Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

[Covid-19] Quand les confinés en chômage partiel se mettent aux travaux agricoles

Elles ont été nombreuses à répondre à l’appel. Les personnes en chômage partiel durant le confinement se sont portées volontaires pour aller travailler dans les exploitations agricoles. Et ça se passe bien. Exemple chez François Mellon, maraîcher bio, producteur de rhubarbe qui vient d’embaucher pour cette culture 15 femmes et hommes pendant 4 jours. Retour d’expérience dans l’Oise agricole.

© Yann Cœuru / llickr

La crise sanitaire a provoqué une pénurie de main d’œuvre dans les exploitations agricoles. Le 24 mars, Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, a lancé un appel aux volontaires pour travailler en agriculture. Le message a été entendu par plus de 240 000 volontaires qui ont proposé leurs services via l’opération de la FNSEA « Des bras pour ton assiette » mise en place sur Internet par wizifarm.

 

Aujourd’hui, les bras sont à pied d’œuvre. Les travaux agricoles vont pouvoir être assurés.

Exemple chez François Mellon, agriculteur bio à Villotran dans l’Oise. Au début du confinement, le producteur « s’est demandé s’il allait pouvoir organiser le chantier de binage de sa rhubarbe », explique l’Oise agricole. Pour cette opération qui se déroule tous les ans au printemps, il a l’habitude de faire appel à une agence d’Intérim.

Cette année, les intérimaires étaient des personnes en chômage partiel. Quinze personnes « ont travaillé 8 heures par jour pendant 4 jours », précise le journal. Avec une organisation » dans le respect des gestes barrière : distribution de gel hydroalcoolique, salariés espacés un rang sur deux (soit un écart de 2 m entre les personnes), casse-croûte individuel.

Lire l’intégralité de l’article « Des bras pour mon assiette », du lien dans les territoires » dans l’Oise agricole.

« Créer du lien entre consommateurs et agriculteurs »

« L’ambiance était excellente » témoigne Félix, un des travailleurs venus prêter main forte au producteur, dans l’Oise agricole. L’employeur, lui aussi, est très satisfait. Les personnes venues travailler « étaient extrêmement motivées, ce qui fait qu’elles sont toutes restées jusqu’au bout malgré la pénibilité de la tâche », souligne l’agriculteur. Pourtant, tous n’étaient pas des habitués des travaux agricoles. Mais pour lui, cela a permis de « créer du lien entre consommateurs et agriculteurs ».

 

Voir aussi « [VIDEO] Plus de 240 000 volontaires pour travailler en agriculture »

Lire aussi :

« Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population »

« Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture »

« [Covid-19] 160 000 candidats pour prêter main forte au secteur agricole »

 

Lire aussi « [Coronavirus Covid-19] Interfel lance la plateforme « Urgence saisonnier »

Les plus lus

jean baptiste moreau agriculture député LREM agriculture macron
Jean-Baptiste Moreau, député : "Le localisme ne sauvera pas l’agriculture française"
Dans une tribune publiée sur le site du journal L’Opinion, le député accuse la grande distribution de ne pas avoir joué le jeu…
[Coronavirus] Le Space n’aura pas lieu en 2020 – Le salon des productions animales annulé en raison de la crise
C’est un coup dur pour les organisateurs du salon et l’ensemble de la profession agricole : le Space, Salon international des…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
Une molécule dérivée de la sciure de bois devient intermédiaire chimique pour la production d’antiviraux
De la sciure de bois aux antiviraux, il y a une succession de procédés chimiques. Une molécule d’origine australienne transformée…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
Publicité