Aller au contenu principal

[DOSSIER] « Donner petit à petit des responsabilités »

Christophe Merceron, éleveur à St Maxire (79), emploie un salarié depuis une dizaine d'années. Si il rencontre des difficultés pour recruter, le fait de proposer un poste à temps plein en CDI est un plus pour les candidats.

© V. Hervé-Quartier

« Je me suis installé en Gaec avec mon père. Lorsqu’il est parti à la retraite il y a une dizaine d’années, j’ai fait le choix de recruter un salarié plutôt que de m’associer de nouveau. En général, je recrute via facebook, le bon coin et par le bouche à oreille. Je propose un contrat en CDI à temps plein, celai aide pour recruter, je vois bien que cela intéresse plus. Il reste la question de la coupure en milieu de journée, inhérent à notre métier. Souvent à terme cette amplitude horaire pose problème. Pour cette raison, le salarié ne doit pas habiter trop loin. Je préfère les candidats qui ont déjà une expérience en élevage caprin, même si elle est minime. Et j’ai aussi souvent recruté des jeunes issus du monde de l’équitation. Il faut prendre le temps de les former, ils ont un bon contact avec les animaux et le travail leur plaît. Il faut un an pour qu’un salarié soit à l’aise et autonome dans son poste. Je les forme aussi au logiciel CapLait, leur donne petit à petit des responsabilités.

"Prendre du recul sur ce qu'on peut demander à ses salariés"

Depuis quelques années, j’ai l’impression que les jeunes générations sont moins liées à un poste, elles quittent leur emploi pour un oui ou pour un non, elles n’ont pas la peur du lendemain. En tant qu’employeur, il faut s’adapter à cette façon de voir la vie. Et puis en tant que chef d’exploitation, nous vivons pour notre élevage. Un salarié a choisi de ne pas être à son compte. Il faut prendre du recul sur ce qu’on peut lui demander, exiger.

Il me semble aussi qu’il y a un décalage entre la formation et ce que nous éleveurs attendons. J’ai eu une fois une stagiaire de CS caprin, son profil était vraiment adapté aux besoins de main d’œuvre sur l’exploitation. Malheureusement très peu de jeunes choisissent cette voie et donc assez peu de candidats au salariat ont ce bagage et on ne les retrouve pas sur le marché du travail. »

Christophe Merceron, éleveur à St Maxire (79).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

installé à Blou, dans le Maine et Loire, Laurent Ruau tire le meilleur parti des 115 ha de l'exploitation pour alimenter le troupeau.
« Je produis 9 000 l de lait par hectare de SFP avec 600 chèvres en bio »
Produire fourrages et concentrés pour 600 chèvres en bio avec un coût alimentaire réduit, c’est l’objectif que s’est fixé Laurent…
"Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour les éleveurs caprins" alerte la Fnec
Il manque aujourd’hui 90 à 100 €/ 1000 L pour permettre aux éleveurs de tenir et de ne pas impacter irréversiblement les…
La hausse des charges pourrait atteindre 122 €/1 000 L
Entre 28 et 122 €/1 000 L de hausse des charges en élevage caprin
La flambée des prix des aliments achetés, des engrais et de l’énergie pourrait entraîner une hausse des charges allant de 28 à…
Fromagora 2022 : inscrivez-vous avant le 20 mai
L'édition 2022 du concours national des fromages de chèvre fermiers Fromagora aura lieu le samedi 4 juin à Rocamadour dans le Lot…
Romain Dumortier, éleveur à St-Martin-en-Haut, dans le Rhône
Des jeux suspendus pour les chèvres dans les aires paillées
« Au départ, je cherchais un moyen d’éviter que les chèvres s’attaquent aux parties en bois du bâtiment : les supports des…
Entre autres dispositions, avec la loi dite loi EGAlim 2, le contrat écrit pluriannuel devient la norme et la non-contractualisation, l’exception.
« Avec EGAlim 2, le contrat écrit devient la norme »
Lait, fromages fermiers, viande : tous ces produits caprins sont concernés, à moins d’une demande de dérogation, par la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre