Aller au contenu principal

Vrac Bio
[Coronavirus Covid-19] Fruits secs en GMS : l’équation compliquée du vrac

Un Air d’Ici, la PME spécialisée dans les produits graines et fruits secs en vrac bio pour la GMS, explique à FLD ce que le confinement a changé pour le secteur.

Des affichettes pour rassurer les consommateurs avec "les bons gestes" ont été installées par Un Air d'Ici dans les rayons Vrac.
© Un Air d'Ici

« A l’annonce du confinement et de la vague de panique qui a saisi les consommateurs, la grande distribution a été réticente pour le vrac », relate pour FLD Sabine Fahy, chargée de Communication de Un Air d’Ici. La PME vauclusienne, qui produit, conditionne et distribue fruits secs, céréales, graines, pâtes et riz, est en effet spécialisée, via sa marque Juste Bio, dans la vente en vrac pour les enseignes de la grande distribution. Malgré la crise, elle continue de produire tout en ayant mis en place toutes les mesures de sécurité. Et surtout, elle a pris la décision de continuer à accompagner les points de vente via son équipe de merchandiseurs. « Contrairement aux grands groupes, nous avons continué à faire venir nos merchandiseurs dans les magasins, avant ou après les heures d’ouverture au public, pour accompagner la grande distribution dans la mise en place du rayon Vrac, la propreté, la traçabilité, la mise en avant, les rotations… Démarche que la grande distribution a finalement appréciée. Nous les avons aussi accompagnés avec une signalétique à afficher en rayon pour expliquer au consommateur le petit geste à adopter dans le rayon vrac : se servir de nos sachets comme d’un gant lors de la manipulation des tiroirs du meuble vrac. » Ces sachets biodégradables compostables sont uniques en France, Un Air d’Ici travaillant avec la start-up israélienne Tipa qui a l’exclusivité de cet emballage. Un Air d’Ici est présent dans environ 5 000 magasins des principales enseignes de la GMS (Intermarché, Casino, Leclerc, Carrefour, Super U…).

 

Légère baisse des ventes en GMS et succès du e-commerce

Grâce à toutes ces démarches, Un Air d’Ici pense avoir limité la baisse des ventes. «  Sur le premier trimestre, de janvier à mars, nous devrions avoir limité la baisse des ventes, car la période ne compte que 15 jours de confinement. A voir pour le trimestre en cours. Comment va se passer le déconfinement ? Quel sera le comportement des consommateurs post-crise ? », s’interroge Sabine Fahy. La PME propose aussi une gamme emballée (sous les marques Juste Bio et Louis & P’tit Jules) mais n’a pas encore les données chiffrées des ventes depuis la crise.

Si une grande partie du chiffre d’affaires de Un air d’Ici se fait en grande distribution, la boutique en ligne, le Vrac Store a vu ses ventes exploser : elles ont triplées sur le mois de mars. « Rien que sur la période des deux dernières semaines de mars, les ventes ont quadruplé et le dynamisme semble aussi être de mise en avril ! » Pour faire face à l’afflux de commandes, une équipe en 2-8 a été mise en place. Ce sont donc quatre personnes (au lieu d’une) qui gèrent désormais les ventes en ligne. Les livraisons peuvent cependant être ralenties pour des problèmes logistiques (via La Poste et désormais DHL Express). « Les commandes sont tirées par les pâtes, riz et légumineuses, pour des raisons évidentes, mais les consommateurs en profitent pour y ajouter l’achat plaisir avec les fruits secs », souligne Sabine Fahy. Et pour rendre le bio accessible à tous, la PME a offert 10 % de remise aux consommateurs passant commande sur le site.

 

Des fruits secs pour les soignants

Enfin, pour soutenir le personnel médical, l’entreprise a fait parvenir 2 500 colis de fruits secs pour les hôpitaux d’Avignon et de Carpentras (Vaucluse), et créé une remise de 15 % pour les soignants.

 

 

Lire aussi : [Coronavirus Covid-19] « Le Covid-19 et le confinement vont redonner de l’intérêt aux fruits secs emballés »

 

Les plus lus

Grégory Spinelli, champignonnière du Clos du Roi
Grégory Spinelli, producteur de champignons dans le Val d'Oise : « Nous ne sommes plus que quatre producteurs franciliens »
Grégory Spinelli est à la tête de la champignonnière souterraine du Clos du Roi, en plein cœur d’une zone résidentielle de Saint-…
L’intelligence artificielle peut-elle révolutionner la filière fruits et légumes ?

Medfel 2024 a mis en débat cette question brûlante : à quoi donc pourrait servir l’IA dans les entreprises de fruits et…

Rémy Frissant, cofondateur d’Amandera, à Medfel 2024
La bio doit-elle se réinventer ?

La bio doit revenir à ses fondamentaux et mieux communiquer envers le consommateur. C’est ce qui ressort de la conférence…

Les tomates cerise marocaines à des prix défiant toute concurrence, côtoie l’offre française en saison.
Tomates marocaines : pourquoi les producteurs français ont mené une opération de sensibilisation

Des producteurs de tomates ont envahi vendredi 26 avril les rayons fruits et légumes de plusieurs supermarchés dans quatre…

Fraises françaises : quel bilan à mi-saison ?

Après un début de campagne tardif dans plusieurs régions de production et des conditions climatiques fluctuantes, l’AOPn…

En 2024, Savéol prévoit une hausse de ses volumes en tomates et en fraises

Après une année 2023 marquée la baisse des volumes, mais une légère progression de son chiffre d’affaires, la coopérative…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes