Aller au contenu principal

Cap Protéines veut rendre la souveraineté protéique à la France

Le projet Cap Protéines va multiplier les recherches et les lieux de démonstration pour proposer des alternatives au soja d'importation. 

Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l'Institut de l'élevage sur un financement de Terres Univia et du ministère de l'Agriculture à travers le Plan de relance. © Cap Protéines
Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l'Institut de l'élevage sur un financement de Terres Univia et du ministère de l'Agriculture à travers le Plan de relance.
© Cap Protéines

Alors que la France continue d’importer la moitié de ses tourteaux, du soja d’Amérique du Sud notamment, afin d’alimenter ses élevages, les instituts techniques des oléoprotéagineux et de l’élevage débutent un important programme de recherche, développement et transfert appelé Cap Protéines. Son but ? Redonner de la souveraineté protéique à la France tant dans l’alimentation humaine qu’animale.

C’est particulièrement important pour les troupeaux caprins qui ne sont autonomes en protéines qu’à 47 % (contre 62 % pour les bovins lait ou 86 % pour les ovins viande). Comme la prairie constitue la première source de protéines en élevage, Cap protéines va promouvoir l’implantation de légumineuses dans les prairies ainsi que les mélanges céréales – protéagineux. Le programme, issu du Plan Protéines lui-même issu du Plan de relance, va aussi développer l’utilisation des tourteaux et graines d’oléoprotéagineux produits en France et en Europe.

Pour cela, Cap protéines va réaliser une quarantaine d’essais sur l’alimentation des ruminants et mettre en place des plateformes de démonstration dans les lycées agricoles ou fermes expérimentales. Une façon de montrer les possibilités de légumineuses, protéagineux ou prairies multi-espèces. Seront également mis en avant 330 élevages de bovins, ovins ou caprins qui présentent des techniques intéressantes pour renforcer l’autonomie protéique. Des outils numériques d’autoévaluation seront revalorisés (Devautop, AutoSysel, HappyGrass, Perpet…) ou développés. Pendant les deux ans du projet et sans doute au-delà, de nombreuses journées portes ouvertes et livraisons de documents et vidéos sont également prévues pour partager les bonnes pratiques.

Avec 9,5 millions d’euros consacrés à la partie élevage du projet, l’Institut de l’élevage et ses nombreux partenaires vont ainsi contribuer à réduire la dépendance de la France aux importations de soja d’Amérique du Sud, trop souvent liées à de la déforestation et aux cultures OGM. L’ensemble du plan protéines vise à doubler d’ici 2030 les surfaces en oléoprotéagineux et légumineuses fourragères pour atteindre 8 % de la SAU, soit deux millions d’hectares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Avec l'aide de cabinet d'éthologie, les laiteries H. Triballat Rians vont former  leurs 450 producteurs de lait au bien-être animal.  © Rians
Les Laiteries H. Triballat Rians s’engagent sur le bien-être des animaux et la rémunération des éleveurs
Les Laiteries H. Triballat Rians veulent monter en gamme en s’engageant à sortir les chèvres et mieux rémunérer les éleveurs.
Bayle fabrique des stalles qui distribuent des aliments lors de la traite. © Bayle
Rachat de Bayle Industries et CK-lndustries
Le groupe Sofilab, propriétaire des sociétés La Buvette, Satene, Mazeron et Rotoplus, vient d’acquérir les sociétés CK-…
L'engraissement des chevreaux à la ferme représente encore beaucoup de travail supplémentaire pour une valorisation trop faible. © D. Hardy
Ils engraissent les chevreaux à la ferme
En Dordogne, en Deux-Sèvres, dans les Hautes-Alpes ou dans les Bouches-du-Rhône, des éleveurs engraissent eux-mêmes leurs…
En cas de mammites sévères, la réforme peut s’avérer une décision judicieuse. © D. Hardy
Les mammites cliniques chez la chèvre
Peu fréquentes chez la chèvre, les mammites restent un critère d’alerte sur la santé des mamelles du troupeau et devront faire l’…
Les éleveurs laitiers ont perdu entre 0,6 et 1,2 % de revenu à cause de la crise du chevreau sur 2020. © B. Morel
Un nouvel espoir avec le chevreau label rouge
Dans la Drôme, le syndicat caprin travaille à la création d’un label rouge de chevreau lourd. Le projet est porteur d’espoir pour…
Mickaël Séveno et sa conseillère comptent exploiter plus à fond les données de la vidéo. © V. Bargain
« L’analyse vidéo a permis de mieux respecter les cycles des chèvres »
Grâce à la vidéo, Mickaël Séveno a pris conscience qu’il distribuait le deuxième repas de concentré trop tôt pour respecter le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre