Aller au contenu principal

Pour sentir les boucs, les chèvres ont le nez fin

Le retour en chaleur chez les petits ruminants occasionne des changements physiologiques chez les femelles, notamment au niveau des récepteurs de l’odorat.

En présence d'un bouc sexuellement actif, la chèvre voit la composition de son mucus nasal se modifier, sans doute pour améliorer sa réceptivité à l'effet mâle. © B. Morel
En présence d'un bouc sexuellement actif, la chèvre voit la composition de son mucus nasal se modifier, sans doute pour améliorer sa réceptivité à l'effet mâle.
© B. Morel

Une récente étude de l’Inrae a montré que les sécrétions nasales des femelles de petits ruminants évoluaient en fonction de l’activité sexuelle. Les chèvres comme les brebis alternent en effet des périodes d’anœstrus saisonnier ou repos sexuel et les périodes de chaleurs ou activité sexuelle. Les chercheurs ont noté d’importantes modifications de la composition des sécrétions nasales (ou sécrétome olfactif) de la chèvre lors de l’entrée en activité sexuelle. Le profil des OBP (pour odorant binding protein, des molécules réceptrices de l’odorat) change fortement selon si la chèvre est en saison sexuelle ou en anœstrus. Seulement, avec les caprins et contrairement aux brebis qui présentent toutes les mêmes molécules, les chercheurs sont tombés sur un casse-tête.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Agrial veut séduire les futurs installés en élevage caprin
Pour assurer le renouvellement des actifs de ses 600 adhérents caprins, la coopérative Agrial promeut le métier d’éleveur de…
Seuils de contractualisation obligatoire : arbitrage du ministère à 10 000 euros de chiffre d’affaires
Les éleveurs réalisant plus de 10 000 euros de chiffre d'affaires sur la vente de produits laitiers fermiers, les chèvres de…
Le témoignage d’Olivier Billaud a marqué l’assistance lors de la journée "éleveurcaprindemain organisée par le Brilac et l'Anicap début décembre : en reconversion, le jeune exploitant caprin avait rencontré son cédant à la journée #éleveurcaprindemain de 2017.
À Melle, la filière caprine d’aujourd’hui rencontre celle de demain
La traditionnelle journée #éleveurcaprindemain dédiée à l’installation était organisée le 2 décembre par le Brilac, l’Anicap et…
Engraissement des chevreaux à la ferme, quatre webinaires pour tout savoir
L'institut de l'élevage et ses partenaires proposent une série de webinaires abordant les étapes clefs et les résultats du projet…
Assurer ses prairies pour sécuriser l'alimentation de ses animaux est une solution à envisager avec le nouveau dispositif d'assurance récolte en vigueur depuis le 1er janvier.
« Une assurance récolte plus incitative pour les éleveurs caprins »
Rémi Dubourg, chargé d’études à Chambres d’agriculture France. Depuis le 1er janvier 2023, un nouveau cadre légal s’applique pour…
Le changement climatique impose des adaptations plus ou moins importantes selon les élevages et la région. Anticiper semble être le maître mot.
Adapter les élevages caprins au changement climatique
La filière caprine s’est saisie de l’enjeu de l’adaptation des élevages et, notamment, de la sécurisation des ressources…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre