Aller au contenu principal

La marque Vrai interroge les consommateurs et les producteurs

Pour repositionner sa marque bio Vrai, Triballat Noyal a organisé une consultation pour répondre « aux vraies questions » des consommateurs et des producteurs.

Du 1er juin au 31 juillet 2020, la marque de produits laitiers bio Vrai a ouvert une consultation sur la plate-forme web Lesvraiesquestions.com. Consommateurs, producteurs et salariés étaient invités à poser leurs questions sur les produits Vrai (ultra-frais vache, brebis, chèvre, fromages, crème fraîche). « Triballat Noyal est pionnier des produits laitiers biologiques, rappelle Sonia Jolly, chef de groupe Bio chez Triballat Noyal. Mais les attentes des consommateurs évoluent et la concurrence sur le bio est de plus en plus forte. Nous avons voulu avoir une approche collaborative pour coconstruire le futur de la marque et répondre aux nouvelles attentes sociétales. » En deux mois, la plate-forme a recueilli 200 questions et 1 300 contributions. Les thèmes les plus abordés étaient les emballages (formats, plastique...), le bien-être animal (mode d’élevage, devenir des mâles…), les garanties de la bio (origine du lait, ingrédients, additifs…), l’impact environnemental et la rémunération des producteurs. La marque répondait aux questions les plus plébiscitées. « Sur la rémunération, nous avons expliqué les mécanismes de fixation des prix selon les coûts de production, la saisonnalité, le marché…, précise Arnaud Ménard, responsable amont chez Triballat Noyal. Nous avons aussi rappelé ce que nous faisons mais ne disions pas forcément, comme le travail avec les OP, le sourcing français, les chartes de bien-être animal, l’accompagnement des producteurs...».

Des engagements pour rajeunir la marque

L’objectif pour la suite est de coconstruire de nouveaux engagements. Des ateliers seront organisés avec les producteurs, salariés et consommateurs pour parler du positionnement de la marque et des moyens de la rajeunir. Des évolutions devraient aussi être apportées sur les produits, pour répondre notamment à une attente de gros conditionnements. Quatre millions de litres de lait de chèvre sont collectés par Triballat Noyal en Ille-et-Vilaine et dans les départements limitrophes. « Les producteurs sont associés à l’évolution de la marque, souligne Arnaud Ménard. Nous travaillons ensemble sur un cahier des charges privilégiant une alimentation française, le pâturage, le bien-être animal… mais qui reste dans une approche économique raisonnable. » Les contrats pourraient aussi évoluer selon la saisonnalité. Quatre installations ont eu lieu en 2020 et d’autres sont prévues en 2021 et 2022. « Nous recherchons toujours du lait de chèvre, indique Arnaud Ménard. La croissance du marché des produits laitiers bio de petits ruminants est toutefois moins soutenue qu’elle n’a été, notamment depuis le Covid qui a amené des consommateurs à privilégier les produits basiques. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Philippe et Valérie Robin, éleveurs à Pougne-Hérisson (79), SCEA le Chêne Blanc.
« Nous recrutons cinq saisonniers pour les mises bas »
      « Les mises bas de nos 1 000 chèvres sont groupées entre le 25 janvier et le 20 mars. Nous élevons tous les chevreaux…
« Nous sommes une petite filière avec peu de moyens financiers, nous devons donc travailler en complémentarité : les travaux nationaux doivent nourrir les démarches régionales, et inversement », rappelle Franck Moreau, président de la section caprine d'Interbev.
Les initiatives fleurissent pour valoriser le chevreau
Si les idées pour donner de la valeur à la viande caprine ne datent pas d’hier, la crise sanitaire a stimulé les initiatives pour…
CapGènes lance une offre de semences sexées femelle. Les performances obtenues lors des essais sont similaires celles de bovins : plus de 90 % de femelles à la naissance, un taux de fécondation autour de 45-50 %, contre 60 % en moyenne en semences classiques, pour un coût d’environ 30 € supérieur.
CapGènes lance une offre en semences sexées pour les caprins
Pour la première fois, la semence sexée sera commercialisée en France dès le printemps 2022. Une innovation portée par CapGènes…
Pour chaque site d'élevage, un référent responsable du bien-être animal doit être désigné.
Un référent bien-être animal obligatoire par élevage caprin
Depuis le 1er janvier 2022, chaque élevage doit disposer d’un référent bien-être animal. Celui-ci est annoncé par voie d’…
1 565 élevages caprins suivis en 2020 par les entreprises de conseil en élevage, soit 232 915 chèvres.
Fusion annoncée entre France Conseil Élevage et Allice
« Bâtir une fédération ouverte et agile au service des entreprises et des éleveurs » est l’objectif commun de France Conseil…
Les plaques de polycarbonate amovibles sont montées sur des rails de portes coulissantes. Un "U" en fer à l'envers sert de guide en haut.
« Un bâtiment chevrettes adapté à toutes les saisons avec un bardage coulissant fait maison »
Hervé, Pierre et Baptiste Sorin, du Gaec Cabri'Hyaule à Val-Couesnon (35), ont 520 chèvres en lactation. Ils ont réalisé un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre