Aller au contenu principal

Avis d'expert : Benoît Foisnon, chambre d’agriculture du Loir-et-Cher
« Ne bradez pas vos fromages ! »

« Les fromages fabriqués par les fromagers fermiers ont un prix qu’il ne faut pas brader. Cela paraît une évidence mais les quelques centimes du prix de vente du fromage font la différence. D’après les données technico-économiques issues d’une trentaine de fermes du réseau Inosis, si on vend des selles-sur-cher à 3,10 euros sur la zone, cela permet de se payer une rémunération de 1,58 euro par fromage, soit deux Smic et demi. Mais il n’y a hélas pas beaucoup de monde qui vende à ce tarif… Par contre, on en voit qui vendent au tarif de 2,50 € et qui doivent donc en écouler une sacrée quantité avant de s’en tirer un revenu correct.

Les bons fromages se vendent cher

Même calcul avec le sainte-maure-de-touraine. Nous avons simulé que vendre à 3,70 euros le sainte-maure permettait de gagner 1,2 Smic. En passant à 4,10 euros, on peut espérer 1,6 Smic. C’est très important de ne pas commencer par un prix trop bas car on peine ensuite à remonter les tarifs. Historiquement, les fermiers avaient pris l’habitude de brader les fromages de chèvres car le gros du revenu de la ferme venait des vaches et les chèvres n’apportaient qu’un complément pour la fermière. Ce n’est plus vrai maintenant. Il ne faut pas pratiquer les prix du voisin, surtout quand on s’installe. Ce voisin a peut-être remboursé ces emprunts et il a l’aide bénévole de la grand-mère…

« Quelques centimes pour le client, un revenu pour vous »

Une certaine catégorie de clients se dit aussi que si ce n’est pas cher, c’est louche, ça cache quelque chose… À nous de faire des bons fromages. Il y a pour cela des structures techniques ou des affineurs qui peuvent aider le jeune fromager. Le conseil régional du Centre-Val de Loire finance ainsi de l’appui technique pour que des produits de qualité soient mis sur le marché. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Alain et Léo Drochon travaillent en parfaite entente sur l'exploitation familiale.
« Produire les meilleurs fourrages pour nos chèvres »
Dans les Deux-Sèvres, Alain et Léo Drochon forment un binôme efficace sur l’exploitation familiale. Ils s’adaptent aux terres…
Christophe Lizot est lauréat 2021 du prix de la Fondation pour une Agriculture Durable de Nouvelle-Aquitaine grâce à son méteil qui améliore son autonomie alimentaire.
« J’ai remplacé toutes mes cultures de vente par du méteil »
À l’EARL des trois fermes, un couple d’éleveurs charentais améliore son autonomie alimentaire en remplaçant ses cultures de vente…
Les associations de défense des races, accompagnées par l’Institut de l’élevage, ont souhaité créer des références pour montrer que s’installer en race locale et vivre de ce type d’élevage c’est possible !
S’installer en races locales c’est possible !
Des références technico-économiques sont en cours de construction afin d’accompagner les porteurs de projet et éleveurs installés…
Les boucs vasectomisés permettent de détecter les chaleurs, une alternative aux tabliers, pas toujours simples à gérer au quotidien.
Tous gagnants avec le progrès génétique en filière caprine
La génétique est parfois vue comme réservée aux grands troupeaux livreurs ou résumée à la seule pratique de l’insémination.…
Temanuata Girard, vice-présidente de la région Centre-Val de Loire déléguée à l'agriculture et à l'alimentation, et Olivier Denis, président de l'AOP Pouligny Saint-Pierre ont signé le plan de filière local 2022-2026 à l'occasion des 50 ans de l'appellation.
Pour ses 50 ans, le Pouligny Saint-Pierre a mis les petits plats dans les grands
Premier fromage de chèvre à avoir obtenu une AOC en 1972, le Pouligny Saint-Pierre a réuni producteurs, affineurs,…
Isabelle Dubrion adhère depuis trois ans seulement et a déjà un accouplement programmé cet automne pour Rosée, avec à la clé peut-être un futur bouc inscrit au catalogue CapGènes.
Plus de fromages avec le même nombre de chèvres grâce au progrès génétique
En Saône-et-Loire, Isabelle et Baptiste Dubrion font progresser leur troupeau pour améliorer le rendement fromager et la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre