Aller au contenu principal

Tous gagnants avec le progrès génétique en filière caprine

La génétique est parfois vue comme réservée aux grands troupeaux livreurs ou résumée à la seule pratique de l’insémination. Pourtant, chaque éleveur peut investir dans la génétique pour sélectionner son troupeau vers un objectif qui lui est propre. La vitesse de progression sera liée au temps et aux moyens mis en œuvre bien sûr. Disposer de données objectives et fiables est indispensable pour sélectionner ses animaux, mais aussi la connaissance des parentés. Il faut ensuite de la cohérence et de la constance dans ses choix de sélection.

Les boucs vasectomisés permettent de détecter les chaleurs, une alternative aux tabliers, pas toujours simples à gérer au quotidien.
Les boucs vasectomisés permettent de détecter les chaleurs, une alternative aux tabliers, pas toujours simples à gérer au quotidien.
© V. Hervé-Quartier

Le schéma génétique français est organisé, au service des éleveurs, autour de CapGènes, des organismes de conseil en élevage et des entreprises de mise en place. Le premier gère le schéma génétique et repère les meilleurs animaux pour "créer" le progrès. Le second a un rôle capital de collecte des données indispensables au calcul des index. Le troisième diffuse le progrès génétique, et tous travaillent avec notamment l’Institut de l’élevage, l’Inrae et GenEval.

« L’éventail de missions de CapGènes, définies par le règlement zootechnique européen, comprend notamment la responsabilité du programme de sélection, du contrôle de performance, de l’indexation, et de la publication des index », expose Audrey Poureau, chef de projet chez CapGènes.

Le conseil d’administration de CapGènes comprend des éleveurs, livreurs et fromagers. « Notre objectif est de proposer des solutions à tous les systèmes d’élevage, quelles que soient leur taille et la destination du lait produit. Que l’objectif soit de progresser en lait, en taux ou en morphologie, il y a une réponse pour chacun. La commission recherche et développement de CapGènes travaille avec l’appui de l’Inrae pour intégrer de nouveaux critères de sélection et ainsi mieux répondre aux attentes des éleveurs et de la filière. Si on veut modifier ou intégrer un critère, il faut évaluer les conséquences sur les autres. On ne perd jamais, mais on peut aller plus ou moins vite. »

La résistance aux strongles à l’étude

Des projets sont notamment en cours sur la résistance aux strongles, la fertilité, la persistance, la longévité, la maturité… La fertilité fait par exemple partie de l’indexation génomique depuis 2020 et sera introduite dans l’index combiné caprin (ICC) en 2022.

« Nous avons un petit schéma génétique au sein duquel nous réalisons un travail important pour maintenir la variabilité génétique. C’est pour cela que nous nous obligeons à utiliser le plus de familles possibles et que l’accès aux boucs n’est pas libre », précise Audrey Poureau.

« Le travail du schéma génétique est porté par tous et bénéficie à tous les éleveurs. »

Le programme GènesAvenir comprend l’ensemble des services reproduction-sélection. « GènesAvenir a été créé en 2016 avec l’ambition de porter en commun les services autour de la génétique, la reproduction et la sélection, avec les coopératives d’insémination, les conseillers d’élevage et CapGènes. Nous voulions pour poursuivre la dynamique Gène + qui avait accompagné de nombreux éleveurs vers le contrôle de performance, le recours à l’IA et l’adhésion à CapGènes. » L’objectif est de s’adresser à un public plus large d’éleveurs, et de pouvoir proposer des services progressifs.

Plusieurs statuts existent dans GènesAvenir en fonction de l’engagement de l’éleveur : adhésion ou non au contrôle de performance, contrôle officiel ou non, et adhésion ou non à CapGènes. Dans tous les cas, plus le nombre de données collectées est important, meilleurs seront les outils de sélection et plus grand sera le progrès génétique.

Sans pratiquer d’inséminations ni adhérer à CapGènes, il est possible d’avancer en sélectionnant les reproducteurs sur des informations objectives et en connaissant les filiations. Si le contrôle de performance peut être ressenti comme lourd, il permet d’établir des notes intra-troupeau et de faire une sélection (voir p.22).

Pour aller plus loin, contrôle de performance et pointage permettent d’établir l’index combiné caprin, l’ICC. Il prend en compte les critères de production et morphologiques.

Faire un premier pas dans la génétique

« Pour continuer à progresser et propager le progrès génétique, c’est important que les éleveurs soient ce qu’on appelle « connectés », expose Audrey Poureau. C’est l’ensemble des liens de parenté qui existent entre les élevages. Il est très important de connaître le père et la mère de chaque chevreau naissant. La connexion permet de dissocier les effets génétiques des effets liés à l’environnement de l’animal, dont celle de l’élevage, ce qui garantit une bonne fiabilité de l’évaluation génétique et de comparer le niveau génétique d’animaux appartenant à des élevages différents. » Sans connexion, on peut obtenir une évaluation intra-troupeau à partir des données du contrôle de performance et élever des chèvres sur les meilleurs éléments d’un troupeau.

Afin d’amener un plus grand nombre d’éleveurs à s’intéresser au progrès génétique, le projet Zacccap, soutenu par France Génétique Élevage, vise à porter les services de la génétique à tous les producteurs quelle que soit leur région. Il comprend entre autres des formations de conseillers avec un tutorat entre les conseillers des bassins de production caprine plus importants.

4 000 élevages français au cœur du schéma génétique

Dans la base de sélection française, on compte :

605 éleveurs Créateurs et Engagés (adhérents au contrôle laitier officiel et à CapGènes)
875 éleveurs Piliers et Acteurs (adhérents au contrôle laitier officiel)
353 éleveurs Pionniers et Promoteurs (adhésion au contrôle laitier simplifié)
334 000 chèvres contrôlées pour la quantité et la qualité du lait
173 064 chèvres inscrites dans le programme de sélection
36 800 femelles pointées
1 461 accouplements programmés
70 648 inséminations réalisées
151 mâles en quarantaine
246 384 doses produites par 318 boucs
90 boucs améliorateurs et 114 Jeunes Boucs Génomiques diffusés au catalogue d’IA pour la campagne 2021
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Alain et Léo Drochon travaillent en parfaite entente sur l'exploitation familiale.
« Produire les meilleurs fourrages pour nos chèvres »
Dans les Deux-Sèvres, Alain et Léo Drochon forment un binôme efficace sur l’exploitation familiale. Ils s’adaptent aux terres…
Christophe Lizot est lauréat 2021 du prix de la Fondation pour une Agriculture Durable de Nouvelle-Aquitaine grâce à son méteil qui améliore son autonomie alimentaire.
« J’ai remplacé toutes mes cultures de vente par du méteil »
À l’EARL des trois fermes, un couple d’éleveurs charentais améliore son autonomie alimentaire en remplaçant ses cultures de vente…
Les associations de défense des races, accompagnées par l’Institut de l’élevage, ont souhaité créer des références pour montrer que s’installer en race locale et vivre de ce type d’élevage c’est possible !
S’installer en races locales c’est possible !
Des références technico-économiques sont en cours de construction afin d’accompagner les porteurs de projet et éleveurs installés…
Les boucs vasectomisés permettent de détecter les chaleurs, une alternative aux tabliers, pas toujours simples à gérer au quotidien.
Tous gagnants avec le progrès génétique en filière caprine
La génétique est parfois vue comme réservée aux grands troupeaux livreurs ou résumée à la seule pratique de l’insémination.…
Temanuata Girard, vice-présidente de la région Centre-Val de Loire déléguée à l'agriculture et à l'alimentation, et Olivier Denis, président de l'AOP Pouligny Saint-Pierre ont signé le plan de filière local 2022-2026 à l'occasion des 50 ans de l'appellation.
Pour ses 50 ans, le Pouligny Saint-Pierre a mis les petits plats dans les grands
Premier fromage de chèvre à avoir obtenu une AOC en 1972, le Pouligny Saint-Pierre a réuni producteurs, affineurs,…
Isabelle Dubrion adhère depuis trois ans seulement et a déjà un accouplement programmé cet automne pour Rosée, avec à la clé peut-être un futur bouc inscrit au catalogue CapGènes.
Plus de fromages avec le même nombre de chèvres grâce au progrès génétique
En Saône-et-Loire, Isabelle et Baptiste Dubrion font progresser leur troupeau pour améliorer le rendement fromager et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre