Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedIn

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Coronavirus Covid-19] La Coopérative Bio d’Île-de-France réoriente ses ventes vers le détail

Avec la fermeture de la restauration collective, son premier débouché, la coopérative francilienne a renforcé ses liens avec la distribution.

légumerie
La légumerie de la Coopérative Bio d’Île-de-France, située à Combs-La-Ville (Seine-et-Marne) a été inaugurée en janvier et a fait l’objet d’un investissement de 3,8 M€.
© Coopérative Bio d’Île-de-France

Le 16 mars, l’annonce de la fermeture des structures de restauration collective a été un coup dur pour la Coopérative Bio d’Ile-de-France (60 adhérents dont 40 en fruits et légumes ). Elle venait tout juste d’inaugurer sa légumerie à Combs-la-Ville, sur le site de l’Ecopôle de Sénart. Celle-ci est dédiée aux légumes de la coopérative destinés à être transformés en IVe gamme à l’intention de la restauration collective, mais traite aussi des produits bruts destinés au marché du frais (lire Une légumerie bio pour approvisionner la restauration collective).

Liens renforcés avec Biocoop et Naturalia

« 60% de notre activité est réalisée avec la restauration collective, mais 40% par les ventes vers la distribution, explique Diego Courtois, commercial et animateur réseau des producteurs à la coopérative, nous avons réorienté nos légumes du moment, essentiellement carottes, céleris, pommes de terre, vers la distribution ».

C’est ainsi que les liens déjà existant avec Biocoop et Naturalia ont été renforcés. Des contacts ont aussi été pris avec certaines enseignes de la grande distribution. L’offre de la Coopérative bio d’Île-de-France va désormais évoluer vers les produits printaniers : mesclun, salades, radis, puis les condiments types oignons bottes.

Inquiétude pour la suite

« Le début de la crise a correspondu à une période d’entre-deux au niveau des cultures, ce qui a été une chance, explique Diego Courtois. Cependant, comme un peu partout en France, nous rencontrons des difficultés en main-d’œuvre pour la préparation des champs et évidemment les récoltes ensuite ». Certains producteurs auraient aussi des difficultés à se faire dépanner.

La crainte porte surtout sur les prochaines productions : courgettes et tomates. « Le risque est d’avoir une production décalée dans le calendrier, ce qui impacterait beaucoup sur les rendements et entraînerait un fort manque à gagner pour les producteurs », redoute Diego Courtois.

En tout cas, l’objectif des 2000 t de produits traités par la légumerie pour sa première année de fonctionnement sera dur à atteindre. En revanche, le lancement des produits de Ve gamme sur le site au second semestre reste d’actualité.

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Des ventes soutenues pour les fruits et légumes de Biocoop

La conversion en bio toujours possible durant le confinement

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

Après quelques semaines un peu compliquées, le marché fin avril était plutôt favorable pour les producteurs français. © Véronique Bargain - FLD ...
[Coronavirus Covid-19] De la tomate française et c’est tout
L’arrêt de la RHD et des marchés, le confinement et l’appel à consommer français ont bouleversé le marché de la tomate, au…
[Coronavirus Covid-19] Une récolte d’abricots inférieure au potentiel européen
Si Medfel 2020 a été annulé en raison de la crise sanitaire, les organisateurs n’ont pour autant pas renoncé aux prévisions de…
« Le projet présente des intérêts pour tous et permet de produire du méthane sans perte de CO2 dans l’air », soulignent Jean-François Vinet (à gauche) et Erwan Bocquier.
Loire-Atlantique : des maraîchers et des éleveurs s'associent pour créer une unité de méthanisation
Maraîchers en Loire-Atlantique, Jean-François et Charles Vinet ont créé avec des éleveurs une unité de méthanisation innovante,…
[Coronavirus Covid-19] Les Français, confinés, font le choix de produits responsables
Quel est l’impact du confinement sur les achats alimentaires ? La forte croissance du bio-équitable-local sera-t-elle remise en…
[Coronavirus Covid-19] La cerise des Monts du Lyonnais, davantage en barquette ?
Une belle récolte en qualité et en quantité est attendue. Les deux gros faiseurs de la cerise de Bessenay, Cerifrais et Chambe…
L'observatoire permettra à la filière fruits et légumes de réagir rapidement   lors des crises.  © Claire Tillier - FLD
[Coronavirus Covid-19] Un observatoire des prix fruits et légumes en période de crise
Interfel et le CTIFL mettent en place un observatoire des prix et des volumes renseigné par les opérateurs de la filière fruits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes