Aller au contenu principal

Face au Covid-19, les gestes à respecter pour les visites d’élevages

Les visites restent parfois nécessaires en ces temps de confinement. La MSA et le GDS rappellent les règles à respecter lors des interventions en élevage pour limiter les risques de propagation du Covid-19.

LE LAVAGE DES MAINS reste le premier geste barrière. © D. Hardy
LE LAVAGE DES MAINS reste le premier geste barrière.
© D. Hardy

En premier lieu, il faut mieux ne faire venir personne sur la ferme en cas de doute sur son état de santé. Les personnes extérieures ne doivent pas aller ailleurs que là où elles doivent effectuer leurs interventions. Pas de café dans la cuisine à la fin de leur passage ! Quand votre présence n’est pas indispensable (collecte de lait, livraison d’aliments, enlèvement d’animaux morts…), transmettez les consignes préalablement par SMS, e-mail, téléphone ou avec un tableau d’affichage. Mettez à disposition des lingettes pour nettoyer les poignées de portes ou de tanks à lait ainsi que de quoi se laver et sécher les mains.

Distanciation et lavage des mains

Lors des visites (à limiter), il faut garder une distance de sécurité d’au moins un mètre. Avant et après intervention, le matériel utilisé par l’opérateur ou utilisés à plusieurs (poignées de portes, matériel de traite, tank lait, volant et levier d’un tracteur) doit être nettoyé. Pour la visite du vétérinaire, la contention du ou des animaux concernés doit être organisée en amont par téléphone et assurée avant son passage.

Les gestes barrières doivent également être appliqués en élevage : lavage des mains, salutation lointaine, distanciation sociale… Si des notes doivent être prises, chacun aura son stylo. Quand la distanciation sociale est difficile voire impossible, il est recommandé d’utiliser un masque de protection. Par précaution, il faut laisser les documents ou les médicaments fournis au moins une demi-journée avant d’y toucher. D’une manière générale, lavez-vous fréquemment les mains et ne portez pas vos mains à votre visage. La MSA recommande de prendre des nouvelles de l’état de santé de ses collaborateurs régulièrement. Elle alerte également sur le besoin de maintenir sa vigilance sur tous les risques. L’attention portée au risque d’infection ne doit pas conduire à occulter ou réduire l’attention portée aux risques propres des chantiers (risque animal, machines, chutes de hauteur, manutentions, port des EPI…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

La valorisation des chevreaux est toujours au cœur des inquiétudes de toute la filière avant le début de la campagne.
Incompréhensions sur les chevreaux
Alors que la campagne 2021-2022 va débuter, les relations entre naisseurs, engraisseurs et abatteurs ne semblent pas apaisées.
Les acteurs de la filière caprine ont jusqu'au 1er janvier 2022 pour mettre en œuvre la contractualisation écrite entre producteurs et laiteries.
L’accord sur la contractualisation en lait de chèvre étendu par les pouvoirs publics
2 600 éleveurs caprins sont concernés par cet accord interprofessionnel mettant en conformité la filière caprine avec la loi…
La distribution du fourrage est homogène et régulière le long de l’auge. © D. Hardy
Le robot distribue fourrages et concentrés à 750 chèvres
Au Gaec Verdon en Vendée, le robot d’alimentation de Lucas G est un investissement que les deux frères associés ne regrettent pas.
Les produits primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les produits caprins primés à découvrir au Space et au Sommet de l’Élevage
Les salons reprennent, et avec eux l’occasion de découvrir les nouveautés côté équipement et services pour les caprins. Voici…
La Fnec veut sécuriser la rémunération des éleveurs caprins avec la loi EGAlim 2
La Fédération nationale des éleveurs de chèvres espère pouvoir sécuriser le revenu des producteurs de lait de chèvre avec la non…
Augmentation de la production laitière par chèvre en 2020 à 989 kg en moyenne
En moyenne en 2020, 989 kg de lait ont été produits par lactation, soit une augmentation de la production laitière brute de 26 …
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre