Aller au contenu principal

[Covid-19] Quand les confinés en chômage partiel se mettent aux travaux agricoles

Elles ont été nombreuses à répondre à l’appel. Les personnes en chômage partiel durant le confinement se sont portées volontaires pour aller travailler dans les exploitations agricoles. Et ça se passe bien. Exemple chez François Mellon, maraîcher bio, producteur de rhubarbe qui vient d’embaucher pour cette culture 15 femmes et hommes pendant 4 jours. Retour d’expérience dans l’Oise agricole.

© Yann Cœuru / llickr

La crise sanitaire a provoqué une pénurie de main d’œuvre dans les exploitations agricoles. Le 24 mars, Didier Guillaume, le ministre de l’Agriculture, a lancé un appel aux volontaires pour travailler en agriculture. Le message a été entendu par plus de 240 000 volontaires qui ont proposé leurs services via l’opération de la FNSEA « Des bras pour ton assiette » mise en place sur Internet par wizifarm.

 

Aujourd’hui, les bras sont à pied d’œuvre. Les travaux agricoles vont pouvoir être assurés.

Exemple chez François Mellon, agriculteur bio à Villotran dans l’Oise. Au début du confinement, le producteur « s’est demandé s’il allait pouvoir organiser le chantier de binage de sa rhubarbe », explique l’Oise agricole. Pour cette opération qui se déroule tous les ans au printemps, il a l’habitude de faire appel à une agence d’Intérim.

Cette année, les intérimaires étaient des personnes en chômage partiel. Quinze personnes « ont travaillé 8 heures par jour pendant 4 jours », précise le journal. Avec une organisation » dans le respect des gestes barrière : distribution de gel hydroalcoolique, salariés espacés un rang sur deux (soit un écart de 2 m entre les personnes), casse-croûte individuel.

Lire l’intégralité de l’article « Des bras pour mon assiette », du lien dans les territoires » dans l’Oise agricole.

« Créer du lien entre consommateurs et agriculteurs »

« L’ambiance était excellente » témoigne Félix, un des travailleurs venus prêter main forte au producteur, dans l’Oise agricole. L’employeur, lui aussi, est très satisfait. Les personnes venues travailler « étaient extrêmement motivées, ce qui fait qu’elles sont toutes restées jusqu’au bout malgré la pénibilité de la tâche », souligne l’agriculteur. Pourtant, tous n’étaient pas des habitués des travaux agricoles. Mais pour lui, cela a permis de « créer du lien entre consommateurs et agriculteurs ».

 

Voir aussi « [VIDEO] Plus de 240 000 volontaires pour travailler en agriculture »

Lire aussi :

« Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population »

« Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture »

« [Covid-19] 160 000 candidats pour prêter main forte au secteur agricole »

 

Lire aussi « [Coronavirus Covid-19] Interfel lance la plateforme « Urgence saisonnier »

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité