Aller au contenu principal

Face à la flambée des coûts, une aide pour les éleveurs les plus exposés aux achats d'aliments

Une enveloppe de 489 millions d’euros ciblée sur l’alimentation animale va être mobilisée dans le cadre du plan de résilience présenté le 16 mars dernier par le gouvernement. Mais ces aides ne peuvent être que transitoires en attendant la réouverture des négociations commerciales rappellent producteurs et transformateurs.

La guerre en Ukraine a entraîné une flambée du coût des matières premières agricoles, déjà à un haut niveau avant cette crise. Pour pallier les surcoûts engendrés par l’inflation, le gouvernement met en place une aide publique ciblée sur l’alimentation animale. Son objectif est d’absorber une partie de la hausse des prix de l’alimentation animale pour les éleveurs les plus exposés

« Après les viandes blanches, la filière caprine est la plus touchée face à la flambée des prix des matières premières, alerte la Fnec dans une note du 12 avril. En effet, le poids du poste aliments achetés dans les charges indicées d’un élevage caprin est de 50,2 % en moyenne, parfois beaucoup plus. »

Eleveurs et transformateurs rappellent que le meilleur soutien aux filières d’élevage seront les hausses de tarifs !

Si les modalités définitives ne seront connues que début mai, quelques éléments sont déjà connus. Cette aide est prévue sur une durée de quatre mois à compter du 15 mars et concernera uniquement les achats de concentrés (donc les fourrages sont exclus) supérieurs ou égaux à 3 000 euros.

Pour bénéficier de l’aide, le taux de dépendance de l’élevage à l’alimentation animale doit être au minimum de 10 %, c’est-à-dire la part du coût de l’aliment acheté dans les charges d’exploitation. Pour les élevages dont le taux de dépendance est compris entre 10 et 35 %, un forfait de 1 000 euros sera versé. Au-delà, c’est un pourcentage du coût de l’aliment qui va être indemnisé. Les téléservices de dépôt de dossiers devraient être mis en place à la mi-mai et les éleveurs auront trois semaines pour faire leurs demandes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

installé à Blou, dans le Maine et Loire, Laurent Ruau tire le meilleur parti des 115 ha de l'exploitation pour alimenter le troupeau.
« Je produis 9 000 l de lait par hectare de SFP avec 600 chèvres en bio »
Produire fourrages et concentrés pour 600 chèvres en bio avec un coût alimentaire réduit, c’est l’objectif que s’est fixé Laurent…
"Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour les éleveurs caprins" alerte la Fnec
Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour permettre aux éleveurs de tenir et de ne pas impacter irréversiblement les…
La hausse des charges pourrait atteindre 122 €/1 000 L
Entre 28 et 122 €/1 000 L de hausse des charges en élevage caprin
La flambée des prix des aliments achetés, des engrais et de l’énergie pourrait entraîner une hausse des charges allant de 28 à…
Fromagora 2022 : inscrivez-vous avant le 20 mai
L'édition 2022 du concours national des fromages de chèvre fermiers Fromagora aura lieu le samedi 4 juin à Rocamadour dans le Lot…
« Lorsque l’on est autonome, en cas de coup dur, on a un souci en moins si on n’a pas de charges alimentaires importantes », expose Christophe Favard, éleveur dans la Vienne.
Séchage en grange, maïs et méteil assurent 100 % d’autonomie pour 200 chèvres
Christophe et Nathalie Favard élèvent 200 alpines à Romagne, dans la Vienne. Installés sur la ferme familiale en 1998, ils ont…
Romain Dumortier, éleveur à St-Martin-en-Haut, dans le Rhône
Des jeux suspendus pour les chèvres dans les aires paillées
« Au départ, je cherchais un moyen d’éviter que les chèvres s’attaquent aux parties en bois du bâtiment : les supports des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre