Aller au contenu principal
Font Size

Face au Covid-19, les gestes à respecter pour les visites d’élevages

Les visites restent parfois nécessaires en ces temps de confinement. La MSA et le GDS rappellent les règles à respecter lors des interventions en élevage pour limiter les risques de propagation du Covid-19.

LE LAVAGE DES MAINS reste le premier geste barrière. © D. Hardy
LE LAVAGE DES MAINS reste le premier geste barrière.
© D. Hardy

En premier lieu, il faut mieux ne faire venir personne sur la ferme en cas de doute sur son état de santé. Les personnes extérieures ne doivent pas aller ailleurs que là où elles doivent effectuer leurs interventions. Pas de café dans la cuisine à la fin de leur passage ! Quand votre présence n’est pas indispensable (collecte de lait, livraison d’aliments, enlèvement d’animaux morts…), transmettez les consignes préalablement par SMS, e-mail, téléphone ou avec un tableau d’affichage. Mettez à disposition des lingettes pour nettoyer les poignées de portes ou de tanks à lait ainsi que de quoi se laver et sécher les mains.

Distanciation et lavage des mains

Lors des visites (à limiter), il faut garder une distance de sécurité d’au moins un mètre. Avant et après intervention, le matériel utilisé par l’opérateur ou utilisés à plusieurs (poignées de portes, matériel de traite, tank lait, volant et levier d’un tracteur) doit être nettoyé. Pour la visite du vétérinaire, la contention du ou des animaux concernés doit être organisée en amont par téléphone et assurée avant son passage.

Les gestes barrières doivent également être appliqués en élevage : lavage des mains, salutation lointaine, distanciation sociale… Si des notes doivent être prises, chacun aura son stylo. Quand la distanciation sociale est difficile voire impossible, il est recommandé d’utiliser un masque de protection. Par précaution, il faut laisser les documents ou les médicaments fournis au moins une demi-journée avant d’y toucher. D’une manière générale, lavez-vous fréquemment les mains et ne portez pas vos mains à votre visage. La MSA recommande de prendre des nouvelles de l’état de santé de ses collaborateurs régulièrement. Elle alerte également sur le besoin de maintenir sa vigilance sur tous les risques. L’attention portée au risque d’infection ne doit pas conduire à occulter ou réduire l’attention portée aux risques propres des chantiers (risque animal, machines, chutes de hauteur, manutentions, port des EPI…).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Le système choisi pour le projet est type Centre Ouest, avec un troupeau assez grand et une livraison de lait.  © Idele
Une chèvrerie de précision pour demain
Après six années de travail mutualisé entre les différentes productions animales, les prototypes de bâtiments de demain…
La chèvrerie construite en 2016 intègre également la salle de traite et le séchage en grange, ce qui explique la hauteur sous plafond très importante. Cela est finalement satisfaisant, permettant une bonne circulation de l'air. © B. Morel
Dans le Nord, le déclic du bio
Antoine Deltour est chevrier dans le Nord. Il y a quelques années, il a eu un déclic et a décidé de convertir son exploitation en…
Les Français consomment le lait de chèvre sous toutes ses formes
FranceAgriMer a publié le bilan de la consommation de produits laitiers en 2019, document dans lequel les tendances d’achats, les…
Le concept One Health veut soigner l’animal pour soigner l’Homme
La crise du Covid-19 met en avant les liens entre santé animale et santé humaine. Le concept One Health ("une santé" en anglais)…
Les chèvres les plus habituées qui connaissent le parcours pourront montrer toutes les bonnes ressources aux autres plus naïves. © E. Genevet
« Alimenter sur parcours sans compromettre la ressource »
« Dans les zones méditerranéennes, les élevages caprins profitent largement des pelouses plus ou moins embroussaillées, des…
L’herbe est le fourrage le plus valorisé en élevage caprin, pour ses qualités nutritionnelles bien entendu mais aussi pour son coût de production, imbattable ! © Idele
Cap'Herb pour redécouvrir l’herbe en ligne
L’Institut de l’élevage a mis en ligne un outil web pédagogique sur la valorisation de l’herbe en élevage caprin. Premier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 7.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre