Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

[Covid-19] Saisonniers en agriculture : beaucoup de volontaires mais un recrutement entre « top » et « flop »

L’opération #Des BrasPourTonAssiette, qui visait à mettre en lien les demandeurs de saisonniers agricoles avec les volontaires potentiels, a fait le plein de candidatures. Mais combien de ces propositions se sont concrétisées par un travail temporaire effectif ? L’offre et la demande n’ont pas toujours été en adéquation. Le confinement ne rend pas les travaux agricoles plus simples. Un minimum de formation est nécessaire pour effectuer de nombreuses tâches.

© Basheer Tome / flickr

Elan de solidarité, besoin de travailler… les motivations des candidats au travail saisonnier dans les exploitations agricoles pendant le confinement ont été nombreuses. Plus de 240 000 volontaires avaient  répondu mi avril à l’appel lancé par le ministre de l’Agriculture le 24 mars pour rejoindre « la grande armée de l’agriculture ». Et au total, ce sont près de 300 000 candidats qui ont été enregistrés.

Le confinement a remis l’agriculture sur le devant de la scène et initié un regain d’attractivité pour ses métiers. De expériences improbables sont nées de la crise du Covid-19 avec l’arrivée de nouveaux saisonniers qui ont apprécié de découvrir un autre univers professionnel. Coiffeur-cueilleur, charpentier-tomatier, chauffeur à bord d’une serre… beaucoup d’expériences se sont avérées positives. Certaines rencontres entre urbains et ruraux ont été « top ». Mais pas toutes. Pour certains recruteurs et certains salariés, l’expérience a plutôt ressemblé à un flop. L’inadéquation de l’offre et de la demande a été un frein à la pleine réussite de l’opération. « Les producteurs n’ont pas trouvé les bras nécessaires malgré les 300 000 candidatures », relate Le Figaro. Dans le journal économique un producteur de fraises du Var témoigne : « Ils ont été 20 à candidater, 10 à venir et 3 à finir la semaine ». Beaucoup ont découvert les contraintes et la dureté du métier et « les 300 000 candidatures se sont soldées par seulement 15 000 missions contractualisées », assure Le Figaro.

 

Avec trois quarts de nouveaux, difficile d’avoir des équipes performantes

Dans l’émission 28’, sur Arte, Patricia Rebillou, productrice de fraises en Dordogne depuis 35 ans, a témoigné, le 27 mars, de sa difficulté à trouver une main d’œuvre suffisamment compétente.

« Depuis longtemps, on pense que le secteur agricole peut prendre tout le monde », a-t-elle expliqué, or ce sont des tâches spécialisées. « Il faut des personnes qui connaissent la cueillette » a-elle précisé. « « Les clients attendent des fraises qui soient bien ramassées, en état. » Sur son exploitation, 20 nouveaux, « la première matinée, c’est impossible à gérer ». Et d’ajouter : « on n’est pas assez sur les exploitations pour encadrer chaque nouveau ».

Lire aussi « [Covid-19] Quand les confinés en chômage partiel se mettent aux travaux agricoles »

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
[VIDEO] L'association "Parlons ferme" veut cultiver le dialogue entre agriculteurs et consommateurs
L’association Parlons Ferme regroupe une trentaine d’agriculteurs, jeunes, majoritairement implantés dans le grand Sud-Ouest. Ils…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
[Coronavirus] En situation de pandémie, la question cruciale de l’autonomie protéique en alimentation animale de la France
Dans la situation de crise sanitaire du Covid-19, le sujet de l’autonomie protéique de la France apparaît primordial. L’…
Publicité