Aller au contenu principal
Font Size

[Coronavirus Covid-19] La Coopérative Bio d’Île-de-France réoriente ses ventes vers le détail

Avec la fermeture de la restauration collective, son premier débouché, la coopérative francilienne a renforcé ses liens avec la distribution.

légumerie
La légumerie de la Coopérative Bio d’Île-de-France, située à Combs-La-Ville (Seine-et-Marne) a été inaugurée en janvier et a fait l’objet d’un investissement de 3,8 M€.
© Coopérative Bio d’Île-de-France

Le 16 mars, l’annonce de la fermeture des structures de restauration collective a été un coup dur pour la Coopérative Bio d’Ile-de-France (60 adhérents dont 40 en fruits et légumes ). Elle venait tout juste d’inaugurer sa légumerie à Combs-la-Ville, sur le site de l’Ecopôle de Sénart. Celle-ci est dédiée aux légumes de la coopérative destinés à être transformés en IVe gamme à l’intention de la restauration collective, mais traite aussi des produits bruts destinés au marché du frais (lire Une légumerie bio pour approvisionner la restauration collective).

Liens renforcés avec Biocoop et Naturalia

« 60% de notre activité est réalisée avec la restauration collective, mais 40% par les ventes vers la distribution, explique Diego Courtois, commercial et animateur réseau des producteurs à la coopérative, nous avons réorienté nos légumes du moment, essentiellement carottes, céleris, pommes de terre, vers la distribution ».

C’est ainsi que les liens déjà existant avec Biocoop et Naturalia ont été renforcés. Des contacts ont aussi été pris avec certaines enseignes de la grande distribution. L’offre de la Coopérative bio d’Île-de-France va désormais évoluer vers les produits printaniers : mesclun, salades, radis, puis les condiments types oignons bottes.

Inquiétude pour la suite

« Le début de la crise a correspondu à une période d’entre-deux au niveau des cultures, ce qui a été une chance, explique Diego Courtois. Cependant, comme un peu partout en France, nous rencontrons des difficultés en main-d’œuvre pour la préparation des champs et évidemment les récoltes ensuite ». Certains producteurs auraient aussi des difficultés à se faire dépanner.

La crainte porte surtout sur les prochaines productions : courgettes et tomates. « Le risque est d’avoir une production décalée dans le calendrier, ce qui impacterait beaucoup sur les rendements et entraînerait un fort manque à gagner pour les producteurs », redoute Diego Courtois.

En tout cas, l’objectif des 2000 t de produits traités par la légumerie pour sa première année de fonctionnement sera dur à atteindre. En revanche, le lancement des produits de Ve gamme sur le site au second semestre reste d’actualité.

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Des ventes soutenues pour les fruits et légumes de Biocoop

La conversion en bio toujours possible durant le confinement

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Fruits et Légumes

Les plus lus

« On ne dessine pas un arbre en commençant par les feuilles, mais par le tronc : c’est que nous avons fait avec cette nouvelle offre pour les fruits et légumes en vrac », souligne Stefano Volpi, cofondateur de Connecting Food.  © Connecting Food
La blockchain adaptée aux fruits et légumes en vrac
Garantir l’origine tout au long de la chaîne d’approvisionnement n’est pas aisé avec des fruits et légumes en vrac. Connecting…
L'installation du bambou nécessite 4 à 5 ans puis les pousses sont ramassées à 25-30 cm pour être vendues en frais.
Du bambou alimentaire planté en Normandie
Matthieu Lerdu et ses deux fils, Rodolphe et Baptiste, ont planté 6 ha de bambou alimentaire, en contrat avec Onlymoso, société…
En ail blanc, les calibres sont plutôt moyens cette année.  © Archives FLD
« On va avoir besoin de l’ail français »
C’est le début de la campagne de l’ail français. Une année plutôt bonne, sans stock dans les frigos avec moins d’ail espagnol.…
La future organisation de producteurs  légumes d’Eureden sera centrée sur les légumes surgelés et appertisés.  © Claire Tillier - FLD
Une nouvelle grande organisation de producteurs pour les légumes transformés

Au 1er janvier 2021, les deux organisations de producteurs (OP) de légumes des coopératives Cecab/d’aucy et…

Jean Castex annonce la réouverture de la ligne Perpignan-Rungis pour le transport des fruits et légumes
En déplacement à sur la plate-forme multimodale de Valenton (Val-de-Marne), le Premier ministre a déclaré la réouverture dans un…
Pascal Prat, directeur général de Fleuron d’Anjou : « Deux nouvelles lignes ont été installées à la station. L’une d’entre elles permet le développement d’une nouvelle offre en radis équeutés en sachet prêt-à-consommer. C’est une ligne pilote, la première sur le marché français ».  © Fleuron d Anjou
Fleuron d’Anjou poursuit sa politique de développement
Asperges, patates douces, radis, mâche : autant de légumes appelés à croître dans le portefeuille produit de la coopérative qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 29,5€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes