Aller au contenu principal

Sondage
Election présidentielle : huit Français sur dix sensibles à la condition animale

Les candidats à l’élection présidentielle 2022 sont attendus sur le sujet du bien-être animal, selon un sondage commandé par les 29 ONG du collectif Engagement animaux 2022 qui note avec satisfaction une avancée notamment de la part de six candidats sur le sujet.

vaches limousines
Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen sont pour l'interdiction de l'abattage sans étourdissement.
© Bernard Griffoul

81% des Français se déclarent sensibles aux questions ayant trait à la condition et à la protection animales, selon un sondage Ifop effectué du 7 au 9 mars 2022 sur un échantillon de 1005 personnes, représentatif de la population française pour les 29 ONG (1) rassemblées dans le collectif Engagement animaux 2022. 35% se déclarent même très sensibles, un chiffre montant jusqu’à 43% pour les 18-24 ans. A moins d’un mois du premier tour de l’élection présidentielle et malgré un contexte « unique et préoccupant », la condition animale a fait sa place dans le débat, ont affirmé ce matin les 29 ONG lors d’une conférence de presse. Selon Melvin Josse, cofondateur de Convergence Politique Animaux (membre du collectif), « c’est même la première campagne où la condition animale tient une telle place ». « C’est très nouveau, ce n’était pas du tout le cas en 2017 » affirme-t-il.

Un autre sondage réalisé par l’Ifop du 1er au 2 février 2022 auprès de 1012 personnes pour la Fondation Brigitte Bardot affirme de son côté que près de 86% des Français s’accordent sur la nécessité pour les candidats de se positionner sur la question, 57% déclarant même que les propositions des candidats en la matière pourraient influencer leur vote.

Et certains candidats ont pris en compte cette préoccupation. Six d’entre eux se sont ainsi exprimés auprès d’Engagement animaux 2022 sur leurs propositions en la matière et ont même accepté de s’engager en faveur de tout ou partie des 22 mesures portées par la candidate animaliste Hélène Thouy qui n’a pas obtenu ses 500 parrainages. Deux d’entre eux se détachent clairement du lot, Yannick Jadot, candidat EELV, et Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) qui se déclarent d’accord avec 98% des propositions du collectif. Viennent ensuite Nathalie Arthaud (85%), Philippe Poutou (77%), Nicolas Dupont-Aignan (67%) et Marine Le Pen (58%).

Consensus des six candidats contre l’abattage rituel

Sur les six candidats ayant accepté de répondre au collectif, « pour la première fois, l’abattage sans étourdissement fait consensus contre lui », souligne Agathe Gignoux, responsable des affaires publiques de CIWF France, qui pointe une évolution des candidats de gauche et notamment de Jean-Luc Mélenchon sur le sujet. Les 29 ONG déplorent toutefois un manque d’intérêt du côté du PS et du PCF et une difficulté à droite de se positionner sur les sujets à impact économique tels que la chasse et l’élevage. Quant à Emmanuel Macron, « il est illisible sur la condition animale », juge Engagement animaux 2022. Marine Le Pen « qui s’affiche souvent avec ses chats » ne se prononce finalement que contre l’abattage rituel, concernant les animaux d’élevage, pointe le collectif. Quant à Eric Zemmour, « il n’a aucune proposition en faveur des animaux dans son programme » et se prononce ouvertement pour la chasse, soulignent les 29 ONG.

« Nous sommes dans un contexte relativement dynamique et favorable à la condition animale », note Lorène Jacquet, responsable de campagne à la Fondation Brigitte Bardot. Citant des avancées récentes sur la castration des porcs, le broyage des poussins ou encore les infractions contre la maltraitance animale, elle estime que la France est « en train de rattraper son retard en la matière », mais que des avancées doivent encore être faites sur la chasse et les conditions d’élevage.

La France est en train de rattraper son retard en la matière

Et ce d’autant plus que la condition animale ne préoccupe pas seulement les bobos parisiens, souligne le collectif. D’après le sondage Ifop, loin des clichés, ce sont les Français modestes (gagnant de 900 à 1300 euros par mois) qui se déclarent le plus sensibles aux animaux (84% contre 74% pour ceux gagnant plus de 2500 euros par mois). De plus les habitants des communes rurales se déclarent sensibles à 86% devant les habitants de l’agglomération parisienne (80%).

(1) Dont l’OABA, CIWF France, la Fondation Brigitte Bardot

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
inrae
Comment les cultures associées peuvent augmenter la production agricole
Grâce à ses travaux, une équipe internationale de scientifiques, dont des chercheurs d’Inrae, a mis en avant l’intérêt des…
Publicité