Aller au contenu principal

Guerre en Ukraine
Exportations de céréales ukrainiennes : des avancées selon Poutine mais selon certaines conditions

Vladimir Poutine a affirmé que des avancées ont été réalisées sur la question de l’exportation maritime des millions de tonnes de céréales bloquées en Ukraine tout en incluant certaines conditions.

céréales ukrainiennes
© Pixabay

En déplacement le 19 juillet à Téhéran pour des pourparlers sur la Syrie et l’Ukraine avec les dirigeants turc et iranien, le chef du Kremlin a déclaré que les discussions au sujet des exportations par voie maritime de céréales ukrainiennes avaient progressé grâce à la médiation de la Turquie. Toutefois, les propos de Vladimir Poutine sont à prendre avec précaution car il lie ces avancées à la levée des restrictions occidentales sur les céréales russes. Interrogé sur France 2 ce mercredi matin dans Télématin, Marc Fesneau, le ministre de l’Agriculture a qualifié les déclarations de Vladimir Poutine de « chantage ». Il a affirmé : « Si on a aujourd’hui un problème de céréales, c’est qu’on ne peut pas les sortir du port d’Odessa, c’est la volonté de Poutine. Il ne faut pas inverser les rôles et les responsabilités. La responsabilité de Vladimir Poutine, c’est de laisser circuler les céréales parce que ça a des conséquences sur les prix et sur les pays limitrophes, y compris les pays méditerranéens ». Il a conclu : « Ne faisons pas par pitié des céréales et de l’alimentation un objet de chantage parce qu’on entre là dans une logique délétère ».

Lire aussi : Le G7 demande à Poutine de laisser passer les exportations ukrainiennes de céréales

Et le gaz ?

Vladimir Poutine a par ailleurs assuré que Gazprom allait remplir pleinement ses obligations de livraison de gaz vers l’Europe. Ces dernières semaines, le géant russe avait réduit les approvisionnements via Nord Stream arguant le retard de livraison d’une turbine, s’attirant l’ire de l’Allemagne. Puis il avait annoncé procéder à des travaux de maintenance sur le gazoduc débutés le 11 juillet. Ces derniers devraient s’achever demain. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les deux grands producteurs d’engrais que sont Yara et BASF ne cessent de dire leur inquiétude quant à l’approvisionnement en gaz russe, mais aussi en ammoniac, phosphate et potassium, des matières premières nécessaires à la fabrication de leurs produits également exportés par la Russie

Les plus lus

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
méthanisation concurrence élevage fourrage
La méthanisation concurrence-t-elle l’élevage ? L’exemple breton
La méthanisation risque-t-elle de concurrencer l’approvisionnement des élevages ? Le débat reprend à l’occasion de cet été 2022…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Jean Jouzel Giec changement climatique agriculture
« Changement climatique : les agriculteurs doivent faire partie des solutions », selon Jean Jouzel
Entretien avec Jean Jouzel, climatologue, ex vice-président scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution…
Publicité