Aller au contenu principal

[DOSSIER]
Se faire accompagner pour mieux recruter en élevage caprin

Éleveur est un métier complexe et exigeant : traite, soins aux animaux, gestion de l’exploitation, production des fourrages, parfois en plus transformation à la ferme et commercialisation… Le recours au salariat est de plus en plus souvent envisagé pour alléger la charge de travail et libérer du temps. Cela suppose une réflexion en profondeur sur l’organisation de l’exploitation et la définition précise du besoin : temporaire pour les pics de travail (mises bas, récoltes…) ou permanent ? pour quelle durée ? quelles tâches déléguer ? Une fois ce travail réalisé, il faut trouver le bon candidat. Ce dossier ne livre pas de solution clé en main mais des pistes pour avancer dans sa recherche et se faire accompagner.

Tous les secteurs d’activité sont touchés ou presque : les difficultés de recrutement ne concernent pas uniquement l’élevage. Cette question a même été tout récemment portée à l’attention du Premier ministre et du ministre de l’Agriculture explique la FNSEA dans un communiqué : « avec un taux de chômage à 8 %, il devient de plus en plus difficile de recruter tant des salariés saisonniers, que permanents. »

À tous les échelons, national, régional, départemental, des initiatives sont mises en place depuis plus ou moins longtemps pour faire face à ce problème. Citons par exemple la campagne France Relance les #EntrepreneursDuVivant lancée en 2021 par le ministère de l’Agriculture sur l’attractivité des métiers. Le CAP main-d’œuvre initié en région Centre Val de Loire il y a huit ans pour former des futurs salariés en reconversion en est un autre. En région Occitanie, un accompagnement des éleveurs par un cabinet de recrutement peut être financé. En Pays de la Loire, c’est l’action « Relève le défi » qui fait parler d’elle, avec des futurs installés et salariés en agriculture représentés en super héros. Une campagne originale de l’ADPAP et du GIE ovin du Centre Ouest avec le slogan : « Ne devenez pas un mouton, élevez-en ! »

« Posez-vous les bonnes questions et n’hésitez pas à vous renseigner auprès de vos conseillers »

Les départs en retraite d’associés, l’augmentation de la taille des cheptels, la recherche de nouveaux débouchés… entraînent un surcroît de travail et le recours à de la main-d’œuvre salariée peut être envisagé, parmi d’autres solutions (association, délégation des travaux des cultures…). « Quand la charge de travail augmente, que ce soit conjoncturel ou structurel, l’éleveur, le fromager, y fait face le plus souvent en allongeant son temps de travail au détriment de sa vie personnelle. Cette réaction, légitime, n’est généralement pas tenable dans la durée. Mais devenir employeur, c’est un peu apprendre un nouveau métier, et certains éleveurs redoutent de franchir le pas, exposent les conseillers du réseau Inosys dans une plaquette intitulée Emploi en élevage caprin en région Centre-Val de Loire. Pourtant, de nombreuses solutions existent comme des aides à l’embauche ou des solutions d’emploi partagé. »

Réfléchir à son organisation

« Le constat, c’est que nous avons besoin de plus en plus de bras, et de moins en moins de candidats, expose Joël Mazars, administrateur de la Fnec. Le travail mené au niveau local est primordial. Les partenariats entre les fédérations, l’Anefa, Pôle emploi, les établissements de formation… Nous avons toutes les expertises à disposition, il ne faut pas hésiter à s’en servir ! »

Dans une enquête (1) récente, les éleveurs interrogés citent le manque de compétences comme principale difficulté rencontrée lors du recrutement. L’absence de candidat, l’éloignement géographique des exploitations et l’incompatibilité horaire sont également cités.

« Si l’inconvénient de nos métiers d’élevage c’est l’astreinte, il faut la voir comme un atout, poursuit-il. Nous pouvons proposer différentes organisations à un ou plusieurs salariés : temps plein seul ou à plusieurs, temps partiel, CDI, CDD, groupement d’employeurs, service de remplacement… On peut aussi jouer sur les horaires. Une palette de fonctionnement est à notre disposition. Il y a beaucoup de souplesse et de possibilités. »

85 % des candidats sur le marché visible

Avant de passer à la phase de recrutement à proprement parler, le choix du salariat pour pallier un manque de main-d’œuvre demande de réfléchir à son organisation de travail, à ses besoins.

« Sachez que 85 % des candidats font leurs recherches via le marché visible (annonces…) alors que seulement 15 % des employeurs utilisent ce canal ! Ne négligez donc pas cet outil de recrutement », conseille Coline Gilson, de la MireLux (mission régionale pour l’emploi du Luxembourg).

Dossier réalisé par Virginie Hervé-Quartier

(1) Enquête en ligne sur l’emploi en filières de ruminants : conditions de travail et difficultés de recrutement
menée du 20 juillet au 20 septembre 2020 par la FNB, la FNEC, la FNO et la FNPL

Pourquoi recruter ?

Après un temps de formation variable mais qu’il ne faut jamais négliger, un salarié pourra permettre à l’éleveur ou au fromager :

De réduire sa charge de travail et ainsi, de souffler, de prendre le temps de réfléchir, prendre du temps pour ce qui lui importe…
De gagner en liberté, en disponibilité en réduisant son travail d’astreinte, par exemple, la traite le matin ou le soir, le retournement des fromages,… voire en prenant parfois un jour, un WE ou des congés.
De gagner du temps par une meilleure efficacité sur certaines tâches quand elles sont réalisées à plusieurs, par exemple le curage…
De partager et d’échanger sur des questions techniques, économiques, projets…
De réduire les risques maladie, accident…
De gagner en productivité en réalisant en temps et en heure les tâches "bâclées" ou reportées par manque de temps.

Côté Biblio

De nombreuses ressources existent pour accompagner les éleveurs dans leur démarche de recrutement : calcul du coût d’un salarié, aides mobilisables, organisation du travail, diffusion des offres d’emploi : les fiches du RMT travail en agriculture, la plaquette Emploi en élevage caprin en région Centre-Val de Loire rédigée par l’Idele, la chambre d’agriculture Centre Val de Loire et Touraine Conseil élevage, le site de l’Anefa et de l’Ocapiat, entre autres outils.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La hausse des charges pourrait atteindre 122 €/1 000 L
Entre 28 et 122 €/1 000 L de hausse des charges en élevage caprin
La flambée des prix des aliments achetés, des engrais et de l’énergie pourrait entraîner une hausse des charges allant de 28 à…
Fromagora 2022 : inscrivez-vous avant le 20 mai
L'édition 2022 du concours national des fromages de chèvre fermiers Fromagora aura lieu le samedi 4 juin à Rocamadour dans le Lot…
"Les renégociations commerciales doivent aboutir rapidement" alerte la Fnec
Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour permettre aux éleveurs de tenir et de ne pas impacter irréversiblement les…
Pour la première fois, l'ensemble des races caprines locales et à petits effectifs étaient rassemblées à Capri'inov en novembre 2021. Une belle vitrine et l'occasion d'échanger avec l'ensemble des acteurs de la filière.
Les races caprines locales et à petits effectifs à la croisée des chemins
Si elles ne représentent que 1 % des effectifs caprins en France, le succès des races locales et à petits effectifs s'agrandit…
Entre autres dispositions, avec la loi dite loi EGAlim 2, le contrat écrit pluriannuel devient la norme et la non-contractualisation, l’exception.
« Avec EGAlim 2, le contrat écrit devient la norme »
Lait, fromages fermiers, viande : tous ces produits caprins sont concernés, à moins d’une demande de dérogation, par la…
La hausse de la collecte nationale de lait de chèvre se confirme
À un peu plus de 59 millions de litres, la collecte française cumulée au 1er bimestre a progressé de 3 % par rapport à 2021. En…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre