Aller au contenu principal

Coca-Cola s’attaque au vin corse Coca Mariani

Le vin corse Coca Mariani inventé par un Bastiais en 1863 est dans le viseur du géant Coca-Cola. La guerre des marques est ouverte et le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle.

Coca Mariani
© Coca Mariani

Le géant américain Coca-Cola Company vient de déclarer la guerre au vin corse Coca Mariani, lui contestant la création de sa marque Coca Mariani en 1868. Pour le président de la société insulaire, Christophe Mariani, c'est l'incompréhension. « Comment une entreprise, peu importe sa taille, s'oppose à notre nom ? Comment aujourd'hui peut-on nous demander d'enlever notre histoire, le mot le plus important, coca, sur notre bouteille ? », confiait-il le 11 mars dernier à France 3 Corse. La chaîne raconte l’histoire de Coca Mariani qui commence en 1863 quand un apothicaire de Bastia met au point dans son laboratoire parisien un vin de coca à base d’infusion de feuilles de cocaïer. Le succès est immédiat.

« Président de la République, hommes d'État, écrivains de renom comme Émile Zola, Jules Verne ou Colette vantent les mérites de cet élixir miraculeux », raconte France 3. Et les imitations se multiplient. 

Le président actuel de l'entreprise, Christophe Mariani, assure que le Coca-Cola est né de ce vin pétillant français. « On était là 25 ans avant eux. En 1885, John Pemberton, un Américain préparateur en pharmacie, décide de copier ce vin tonique Mariani, puis à la fin des année 1885 arrive la Prohibition. Il est alors obligé de changer sa formule, d'enlever le vin et de créer une boisson qu'on connaît aujourd'hui, qui s'appelle Coca-Cola », assure le gérant à Europe 1.

Un risque de confusion ?

En 2014, Christophe Mariani a décidé de relancer le vin de coca, avec une nouvelle recette : à base de vermentinu un cépage corse et l’alcool de coca, décocaïnisé, en provenance de Bolivie. Après avoir déposé la marque en France, la maison Coca Mariani effectue en 2019 les démarches devant l'Office de l 'Union européenne pour la propriété intellectuelle. Coca-Cola s'y oppose. La multinationale considère que le mot Coca, de la marque Coca Mariani présente un risque de confusion. 

Maître Antoine Chéron, avocat de la société Coca-Mariani, compte bien résister au géant américain, relate France 3 Corse.

Le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle.

 

Les plus lus

Anne Mottet
Anne Mottet, femme de Thomas Pesquet, défend le plancher des vaches
Chargée de la politique d’élevage à la FAO, l’ingénieure agronome et docteur en agro-écosystème Anne Mottet démontre brillamment…
Protéines
Plan protéines : nouvelle enveloppe de 20 millions d’euros pour aider les agriculteurs à s’équiper
Après le succès du premier, un deuxième appel à projets pour l’aide aux investissements en matériels et agroéquipements dans le…
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d'Or
[Pac - Manifestation à Dijon] Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or : « On m’a mis les menottes dans le dos, comme un délinquant »
Antoine Carré, président des Jeunes agriculteurs de Côte d’Or, en Gaec sur une exploitations polyculture élevage (limousines…
Retraités agricoles
Retraites : 100 euros de plus par mois pour 227 000 anciens agriculteurs dès décembre
Jean Castex va annoncer ce vendredi 23 avril au matin à Luzillat dans le Puy-de-Dôme la mise en œuvre de la revalorisation des…
Gel
Une deuxième vague de froid, plus humide, attendue après le pire gel qu’ait connu l’agriculture française depuis 1950
Les agriculteurs français viennent de vivre un épisode de gel catastrophique et doivent se préparer au retour d'un froid, moins…
L'enjeu de l'éco-régime pour les agriculteurs français dans la réforme de la Pac
Les éco-régimes ont vocation à augmenter de manière significative le niveau des ambitions environnementales de la Pac. Ces aides…
Publicité