Aller au contenu principal

« Une année 2021 satisfaisante » pour le syndicat caprin de la Drôme

Le syndicat caprin de la Drôme propose plusieurs formations à ses adhérents et mène de nombreuses actions de promotion des produits caprins.

Les adhérents du syndicat caprin de la Drôme se sont réunis en assemblée générale le 14 avril dernier. En 2022, le syndicat entend poursuivre ses actions. Quant au label rouge chevreau lourd, il pourrait voir le jour en 2023. « Ce dossier suit son cours. Mais nous avons encore beaucoup de travail dans les mois à venir. »
Les adhérents du syndicat caprin de la Drôme se sont réunis en assemblée générale le 14 avril dernier. En 2022, le syndicat entend poursuivre ses actions. Quant au label rouge chevreau lourd, il pourrait voir le jour en 2023. « Ce dossier suit son cours. Mais nous avons encore beaucoup de travail dans les mois à venir. »
© Syndicat caprin de la Drôme

Le syndicat caprin de la Drôme accompagne depuis 1963 les éleveurs dans leurs projets. Les objectifs sont clairs : informer, conseiller, défendre et promouvoir la filière caprine. De nombreuses actions sont donc régulièrement organisées dans cette perspective.

Et pour Damien Brunet, le président du syndicat, le bilan de l’année 2021 est jugé « bon ». À commencer par les formations. « On a proposé plus de formations que d’habitude. L’une d’elles concernait par exemple le calcul des prix de vente. Cela a été très bien perçu par nos adhérents, il y avait une vraie attente », commente-t-il. Les formations liées aux chevreaux (élevage, abattage, découpe, transformation) ont par ailleurs connu un véritable engouement. « Notre travail sur le label rouge porte ses fruits, les éleveurs ont envie de se former dessus », poursuit-il. Afin de rester organisme de formation, le syndicat vient d’ailleurs d’être certifié Qualiopi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

installé à Blou, dans le Maine et Loire, Laurent Ruau tire le meilleur parti des 115 ha de l'exploitation pour alimenter le troupeau.
« Je produis 9 000 l de lait par hectare de SFP avec 600 chèvres en bio »
Produire fourrages et concentrés pour 600 chèvres en bio avec un coût alimentaire réduit, c’est l’objectif que s’est fixé Laurent…
"Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour les éleveurs caprins" alerte la Fnec
Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour permettre aux éleveurs de tenir et de ne pas impacter irréversiblement les…
La hausse des charges pourrait atteindre 122 €/1 000 L
Entre 28 et 122 €/1 000 L de hausse des charges en élevage caprin
La flambée des prix des aliments achetés, des engrais et de l’énergie pourrait entraîner une hausse des charges allant de 28 à…
Fromagora 2022 : inscrivez-vous avant le 20 mai
L'édition 2022 du concours national des fromages de chèvre fermiers Fromagora aura lieu le samedi 4 juin à Rocamadour dans le Lot…
« Lorsque l’on est autonome, en cas de coup dur, on a un souci en moins si on n’a pas de charges alimentaires importantes », expose Christophe Favard, éleveur dans la Vienne.
Séchage en grange, maïs et méteil assurent 100 % d’autonomie pour 200 chèvres
Christophe et Nathalie Favard élèvent 200 alpines à Romagne, dans la Vienne. Installés sur la ferme familiale en 1998, ils ont…
Romain Dumortier, éleveur à St-Martin-en-Haut, dans le Rhône
Des jeux suspendus pour les chèvres dans les aires paillées
« Au départ, je cherchais un moyen d’éviter que les chèvres s’attaquent aux parties en bois du bâtiment : les supports des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre