Aller au contenu principal

La marque Vrai interroge les consommateurs et les producteurs

Pour repositionner sa marque bio Vrai, Triballat Noyal a organisé une consultation pour répondre « aux vraies questions » des consommateurs et des producteurs.

Du 1er juin au 31 juillet 2020, la marque de produits laitiers bio Vrai a ouvert une consultation sur la plate-forme web Lesvraiesquestions.com. Consommateurs, producteurs et salariés étaient invités à poser leurs questions sur les produits Vrai (ultra-frais vache, brebis, chèvre, fromages, crème fraîche). « Triballat Noyal est pionnier des produits laitiers biologiques, rappelle Sonia Jolly, chef de groupe Bio chez Triballat Noyal. Mais les attentes des consommateurs évoluent et la concurrence sur le bio est de plus en plus forte. Nous avons voulu avoir une approche collaborative pour coconstruire le futur de la marque et répondre aux nouvelles attentes sociétales. » En deux mois, la plate-forme a recueilli 200 questions et 1 300 contributions. Les thèmes les plus abordés étaient les emballages (formats, plastique...), le bien-être animal (mode d’élevage, devenir des mâles…), les garanties de la bio (origine du lait, ingrédients, additifs…), l’impact environnemental et la rémunération des producteurs. La marque répondait aux questions les plus plébiscitées. « Sur la rémunération, nous avons expliqué les mécanismes de fixation des prix selon les coûts de production, la saisonnalité, le marché…, précise Arnaud Ménard, responsable amont chez Triballat Noyal. Nous avons aussi rappelé ce que nous faisons mais ne disions pas forcément, comme le travail avec les OP, le sourcing français, les chartes de bien-être animal, l’accompagnement des producteurs...».

Des engagements pour rajeunir la marque

L’objectif pour la suite est de coconstruire de nouveaux engagements. Des ateliers seront organisés avec les producteurs, salariés et consommateurs pour parler du positionnement de la marque et des moyens de la rajeunir. Des évolutions devraient aussi être apportées sur les produits, pour répondre notamment à une attente de gros conditionnements. Quatre millions de litres de lait de chèvre sont collectés par Triballat Noyal en Ille-et-Vilaine et dans les départements limitrophes. « Les producteurs sont associés à l’évolution de la marque, souligne Arnaud Ménard. Nous travaillons ensemble sur un cahier des charges privilégiant une alimentation française, le pâturage, le bien-être animal… mais qui reste dans une approche économique raisonnable. » Les contrats pourraient aussi évoluer selon la saisonnalité. Quatre installations ont eu lieu en 2020 et d’autres sont prévues en 2021 et 2022. « Nous recherchons toujours du lait de chèvre, indique Arnaud Ménard. La croissance du marché des produits laitiers bio de petits ruminants est toutefois moins soutenue qu’elle n’a été, notamment depuis le Covid qui a amené des consommateurs à privilégier les produits basiques. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Avec l'aide de cabinet d'éthologie, les laiteries H. Triballat Rians vont former  leurs 450 producteurs de lait au bien-être animal.  © Rians
Les Laiteries H. Triballat Rians s’engagent sur le bien-être des animaux et la rémunération des éleveurs
Les Laiteries H. Triballat Rians veulent monter en gamme en s’engageant à sortir les chèvres et mieux rémunérer les éleveurs.
Bayle fabrique des stalles qui distribuent des aliments lors de la traite. © Bayle
Rachat de Bayle Industries et CK-lndustries
Le groupe Sofilab, propriétaire des sociétés La Buvette, Satene, Mazeron et Rotoplus, vient d’acquérir les sociétés CK-…
L'engraissement des chevreaux à la ferme représente encore beaucoup de travail supplémentaire pour une valorisation trop faible. © D. Hardy
Ils engraissent les chevreaux à la ferme
En Dordogne, en Deux-Sèvres, dans les Hautes-Alpes ou dans les Bouches-du-Rhône, des éleveurs engraissent eux-mêmes leurs…
En cas de mammites sévères, la réforme peut s’avérer une décision judicieuse. © D. Hardy
Les mammites cliniques chez la chèvre
Peu fréquentes chez la chèvre, les mammites restent un critère d’alerte sur la santé des mamelles du troupeau et devront faire l’…
Mickaël Séveno et sa conseillère comptent exploiter plus à fond les données de la vidéo. © V. Bargain
« L’analyse vidéo a permis de mieux respecter les cycles des chèvres »
Grâce à la vidéo, Mickaël Séveno a pris conscience qu’il distribuait le deuxième repas de concentré trop tôt pour respecter le…
Les éleveurs laitiers ont perdu entre 0,6 et 1,2 % de revenu à cause de la crise du chevreau sur 2020. © B. Morel
Un nouvel espoir avec le chevreau label rouge
Dans la Drôme, le syndicat caprin travaille à la création d’un label rouge de chevreau lourd. Le projet est porteur d’espoir pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre