Aller au contenu principal

Cinq enseignements à tirer du compte provisoire de l’agriculture en 2020

Si l’agriculture a réussi à maintenir son activité et à nourrir les Français en 2020 dans un contexte de crise sanitaire inédit, elle a toutefois vu sa valeur ajoutée par actif reculer de 2,6% selon le compte provisoire de l’agriculture pour 2020 publié par l’Insee.

Comptes de l'agriculture
© Pixabay

L’Insee vient de publier le compte provisoire de l’agriculture pour 2020. « Pour les agriculteurs, cette année de tous les dangers se solderait par une baisse de leur résultat : la valeur ajoutée agricole (y compris les subventions) par actif a baissé de 2,6% entre 2019 et 2020 », commentent les Chambres d’agriculture dans un communiqué. Zoom sur les cinq enseignements clés à retenir de cette année particulière.

Lire aussi : Revenu agricole : le Covid-19 met à mal la rentabilité des cultures spécialisées

  • Si l’agriculture a relevé le défi de nourrir les Français durant la crise de la Covid-19, elle n’en a retiré que peu de bénéfice en termes de valeur ajoutée. En 2020, la production de la branche agricole hors subventions sur les produits baisserait de 1,9% selon l’Insee. Productions végétales et animales se contractent avec respectivement un recul de 2,4% et de 0,9%. Sur le plan comptable, la valeur de la production de l’agriculture française s’élèverait à 76,6 milliards d’euros en 2020, soit 1,5 milliard de moins qu’en 2019.
     
    Evolution de la production agricole
  • Les conditions météorologiques ont particulièrement affecté les productions végétales en 2020. La récolte céréalière a pâti de conditions climatiques défavorables avec un recul de la production de 18,8%. Dans le détail, les récoltes de blé tendre et d’orge ont respectivement décru de 26,1% et 24,1%. La production de fruits s’est aussi repliée de 6,3%, pénalisée par la trop grande douceur hivernale et le gel printanier. A noter qu’en 2020, la production de betteraves industrielles a aussi été affectée par la jaunisse avec une chute de production de 30,8%. Les vins de qualité ont pour leur part été pénalisés par la fermeture des marchés de la restauration hors domicile. Les chambres d’agriculture soulignent ainsi qu’ « au total, la production végétale a perdu 1 milliard d’euros par rapport à 2019 ».
     
    Productions végétales
  • Les résultats économiques des exploitations sont en recul dans 11 régions sur 13 en 2020. Seules la Bourgogne-Franche Comté et la Corse ont connu une hausse du revenu agricole par actif. « Et encore, il s’agit pour ces régions d’un rattrapage par rapport à l’année 2019 », commentent Les Chambres d’agriculture.
     
    Evolution par région
  • Les productions animales ont continué leur lente érosion. Si les productions animales semblent avoir mieux résisté aux difficultés de l’année 2020 que les productions végétales, elles ont poursuivi leur lente érosion entamée depuis bientôt 20 ans. En volume, la production s’est stabilisée pour les gros bovins (+0,1%), a augmenté pour les porcins de 1,6% et pour le lait (+0,8%) mais a reculé de 3,2% pour les veaux et de 2,5% pour les volailles. Quant au prix (hors subventions), il a reculé de 1,3% pour la production animale du fait essentiellement des porcins (-4,8%, après +21,5% en 2019), des œufs (-6,8%), du lait (-0,7%) mais aussi des gros bovins (-0,8%).
     
    Productions animales
  • Point positif toutefois à souligner : des évolutions de marché favorables pour les agriculteurs français du côté des intrants. Les consommations intermédiaires de la branche agricole ont ainsi reculé de 2% en 2020 (après +3,4% en 2019) avec un recul en volume (-0,6%) et en prix (-1,4%). La consommation en énergies et lubrifiants a notamment nettement diminué, note l’Insee, avec une chute de 14,8% du fait de celle des prix (-13,9%). Les achats des engrais et amendements ont aussi reculé de 9,5% (après une hausse de 8,1%) du fait du repli des volumes (-8,6%) alors que les prix ont peu évolué (-0,9%). A noter également la baisse en volume de 1,2% des achats d’aliments pour animaux. « L’économie de charges d’intrants ne compense pas complètement le manque à gagner du côté de la production mais l’amortit assez nettement », remarquent les Chambres d’agriculture dans leur analyse des comptes de l’agriculture en 2020.
     
    Consommations intermédiaires

 

 

 

 

Les plus lus

Les Touristes
Les touristes, mission agriculteurs : pourquoi le directeur du lycée agricole a validé l'émission d'Arthur sur TF1
Le lycée agricole de Contamine-sur-Arve en Haute-Savoie a accueilli en immersion cinq humoristes et une ancienne miss France pour…
Ecole Hectar
Hectar : l’enseignement agricole public manifeste contre l’école de Xavier Niel
Treize organisations syndicales et associations de l’enseignement agricole public appellent à manifester ce mardi 29 juin dans…
Farming simulator
On en sait plus sur la sortie de Farming Simulator 22
Le jeu de simulation agricole, déjà en précommande, sortira le 22 novembre 2021. Son éditeur Giants Software annonce la…
Première mondiale - Une usine pour le recyclage des ficelles et filets agricoles annoncée pour 2022
L’entreprise normande RecyOuest a annoncé le 9 juillet son projet de construction d’une usine de recyclage des ficelles et filets…
Egalim2
Egalim 2 : sept nouvelles mesures censées améliorer la rémunération des agriculteurs
L’Assemblée nationale a adopté hier en première lecture une proposition de loi pour une meilleure rémunération des agriculteurs…
Hélène Thouy
Parti animaliste : cinq choses à savoir sur Hélène Thouy candidate à la Présidentielle
Hélène Thouy, coprésidente du Parti animaliste, s’est déclarée le jeudi 1er juillet dernier candidate à l’élection…
Publicité