Aller au contenu principal

Est-ce rentable d’engraisser des chevreaux à la ferme ?

Pour les ateliers d’engraissement à la ferme en circuit court, le prix de vente n’est souvent pas suffisant pour assurer la rentabilité. Celle-ci est plus facilement atteinte en filière longue, si toutes les conditions sont réunies.

Pour les producteurs qui commercialisent la viande de cheveau en circuit court, la rentabilité de l'atelier d'engraissement n'est assurée que si le prix de vente est suffisamment élevé par rapport aux charges engagées.
Pour les producteurs qui commercialisent la viande de cheveau en circuit court, la rentabilité de l'atelier d'engraissement n'est assurée que si le prix de vente est suffisamment élevé par rapport aux charges engagées.
© C. Boyer

Le projet ValCabri a évalué l’intérêt économique de l’engraissement des chevreaux à la ferme à partir d’une trentaine d’élevages aux dimensions, itinéraires techniques et circuits de commercialisation très divers. Les résultats économiques présentés s’appuient sur une approche de type coût de production.

Facteurs de rentabilité en filière longue

Douze enquêtes ont été réalisées sur la campagne 2018-2019 chez des éleveurs vendant des chevreaux en filière longue. Les chevreaux sont engraissés par l’éleveur, puis vendus à un abatteur qui prend en charge leur commercialisation. Plus de la moitié des éleveurs de ce groupe parvient à se dégager plus de deux SMIC par unité de main-d'œuvre (UMO). La variabilité observée est d’abord liée à l’utilisation plus ou moins importante du lait postcolostral, au taux de mortalité et, secondairement, à la période de vente. La disponibilité en main-d’œuvre durant les périodes critiques permet aussi d’assurer de bons résultats techniques. La pratique de l’engraissement dans des bâtiments non dédiés et souvent amortis contribue aussi à expliquer la variabilité.

Plus précisément, les élevages enquêtés sont majoritairement des livreurs de lait. Ils commercialisent en moyenne 172 chevreaux vendus à 28 jours à un poids moyen de 9,8 kg vif. Le prix moyen de vente s’établit à 30,93 € par chevreau, soit 3,15 € du kg vif ou 3,20 € du kg de carcasse. La variabilité observée sur le prix de vente est d’abord liée à la période de commercialisation, avec des prix élevés pour Noël et Pâques. Les éleveurs utilisent en moyenne 49 litres de lait pour engraisser un chevreau. La nature du lait utilisé varie selon les élevages : 100 % de lait postcolostral, 100 % d’aliment d’allaitement ou un mélange entre les deux. Sur la campagne 2018-2019, le prix moyen de l’aliment d’allaitement s’établissait à 1 774 € la tonne. Aujourd’hui, celui-ci a beaucoup augmenté, il avoisine les 2 800 € la tonne.

Le temps de travail n’a pas été chronométré, mais estimé par les éleveurs. Ils passent en moyenne 40 minutes par chevreau, cela englobe les soins à la naissance (désinfection du cordon…), la prise du colostrum et l’apprentissage de la tétée.

Sur la campagne 2018-2019, avec un produit de l’atelier de 5 320 € et des charges de 2 860 €, les éleveurs enquêtés se rémunèrent à hauteur de 2 460 €, soit 2,1 SMIC/UMO.

© Idele, projet ValCabri

Quel prix de vente en circuits courts ?

Dix-sept enquêtes ont été réalisées en élevage commercialisant de la viande en circuit court pour évaluer les coûts de production et fixer au mieux le prix de revient. D’après les résultats observés, le prix de revient moyen permettant d’assurer une rémunération à deux SMIC/UMO est bien au-dessus du prix de vente moyen pratiqué. Mais près de 20 % des éleveurs enquêtés parviennent toutefois à dégager au moins deux SMIC/UMO. Chacun, en fonction de ses objectifs de revenu, doit calculer son prix de revient pour fixer au mieux son prix de vente en tenant compte de son contexte d’élevage et de commercialisation.

Les éleveurs de ce groupe sont majoritairement des fromagers fermiers. Les types d’animaux engraissés sont divers (quelques chevreaux légers, une majorité de chevreaux lourds, voire très lourds) et il existe aussi une grande variété de circuits de commercialisation.

Le prix moyen de vente est de 118 € par chevreau, mais il masque une forte variabilité entre circuits de commercialisation (bouchers, restaurants, vente de carcasses à la ferme, vente en découpe en colis, vente au détail sur le marché, transformation pour certains) et au sein de chaque circuit de commercialisation. Par exemple, le prix moyen de vente observé est de 13,66 €/kg carcasse en carcasse ou demi-carcasse, 13,58 €/kg carcasse pour de la viande découpée, jusqu’à 23,04 €/kg carcasse pour de la viande transformée.

L’utilisation du lait de chèvre commercialisable augmente le coût d’élevage chez certains éleveurs. D’un autre côté, cette pratique peut permettre de gérer le pic de production de lait au printemps. Elle s’avère aussi moins gourmande en temps de travail pour ceux qui laissent les chevreaux sous les mères.

Les charges spécifiques à la vente directe varient en fonction de la distance à l’abattoir et à l’atelier de découpe. Le temps passé pour l’engraissement des chevreaux est élevé et très variable d’un élevage à un autre. Le petit nombre d’animaux, élevés souvent sans équipements adaptés, explique ces valeurs. Et au-delà de 40 € par chevreau, il sera difficile de « rentabiliser » les coûts transformation et de commercialisation.

Côté web

Retrouvez l’ensemble des résultats économiques : les cas types et les élevages enquêtés sur idele.fr/valcabri

Les plus lus

Agrial veut séduire les futurs installés en élevage caprin
Pour assurer le renouvellement des actifs de ses 600 adhérents caprins, la coopérative Agrial promeut le métier d’éleveur de…
Gwenaëlle et Julien Ravon et leurs quatre enfants, Pierre-Louis, Valentin, Eulalie et Baptistin, sont installés à Saint-Mathurin en Vendée depuis 2011 avec leurs 110 chèvres poitevines. Un projet atypique mais cohérent.
« La poitevine apporte une plus-value à nos fromages »
À Saint-Mathurin en Vendée, La Ferme du Cap’Vert limite les charges et valorise bien le lait de ses 110 chèvres poitevines,…
Marine et David Chataignon sont à la tête de la ferme du Moulin des chartreux, au cœur du parc naturel régional du Pilat.
« Le confort, véritable allié de la rentabilité de notre élevage caprin »
Chez les Chataignon, à Sainte-Croix-en-Jarez dans la Loire, l’agriculture est une affaire de famille. Depuis quelques années, l’…
Le témoignage d’Olivier Billaud a marqué l’assistance lors de la journée "éleveurcaprindemain organisée par le Brilac et l'Anicap début décembre : en reconversion, le jeune exploitant caprin avait rencontré son cédant à la journée #éleveurcaprindemain de 2017.
À Melle, la filière caprine d’aujourd’hui rencontre celle de demain
La traditionnelle journée #éleveurcaprindemain dédiée à l’installation était organisée le 2 décembre par le Brilac, l’Anicap et…
Engraissement des chevreaux à la ferme, quatre webinaires pour tout savoir
L'institut de l'élevage et ses partenaires proposent une série de webinaires abordant les étapes clefs et les résultats du projet…
Assurer ses prairies pour sécuriser l'alimentation de ses animaux est une solution à envisager avec le nouveau dispositif d'assurance récolte en vigueur depuis le 1er janvier.
« Une assurance récolte plus incitative pour les éleveurs caprins »
Rémi Dubourg, chargé d’études à Chambres d’agriculture France. Depuis le 1er janvier 2023, un nouveau cadre légal s’applique pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre