfecture qui considère que l’appareil commercial sédentaire suffit à pourvoir la population et qu’en conséquence il est inutile de rouvrir des marchés ». Elles considèrent qu’une telle attitude privilégierait la grande distribution.

De 5 à 15 commerçants par marché

De plus, la CGAD et la Fédération des marchés de France s’étonnent de la fixation du nombre et de la qualité des professionnels autorisés à déballer « sans aucune analyse précise et objective de la situation du marché ».

Nombres des marchés rouverts sont en effet limités à recevoir entre 5 et 15 professionnels. C’est le cas de Toulouse où quatre petits marchés avec une dizaine de commerçants tout au plus, avaient été autorisés au 14 avril. Le marché du Cristal, un marché très fréquenté, demeure fermé.

Il en va de même pour Dinard (Ille-et-Vilaine) qui a réussi à rouvrir sa halle avec seulement 15 professionnels autorisés.  

Des marchés limités aux producteurs locaux

De plus, certaines municipalités ont conditionné la réouverture du marché à la présence unique de producteurs locaux, ce qui inquiète fortement les revendeurs. C’est le cas à Rennes (Ille-et-Vilaine) qui a autorisé 8 de ses 15 marchés : « Ces marchés de proximité accueilleront uniquement des producteurs locaux ou des commerçants se fournissant exclusivement auprès de producteurs locaux », a expliqué la municipalité bretonne.

Pour les deux fédérations, « cette politique du "deux poids, deux mesures" suscite l’incompréhension totale des chefs d’entreprise de proximité ». Elles rappellent que « les marchés sont non seulement des circuits de distribution privilégiés de nos produits frais et locaux mais aussi par la diversité de leur offre et de leur proximité, des lieux d’achats accessibles au plus grand nombre ».

"Distorsion évidente" 

Interfel a demandé le soutien des préfets et des élus locaux pour la réouverture du plus grand nombre de marchés possible. « Les professionnels sont affirmatifs : ils sont en capacité, avec l’aide des maires, de maintenir une offre de produits frais en toute sécurité », souligne l’interprofession, pointant également la « distorsion évidente » existant en termes d’accès aux lieux de vente d’un département à l’autre.

Lire aussi : « Témoignages : je veux mon marché ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

kiwi francisation
Une condamnation exemplaire pour la « francisation » de kiwis
Le tribunal correctionnel de Montauban a lourdement condamné une tentative de « francisation » de kiwis, à la hauteur du…
Comment (ré)apprendre à bien manger ? Les multiples leviers de l’éducation alimentaire
Alors que le monde a subi de plein fouet la crise de la Covid et que la prise de conscience environnementale est désormais…
Dégâts de gel : la filière abricot très affectée, la pêche s'en sort mieux
L'AOP Pêches et Abricots de France dresse un premier bilan très provisoire des épisodes de gel sur les deux filières, en fonction…
Une filière de fleurs comestibles en construction
Devant le succès actuel des fleurs comestibles en gastronomie, un projet franco-italien vise à organiser une filière.
A la station CTIFL de Balandran, les bidons noirs de 20 litres ont été disposés sur trois hauteurs sous les gouttières. © CTIFL
La serre bioclimatique, une opportunité pour les producteurs sous abri ?
La serre bioclimatique pourrait être une opportunité d’amélioration pour les abris froids ou peu chauffés. De plus en plus de…
Prévisions de récolte : une très faible production européenne d'abricot en 2021
Les prévisions de récolte européenne d'abricot sont particulièrement basses cette année. Si les chiffres sont encore incertains,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes