Aller au contenu principal

Coca-Cola s’attaque au vin corse Coca Mariani

Le vin corse Coca Mariani inventé par un Bastiais en 1863 est dans le viseur du géant Coca-Cola. La guerre des marques est ouverte et le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle.

Coca Mariani
© Coca Mariani

Le géant américain Coca-Cola Company vient de déclarer la guerre au vin corse Coca Mariani, lui contestant la création de sa marque Coca Mariani en 1868. Pour le président de la société insulaire, Christophe Mariani, c'est l'incompréhension. « Comment une entreprise, peu importe sa taille, s'oppose à notre nom ? Comment aujourd'hui peut-on nous demander d'enlever notre histoire, le mot le plus important, coca, sur notre bouteille ? », confiait-il le 11 mars dernier à France 3 Corse. La chaîne raconte l’histoire de Coca Mariani qui commence en 1863 quand un apothicaire de Bastia met au point dans son laboratoire parisien un vin de coca à base d’infusion de feuilles de cocaïer. Le succès est immédiat.

« Président de la République, hommes d'État, écrivains de renom comme Émile Zola, Jules Verne ou Colette vantent les mérites de cet élixir miraculeux », raconte France 3. Et les imitations se multiplient. 

Le président actuel de l'entreprise, Christophe Mariani, assure que le Coca-Cola est né de ce vin pétillant français. « On était là 25 ans avant eux. En 1885, John Pemberton, un Américain préparateur en pharmacie, décide de copier ce vin tonique Mariani, puis à la fin des année 1885 arrive la Prohibition. Il est alors obligé de changer sa formule, d'enlever le vin et de créer une boisson qu'on connaît aujourd'hui, qui s'appelle Coca-Cola », assure le gérant à Europe 1.

Un risque de confusion ?

En 2014, Christophe Mariani a décidé de relancer le vin de coca, avec une nouvelle recette : à base de vermentinu un cépage corse et l’alcool de coca, décocaïnisé, en provenance de Bolivie. Après avoir déposé la marque en France, la maison Coca Mariani effectue en 2019 les démarches devant l'Office de l 'Union européenne pour la propriété intellectuelle. Coca-Cola s'y oppose. La multinationale considère que le mot Coca, de la marque Coca Mariani présente un risque de confusion. 

Maître Antoine Chéron, avocat de la société Coca-Mariani, compte bien résister au géant américain, relate France 3 Corse.

Le dossier est actuellement entre les mains de l'Office européen de la propriété intellectuelle.

 

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
Julien Revellat, directeur associé du bureau parisien de McKinsey
Comment McKinsey compte influencer l’évolution de l’agriculture française
Le cabinet de consultants McKinsey a mis en place un simulateur d'agriculture régénératrice hébergé sur le campus Hectar, créé…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Laurie Poussier, future agricultrice : « je veux juste parler de mes petits bonheurs parce que je suis heureuse au quotidien »
Laurie Poussier sera officiellement éleveuse en 2023, avec comme projet la création d’une savonnerie artisanale à la ferme. La…
Publicité