Aller au contenu principal

[Fête des mères] Cécile Rueche, la maman agricultrice qui ne s’arrête jamais

Cécile Rueche est une maman agricultrice de 3 enfants. Son quotidien est rythmé entre sa vie professionnelle et familiale. En quête sans cesse de nouveaux projets, Cécile raconte son rôle de maman au sein de la ferme familiale, à Bailly (Yvelines). Fille d’infirmière et de pilote de ligne, elle a découvert l’agriculture pendant ses études.

« J’admire les femmes qui montent sur le tracteur, touchent à la méca, qui font un métier physique, d’homme : je suis fière d’elles ! », dit l’agricultrice.
© Nathalie Coster

Entreprendre, être à son compte, avoir un métier qui a du sens et maintenir un patrimoine familial sont les raisons pour lesquelles Cécile Rueche est fière d’être agricultrice. « Mais, ça ne s’arrête jamais !  Et cela peut être lourd de tout concilier. », confie cette maman de trois jeunes enfants. « Comprendre et accepter sans culpabiliser que l'on ne peut pas travailler sereinement avec des enfants en bas âge a été la clé pour moi.» Depuis la naissance du petit dernier, l’agricultrice a arrêté son activité sportive et musicale. « Pris par notre quotidien, ce n'est pas évident de réussir à trouver du temps libre pour mon mari et moi. Mais je sais que c'est une période , une phase temporaire, c'est maintenant que les enfants ont beaucoup besoin de moi. » indique l’agricultrice. 

Lire aussi :
Nathalie Grégoire dans le Puy de Dôme : éleveuse, mère et maire

Coronavirus et confinement : les mamans en première ligne

« Comment vais-je réussir à tout faire avec mes trois enfants à la maison ? » s’est demandé Cécile. Le risque : mettre en « stand-by » toutes activités professionnelles qui n'étaient pas urgentes et être réduite au rôle de « mère au foyer ». « Or, j'ai vraiment besoin de travailler pour m'épanouir, d'avancer sur de nouveaux projets. Pour cette raison, j'ai trouvé cette période de confinement particulièrement frustrante.», confie Cécile.

Un confinement qui permet de partager le quotidien avec ses enfants

Malgré tout, ces deux mois tous ensemble à la ferme ont permis aux deux plus grandes de vivre pleinement le métier de leurs parents. Mettant la main à la pâte pour ensacher les lentilles, accompagnant Papa pour les semis de printemps ou Maman aux ruches, les filles ont pu partager le quotidien plein de rebondissement du métier d'agriculteur. « Sans le confinement, les filles n'auraient pas connu à cet âge-là cette immersion aussi complète dans ce mode de vie qui est notre métier. L'expérience a été fabuleuse pour elles. », se réjouit l'agricultrice.

Depuis le déconfinement, Cécile s'est octroyée quelques balades à vélo dans les champs au soleil couchant : un goût de liberté retrouvée, particulièrement savoureux. 

Dimanche pour la fête des mères, ses trois enfants ont l'occasion de la remercier. Reste une question, quels merveilleux cadeaux succéderont à « la maison en origami et un marque-page » ? 

 

Fille d’infirmière et pilote de ligne, Cécile a choisi l’agriculture   

Cécile est fille d’infirmière et pilote de ligne. Intéressée par la foresterie, elle s’oriente vers une classe préparatoire qui la mènera en école d’agronomie à Toulouse. Elle y découvrira l’agriculture ! Pendant ces années étudiantes, Cécile fait la connaissance d’un fils d’agriculteur. Cet ami lui raconte ses histoires de moisson et ses péripéties de tracteur. « J’étais de plus en plus attirée par ce cadre féerique et magique », témoigne-t-elle.
Le diplôme d’ingénieur agronome en poche, Cécile arrive en 2006 à la Chambre d’Agriculture Ile-de-France. Elle intègre le service communication jusqu’en 2012. Elle interrompt sa carrière suite à sa rencontre d’Alexandre Rueche, agriculteur dans les Yvelines.

Envie d’entreprendre 
En 2013, le couple crée la société l'EARL de Pontaly. Cécile Rueche a désormais le statut d’agricultrice associée. Ils développent l’exploitation et la diversifient. Aujourd’hui, L’EARL Pontaly est une ferme en polyculture bio et pédagogique où y cohabitent abeilles et chevaux. L’exploitation, labélisée « Bienvenue à la ferme », dispose également de trois gîtes.  

Les plus lus

[Agribashing] Un clip de l'éleveur Bruno Cardot pour défendre l'agriculture
Bruno Cardot, agriculteur dans l’Aisne a mis en ligne fin décembre une parodie de la chanson de Manau : La tribu de Dana. Une…
Déneigement des routes par les agriculteurs : 10 points clés pour se lancer en toute sécurité
Pour un agriculteur, déneiger les routes ne s’improvise pas. Il faut avoir signé une convention avec la collectivité. Le…
[VIDEO] Reussir Agra : nos vœux pour l'Agriculture et l'Alimentation française en 2021

C'est en équipe que nous avançons...

 

C'est en équipe que nous répondons présents chaque année pour…

Des S en 2021 : pourquoi des noms d’animaux à la lettre de l’année ?
Le système instaurant une lettre différente tous les ans pour le choix du nom des animaux est ancien. Il date de 1926 et a été…
[Anti-spécistes] Le gouvernement australien ne subventionne plus les associations animalistes extrémistes
En Australie, le gouvernement déclare la guerre aux militants radicaux des droits des animaux. Une nouvelle réglementation en…
Plus de 400 cas en 8 ans - En Loire-Atlantique, des éleveurs accusent les éoliennes de tuer leurs bovins
En Loire-Atlantique, à Puceul, ce sont plus de 400 cas de morts de bovins qui sont à déplorer en 8 ans sur la ferme de la famille…
Publicité