Aller au contenu principal

Réussir La Chèvre : le média des éleveurs de chèvres

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Produire moins pour plus d’autonomie

Certains éleveurs réduisent la taille de leur troupeau pour mieux l’adapter aux surfaces ou au temps disponible. Une pratique intéressante une fois les investissements remboursés et à condition de respecter certains seuils de rentabilité.

Même si les laiteries sont plutôt à chercher du lait de chèvre en ce moment, certains éleveurs font leur calcul et préfèrent adapter la taille de leur cheptel aux surfaces fourragères disponibles. Avec moins de chèvres, on gagne en autonomie alimentaire en produisant davantage son alimentation et en achetant moins d’aliments à l’extérieur. Moins de chèvres, c’est aussi moins de temps passé à s’en occuper. Avec plus de temps pour les surveiller et moins de densité en bâtiment, c’est potentiellement aussi une meilleure santé du troupeau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les éleveurs de la Vienne ont visité trois élevages en Suisse et deux autres en France. © D. Hardy
Des chèvres et des montagnes
Des éleveurs caprins de la Vienne et des Deux-Sèvres ont pris quelques jours pour aller prendre le bon air des montagnes et…
Département 03 - Exploitation agricole cherche personne pour traite vaches ou chèvres le matin et 1 week-end sur 3
Département 03 - Exploitation agricole cherche personne pour traite vaches ou chèvres le matin et 1 week-end sur 3. Le reste du…
Christine Ruffieux a repris la ferme de son père Jean-Pierre Gremaud en 2013. © D. Hardy
Des chèvres au milieu du gruyère
Christine et Simon ont repris la ferme de leur père et grand-père. Les 130 chèvres bio pâturent les vertes prairies de la Gruyère…
 © Idele
« Des manchons trayeurs trop souples en vieillissant »
« Nous avons étudié la dégradation des manchons trayeurs car nous avons constaté que les consommables ne sont pas renouvelés…
Leïla cherche à céder son esploitation. © M. Devimeux
Du fromage de chèvre à Saint-Pierre-et-Miquelon
Leïla Miliani est éleveuse de chèvres à St-Pierre-et-Miquelon, archipel français situé au large de Terre-Neuve.
Lors du pâturage, les larves de nématodes présentes sur les prairies infestent l’appareil gastro-intestinal de la chèvre. L’accumulation de ces vers peut affecter la production de lait, le bien-être et la santé des animaux. © R. de Crémoux
Préservons l’efficacité des anthelminthiques !
La gestion des nématodes gastro-intestinaux par les anthelminthiques doit désormais intégrer la problématique de la résistance…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.00€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre