Aller au contenu principal

Cap Protéines veut rendre la souveraineté protéique à la France

Le projet Cap Protéines va multiplier les recherches et les lieux de démonstration pour proposer des alternatives au soja d'importation. 

Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l'Institut de l'élevage sur un financement de Terres Univia et du ministère de l'Agriculture à travers le Plan de relance. © Cap Protéines
Le projet Cap Protéines est conduit par Terres Inovia et l'Institut de l'élevage sur un financement de Terres Univia et du ministère de l'Agriculture à travers le Plan de relance.
© Cap Protéines

Alors que la France continue d’importer la moitié de ses tourteaux, du soja d’Amérique du Sud notamment, afin d’alimenter ses élevages, les instituts techniques des oléoprotéagineux et de l’élevage débutent un important programme de recherche, développement et transfert appelé Cap Protéines. Son but ? Redonner de la souveraineté protéique à la France tant dans l’alimentation humaine qu’animale.

C’est particulièrement important pour les troupeaux caprins qui ne sont autonomes en protéines qu’à 47 % (contre 62 % pour les bovins lait ou 86 % pour les ovins viande). Comme la prairie constitue la première source de protéines en élevage, Cap protéines va promouvoir l’implantation de légumineuses dans les prairies ainsi que les mélanges céréales – protéagineux. Le programme, issu du Plan Protéines lui-même issu du Plan de relance, va aussi développer l’utilisation des tourteaux et graines d’oléoprotéagineux produits en France et en Europe.

Pour cela, Cap protéines va réaliser une quarantaine d’essais sur l’alimentation des ruminants et mettre en place des plateformes de démonstration dans les lycées agricoles ou fermes expérimentales. Une façon de montrer les possibilités de légumineuses, protéagineux ou prairies multi-espèces. Seront également mis en avant 330 élevages de bovins, ovins ou caprins qui présentent des techniques intéressantes pour renforcer l’autonomie protéique. Des outils numériques d’autoévaluation seront revalorisés (Devautop, AutoSysel, HappyGrass, Perpet…) ou développés. Pendant les deux ans du projet et sans doute au-delà, de nombreuses journées portes ouvertes et livraisons de documents et vidéos sont également prévues pour partager les bonnes pratiques.

Avec 9,5 millions d’euros consacrés à la partie élevage du projet, l’Institut de l’élevage et ses nombreux partenaires vont ainsi contribuer à réduire la dépendance de la France aux importations de soja d’Amérique du Sud, trop souvent liées à de la déforestation et aux cultures OGM. L’ensemble du plan protéines vise à doubler d’ici 2030 les surfaces en oléoprotéagineux et légumineuses fourragères pour atteindre 8 % de la SAU, soit deux millions d’hectares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Chèvre.

Les plus lus

Installées depuis deux ans, Lola Jouan et Amandine André transforment le lait de leurs 110 chèvres à Chitenay (Loir-et-Cher).
Du rêve à l’installation en élevage caprin
Dans le Loir-et-Cher, Amandine André et Lola Jouan ont réalisé leur projet d’enfance : s’installer toutes les deux et créer leur…
Sur la commune de Selles-Sur-Cher, Vincent et Marie-Frédérique Péré ont reconstruit un bel outil de travail après l'incendie, permettant d'élever plus de chèvres, avec une pénibilité réduite.
« À la suite de l'incendie de la chèvrerie, nous avons reconstruit et augmenté l’effectif »
Installé depuis près de quatre ans dans le Loir-et-Cher, Vincent Péré a dû revoir ses projets après l’incendie qui a détruit la…
L'isolation de la chèvrerie en 2018 et l'installation de translucides perforés ont permis d'améliorer l'ambiance pour les chèvres et les associés de la chèvrerie de la Trufière à Chissey-lès-Mâcons, en Saône et Loire, Sylvain Chopin, Marie-Émilie Robin (absente sur la photo) et Bérénice Claude.
« Sur notre élevage de chèvres, nous accordons les cycles de production »
La chèvrerie de la Trufière tire le meilleur parti de son environnement et a investi pour réduire sa dépendance énergétique.
Isolation, ouvertures latérales, abreuvoirs... les bâtiments doivent eux aussi s'adapter aux périodes de fortes chaleurs pour assurer le bien-être des animaux et des éleveurs.
Dossier changement climatique : quelles conduites d’élevage caprin demain ?
Ces dernières années ont été marquées par des aléas climatiques de grande ampleur. Le manque d’eau se fait férocement ressentir…
Isolation du toit, ouvertures latérales, curage fréquent, abreuvoirs en nombre... L'adaptation des chèvreries à la chaleur est indispensable dès leur conception.
Des chèvreries adaptées (aussi) pour l’été
Isolation et ventilation des bâtiments sont clés dans la gestion des fortes chaleurs, avec des recommandations qui ont évolué en…
Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
Accueillez-vous des stagiaires sur votre exploitation ?
La formation des futurs éleveurs et éleveuses de chèvres, que ce soit par baccalauréat professionnel, BTS ou certificat de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 89€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir Chèvre
Consultez les revues Réussir Chèvre au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Réussir Chèvre