Aller au contenu principal

Hélène Fuchey, chargée de mission Pac à l’Institut de l’élevage
Quelles seront les conséquences de la Pac 2023-2027 pour les éleveurs caprins français ?

 

 

 

« Cette nouvelle Pac s’appliquera au 1er janvier 2023 et par rapport aux précédentes, le modèle de mise en œuvre change. Il y a toujours un cadre européen, mais pour la première fois, chaque État membre établit un plan stratégique national (PSN) pour son application. Ils devaient être envoyés à Bruxelles pour validation avant la fin de 2021, en prévision des échanges qui se dérouleront avec la Commission européenne en 2022, donc nous n’avons pas encore toute la visibilité sur les contenus définitifs.

Les outils eux sont communs et restent les mêmes : droits à paiement de base (DPB), paiement redistributif, paiement couplé, JA, ICHN, MAEC… sont reconduits, même si les modalités d’applications changent. Les mesures du paiement vert, remaniées, deviennent obligatoires, mais passent dans la conditionnalité. 100 % des aides sont donc maintenant conditionnées à son respect (maintien des prairies permanentes, diversité culturale et présence de surfaces d’intérêt écologique). Il y a deux nouveautés : les écorégimes et les programmes opérationnels.

Le grand objectif de la prochaine Pac 2023-2027 est la souveraineté alimentaire et l’évolution des pratiques vers une agriculture durable. Côté français, le souhait affiché de l’État est de limiter les transferts massifs pour éviter les à-coups sur les exploitations, et l’amélioration de l’autonomie en protéines végétales pour l’alimentation humaine et animale. De ce fait, l’enveloppe des aides couplées aux cultures protéiques sera doublée, et un programme opérationnel sera ouvert pour cette production. Les petits ruminants seront sans doute assez peu concernés par les programmes opérationnels : ce sont des aides aux organisations de producteurs, qui doivent cofinancer 50 % des montants, ouvertes au niveau cadre national.

Première conséquence pour les éleveurs caprins, la baisse de la part des aides couplées animales au profit des aides végétales afin de soutenir le développement des protéines végétales. L’enveloppe globale subira une baisse de 10 % pour toutes les productions animales, avec une première marche en 2023, puis -0,3 % chaque année jusque 2027.

Autre élément, la poursuite de la convergence des DPB. En moyenne, les élevages caprins sont plutôt en dessous de la moyenne (114 €/ha en 2020), donc ils devraient vont plutôt en bénéficier.

La grande nouveauté, ce sont les écorégimes. S’ils sont facultatifs, ils représentent 25 % des aides du 1er pilier, l’enjeu est donc important. Pour les obtenir, trois entrées sont possibles : « infrastructures agroécologiques », « certification » (bio ou HVE) et « pratiques culturales », avec deux niveaux de paiement à chaque fois en fonction des exigences respectées. Aujourd’hui, il y a encore des ajustements sur ces éléments à venir. Par exemple, l’entrée "pratiques culturales" doit valoriser la diversité dans les assolements, et notamment la présence de couverts riches en protéines végétales.

Les éleveurs caprins travaillent déjà sur le sujet de l’autonomie protéique depuis plusieurs années et ont donc une carte à jouer à la fois sur les aides couplées végétales pour les cultures protéiques, et sur les écorégimes. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
« Nous recrutons cinq saisonniers pour les mises bas »
      « Les mises bas de nos 1 000 chèvres sont groupées entre le 25 janvier et le 20 mars. Nous élevons tous les chevreaux…
« Nous sommes une petite filière avec peu de moyens financiers, nous devons donc travailler en complémentarité : les travaux nationaux doivent nourrir les démarches régionales, et inversement », rappelle Franck Moreau, président de la section caprine d'Interbev.
Les initiatives fleurissent pour valoriser le chevreau
Si les idées pour donner de la valeur à la viande caprine ne datent pas d’hier, la crise sanitaire a stimulé les initiatives pour…
CapGènes lance une offre de semences sexées femelle. Les performances obtenues lors des essais sont similaires celles de bovins : plus de 90 % de femelles à la naissance, un taux de fécondation autour de 45-50 %, contre 60 % en moyenne en semences classiques, pour un coût d’environ 30 € supérieur.
CapGènes lance une offre en semences sexées pour les caprins
Pour la première fois, la semence sexée sera commercialisée en France dès le printemps 2022. Une innovation portée par CapGènes…
Pour chaque site d'élevage, un référent responsable du bien-être animal doit être désigné.
Un référent bien-être animal obligatoire par élevage caprin
Depuis le 1er janvier 2022, chaque élevage doit disposer d’un référent bien-être animal. Celui-ci est annoncé par voie d’…
1 565 élevages caprins suivis en 2020 par les entreprises de conseil en élevage, soit 232 915 chèvres.
Fusion annoncée entre France Conseil Élevage et Allice
« Bâtir une fédération ouverte et agile au service des entreprises et des éleveurs » est l’objectif commun de France Conseil…
Hélène Fuchey, chargée de mission Pac à l’Institut de l’élevage
Quelles seront les conséquences de la Pac 2023-2027 pour les éleveurs caprins français ?
      « Cette nouvelle Pac s’appliquera au 1er janvier 2023 et par rapport aux précédentes, le modèle de mise en œuvre change…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre