Aller au contenu principal

Crédit d’impôt HVE : son maintien demandé par Pascal Lavergne et les députés Renaissance

Pascal Lavergne, député de Gironde et éleveur bovin est cosignataire d’un amendement déposé par le groupe Renaissance à l’Assemblée nationale. Les députés de la majorité présidentielle demandent le rétablissement du crédit d’impôt instauré en faveur de la certification « Haute valeur environnementale » avec la loi de finances 2021 et qui vient de faire l’objet d’une suppression dans la loi de finances pour 2023.

Visite d’une conseillère de la chambre d’agriculture de la Marne dans le cadre de la demande de certification HVE d'une exploitation viticole. Le dispositif rencontre beaucoup d’adeptes parmi les viticulteurs.
© Jean-Charles Gutner

Actuellement, les entreprises agricoles certifiées « Haute valeur environnementale » (HVE) peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt de 2500 €. Ce dispositif mis en place avec la loi de finances 2021 est remis en question. La Commission des finances de l’Assemblée nationale a voté le 5 octobre 2022 sa suppression dans le projet de loi de finances pour 2023. Une décision qui ne satisfait pas l’ensemble des députés.

Pascal Lavergne, député de Gironde, membre de la Commission des affaires économiques lance un appel à ses collègues de la majorité pour soutenir le rétablissement du crédit d’impôt HVE. L’homme politique, qui est aussi éleveur bovin et ancien viticulteur, est co-signataire d’un amendement déposé au nom du groupe Renaissance. Les députés signataires demandent le rétablissement du crédit d’impôt. Ils jugent que sa suppression est « plus qu’une erreur » et n’hésitent pas à parler de « faute ».

 

Pénaliser un dispositif qui rencontre un franc-succès ?

« C’est un dispositif qui rencontre un franc succès chez l’ensemble de la filière, et en particulier au sein du monde viticole, » estime le député. « Au 1er janvier 2022, les exploitations certifiées représentent environ 6,4 % des exploitations françaises et couvrent au moins 1,17 million d’hectares, » précise-t-il, « soit environ 4,4 % de la surface agricole utile (SAU) française ». Leur nombre était de 24 827 au 1er janvier de cette année et en un an, leur nombre a progressé de 73 %.

Pour Pascal Lavergne, supprimer ce qui a été instauré il y a deux ans est un « non-sens ». Selon lui, la décision prise à l’Assemblée nationale pour faire verser une « certification pensée sous le prisme de l’écologie positive et incitative » vers « une écologie punitive et de posture ». Et de rappeler que « c’est contre l’avis du gouvernement et contre la position du ministre de l’Agriculture que cette suppression a été votée ».

Le député agriculteur se pose en « défenseur de la profession » en affirmant aux professionnels qu’il est et restera leur « porte-voix ». Il assure être « parfaitement conscient des enjeux que revêtent cette certification et les dispositifs qui l’accompagnent pour la filière ».

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, président du groupe Gauche démocrate et républicaine (Nupes)
Réforme des retraites : quels défauts et lacunes pour les agriculteurs, selon André Chassaigne ?
Les pensions des agriculteurs qui ont été maires, des agricultrices, des conjoints-collaborateurs...la réforme de la retraite ne…
Publicité